Skip to main content

Swedish vega buns (cardamom buns)




Everybody knows cinnamon buns but Sweden has a long tradition of spicing things up with cardamom. These vega buns are nice and buttery, golden and spicy and hail from one of my latest cookbook acquisitions, Under the Walnut Tree by mother and daughter food writers Anna and Fanny Bergenström. I am told that Anna is THE culinary writer in Sweden.

This book is wonderful, very thick and rich of hundreds of recipes from Sweden, France, South America and other places. Each chapter covers one of their favourite ingredients, from avocado to chocolate, cardamom, tea, tomatoes, etc. If you had just one book and this was it, you could happily cook from it forever, daydream about the pictures and gain knowledge from the intros. It's that kind of book.

The buns will be wonderful when autumn and winter come, but since the weather is decidedly un-summery, and I needed a project for the end of the afternoon to dissipate the black cloud on my mind, I found them quite perfect even right now. They are rich, buttery and very fragrant with cardamom. I had just bought a new packet of green cardamom and I can't describe how pungent the smell was when I opened it. Really worth buying fresh.

I like a crunchy top so I let them cool uncovered, but if you're after a very tender bun let them cool under a tea towel.



Swedish vega buns
adapted from Under the Walnut Tree by Anna and Fanny Bergenström

75 g + 30 g butter
200-300 ml milk
425 g flour
2 packets dried yeast
2 tbsp ground cardamom
1/2 tsp salt
90 g sugar

Filling :
1 tbsp ground cardamom
100 g butter, at room temp
5 tbsps sugar
1 tsp vanilla

1 egg
2 tbsps sugar

Melt the butter and warm the milk.
Mix the flour, sugar, salt, yeast and cardamom in a large bowl. Gradually pour the butter and milk and knead into a soft dough. Add the extra butter and knead to incorporate it. Cover and leave in a warm place until doubled in size, about 1 hour.

Mix the butter with the other filling ingredients.

Divide the dough in 2. Roll out each piece into a thin, flat rectangle (about 30 x 25 cm).
Spread half the butter filling on each. Roll up and cut at an angle into 5 cm pieces. Press down on the middle with the handle of a knife so that the sides spread out a little. Let rise 15 more minutes and preheat the oven on 200-225 °C.

Beat the egg with a spoonful of water and brush the buns with it. Sprinkle with the sugar and cardamom and bake for about 15 minutes. For soft buns, let cool under a tea towel. For a crunchier top, let cool on a grid.




Comments

Kelly-Jane said…
They look fabulous Julie :)
julie said…
Thank you, Kelly-Jane!

xx
snowy said…
Must try these soon Julie as they look delicious. I've made some cinnamon ones this week, not Nigella's.
julie said…
If you like cardamom, then you'll love these, Eira :)

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Vacances siciliennes (III).....le marché de Cefalù

Le marché s'étendait sur deux voies, l'une réservée à l'alimentation, l'autre aux vêtements et à la quincaillerie. Les photos sont dûes à la témérité du Papa, beaucoup moins gêné que moi par le fait de prendre en photo des inconnus et leurs marchandises.
L'abondance des fruits et légumes à prix bas s'explique non seulement par le climat généreux dont bénéficie la Sicile, mais aussi par le fait que tout autour de la ville se trouvaient des parcelles de cultures maraîchères.
Pas de mythe : les citrons ressemblent parfois à des pamplemousses tellement ils sont gros et juteux, vendus, comme les autres agrumes, encore un peu verts. Ce qui leur confère d'ailleurs un léger parfum de citron vert; les aubergines sont de plusieurs types : grosses et gonflées, la peau violettes et plus claire par endroits, ou encore comme on les trouve ici, ou encore toutes petites et bien foncées. Le basilic est vendu en grands bouquets à prix modique.
On trouve des stands d'olive…