Skip to main content

Le meilleur de 2008

Il y a des années où l'on a l'impression que rien ne se passe, qu'on vieillit lentement sans rien produire, qu'on existe tout simplement, et ce n'est déjà pas si mal quand on y pense. Et puis il y a des années riches en événements, qui passent à toute vitesse et vous apportent mille choses.

2008 fût pour moi l'une de ces années. Une grossesse assez paisible, malgré 2-3 alarmes, un projet de livre qui a abouti, suivi par le bébé (le plus beau du monde bis), précédée de sa cousine, elle aussi ma foi fort jolie. Un décès dans la famille, comme si la vie souhaitait nous rappeler parfois que tout n'est pas rose... et une promesse de mariage pour 2009, cette fois-ci, c'est décidé pour de bon, il ne manque plus que la date. Ai-je oublié quelque chose? (ce serait la faute au manque de sommeil)

Côté blog, c'est l'une de mes années les moins prolifiques (ce blog a plus de trois ans maintenant) en terme de billets publiés, mais une année pendant laquelle j'ai créé plus de recettes qu'avant, même si mon addiction aux livres de cuisine ne s'apaise pas vraiment.

J'ai découvert que les cupcakes vegans pouvaient avantageusement remplacer la pâtisserie traditionnelle (bien aussi quand on reçoit des allergiques). J'ai réussi à alléger les shortbreads du millionaire, toujours à la recherche de délices plus light (voir colonne de droite). Les mois de juin et octobre ont été passionnants en terme de recettes (et autres), en tous cas, si on les compare aux autres. En juin, je partage une recette de La Nige que je fais souvent en été, ainsi qu'une recette similaire qui pourrait faire aimer le chou-fleur à ses pires ennemis. En octobre, j'utilise le potimarron et j'ai découvert de superbes petites brioches majorquines pour le goûter et le petit-déj. Je me suis rendue compte qu'on pouvait réaliser des quiches sans oeufs, les soirs de frigo un peu vide. J'ai adopté le quinoa en salade cet été. Et pour changer du bourguignon, j'ai trouvé que mon sauté de veau aux accents du soleil était parfait. Pour finir, j'aime bien un petit sablé, au chocolat, évidemment, avec ma tasse de thé.


Pour aider ma mémoire défaillante, je parcours des yeux mes étagères, et je me souviens de mes meilleurs achats de livres en 2008. Pêle-mêle : les deux copines de Tambouille, Jamie, Nigella, une blogueuse munichoise, Martha Stewart, Ottolenghi et les cupcakes punks ont contribué à amigrir mon porte-monnaie et alourdir mes étagères leksvik.



Allez, j'arrête, et je vous souhaite à tous, chers lecteurs, une excellente année 2009!


Dans le même genre, je vous invite à consulter mon top ten 2007.

Comments

Emily said…
Bonjour Julie!

J'ai faim.

Popular posts from this blog

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …