Monday, February 12, 2007

Reader meets author...(Morrissey, Southpaw Grammar)



Loin de moi l'idée de me voir comme Auteure (avec un grand A), mais bon, c'est quand même moi qui écrit ce blog, quel que soit le point de vue qu'on ait sur sa qualité. Et vous autres, enfin vous trois (ah ah) vous le lisez, vous êtes donc mes chers lecteurs. Parmi vous, il y a Laurie, qui vit à Metz et est une vraie Lorraine, pas comme moi qui ne suit qu'un rapport vaguement parisien. Et ce dimanche, nous nous sommes vues pour la deuxième fois. La première fois, je ne l'ai pas fait savoir car je n'avais aucune recette à présenter, même si on a fait le marché ensemble, et que Laurie m'avait offert de délicieuses langues de chat. Je vous les recommande chaudement si vous les croisez, elles sont délicieusemant pralinées avec un je-ne-sais-quoi qui rappelle le lait concentré sucré...

Mais aujourd'hui, il y a les cookies de Bill. Qui nous ont bien plu à toutes les deux, sans parler du Papa qui en a dévoré quelques uns lui aussi. En plus je vous remets une couche de confession car je les avais déjà faits avant sans en parler ici même. Ben oui, je ne pouvais pas me pointer chez Laurie à l'heure du thé avec une recette non testée auparavant, et si ça n'avait pas été bon, hein, et ma réputation, alors?

La recette provient du dernier livre de Bill Granger, un chef australien dont j'ai déjà un peu parlé ici entre autres. Il s'appelle Every Day et présente les recettes selon les jours de la semaine, du petit-déj' aux repas du soir (plus élaborés en fin de semaine, plus rapides les autres jours) en passant par les casse-croûtes des enfants le midi. Un joli livre d'inspiration multiculturelle, à l'image de l'Australie. Pour vous donner une idée, on y trouve pêle-mêle du poulet au citron, des cookies, de la paella, des soupes chinoises, des crêpes à la ricotta...le tout très healthy car le beau Bill pense à notre santé, sans pour autant faire dans l'ennuyeux.

Ces cookies sont très faciles à faire, ils ne s'étalent pas trop, ils n'ont pas besoin de passage au frigo, on y met le chocolat qu'on veut, et le goût de la cacahuète y est assez léger mais quand même bien présent. J'ai juste mis un peu plus de beurre que la première fois car le lendemain ils étaient un peu secs. Il faut aussi éviter de trop les cuire, comme tous les cookies.

Cookies au beurre de cahouètes et pépites de chocolat noir et blanc (adaptée de Bill G.) pour 18 cookies moyens

Préchauffer le four à 180°C. Préparer des plaques de cuisson.
Au robot (plus facile), battre 150g de cassonnade ambrée* avec 50g de beurre mou et 4 cs de beurre de cacahouètes pour obtenir un mélange crémeux et homogène. Ajouter un oeuf et 1cc de vanille liquide (ou un sachet de sucre vanillé) et bien mélanger. Incorporer 150g de farine et 1 cc de levure chimique. Concasser 100g de chocolat de votre choix (plus facile avec un chipper!) et incorporer les pépites obtenues à la pâte.

Prendre de grosses cuillérées de pâte, former des boulettes et les aplatir. Les poser sur les plaques de cuisson. Ils ne vont pas s'étaler donc pas la peine de les espacer de beaucoup.
Faire cuire une dizaine de minutes, sachant que les bords vont commencer à dorer et que cela suffit amplement. Les sortir et laisser refroidir cinq minutes pour qu'ils durcissent avant de faire refroidir complètement sur une grille.

Le mélange de chocolat noir et blanc est bien contrasté, pour ceux qui aiment les cookies avec peu de pâte et beaucoup de pépites, il faut tout de même augmenter la dose, mais pour les autres, 100g suffisent.

Sinon, vous serez ravis d'apprendre, je pense, que Laurie et moi avons plusieurs points communs, autres que la lecture de blogs et l'amour du chocolat. Nous parlons plusieurs langues, nous aimons toutes les deux Frank Margerin et les chats, ainsi que la lecture (et pas seulement les livres de cuisine!) et les séries télé (Friends, SATC...) Je suis très contente d'avoir enfin fait sa connaissance, comme quoi les blogs, ce médium du nouveau millénaire, servent aussi à relier les gens "pour de vrai".


* La marque Daddy vend désormais de la cassonnade ambrée (light brown sugar) et de la cassonnade cuivrée (dark brown sugar ou muscovado) au rayon sucre de certains hypers. Ces sucres sont issus de la canne, au contraire de la vergeoise, mélange de sucre de betterave et de sucre candi. Ils sont idéaux pour la pâtisserie anglo-saxonne qui les utilisent beaucoup et étant non raffinés, sont excellents pour la santé, consommés modérément, of course!

Il y a un an déjà : biscuits custard creams pour la St-Valentin

4 comments:

Dorian said...

Un petit nouveau à venir dans ma bibliothèque ??? à voir ! en tout cas je suis ravi content tout plein d'apprendre que tes lecteurs sont cheeeeerssssss ! et surtout content d'en faire régulièrement parti !

julie said...

Merci Dorian!
Chers à mon coeur, bien sûr, ne va pas croire que je les paye, LOL!

miminono said...

mais d ou viennent les langues de chat
ben voui comme ca je detourne les yeux des cookies ;-p

laurie said...

Ah la la, je repense à ces délicieux cookies... je crois que je vais te demander une leçon particulière pour apprendre à les faire !
Merci pour ce billet si sympa ! Je suis vraiment ravie de t'avoir rencontrée et espère qu'on aura l'occasion de se refaire un 4'o'clock bientôt ! Ou de tester la Teranga ;-)

Miminono, les langues de chat "Galler" se trouvent en Belgique essentiellement (celles de la photo viennent de Bruxelles) et dans certains magasins au Luxembourg parfois... Ailleurs, je ne sais pas trop ;-)

Grosses bises Julie et à bientôt !