Skip to main content

Soupe de nouilles soba chaudes au canard


Soupe japonaise au canard


Dur de rentrer au Luxembourg après un été passé à vagabonder en Irlande, à Hambourg, en Aveyron et au Japon... Il me reste encore beaucoup de choses à raconter sur le Japon, j'espère trouver la motivation de reprendre le récit, mais en attendant, je mitonne japonais.

Cette recette est tirée du livre Everyday Harumi dont j'ai déjà parlé , mais en anglais. Il existe en français et s'intitule Harumi Kurihara dans votre cuisine. Harumi est en quelque sorte la Martha Stewart japonaise, icône vivante de la cuisine et de la sphère domestique.

Les nouilles soba sont des nouilles de sarrasin plutôt mangées froides en été. Je vous ai déjà présenté deux plats de soba (voir ici les sobas tièdes au saumon fumé et les soba froides au sésame). Je ne sais pas comment c'est chez vous mais ici il fait déjà froid et gris, le temps qui dure les trois quarts de l'année dans cette région. Il est donc déjà temps d'arrêter le mojito et de faire de la soupe.

Pour cette soupe, je ne vais pas vous mentir, il faut des ingrédients japonais : mirin, dashi, sauce soja et nouilles soba. Bien sûr je ne dirai rien si vous prenez du bouillon de poulet et des spaghettini mais il ne s'agira plus du même plat.

Allez faire vos courses dans une épicerie asiatique et vous serez récompensé par cette soupe aromatique, super rapide à préparer et vraiment délicieuse, en plus il vous restera de quoi préparer d'autres petits plats japonais, car la plupart sont à base de mirin, saké et sauce soja.


Soupe de nouilles soba chaudes au canard
adapté de Harumi Kurihara

Pour 2 grands bols ou 3 moyens :

200 g de magret de canard frais (environ la moitié d'un magret)
4 ou 5 oignons verts tiges
600 ml de dashi (bouillon à base d'algues et de bonite séchée)
90 ml de sauce soja (Kikkoman)
90 ml de mirin (vin doux de cuisson)
200 g de nouilles soba

Trancher très finement le magret. Couper les oignons en tronçons de 5 cm.

Dans une grande quantité d'eau bouillante, faire cuire les soba environ 5 minutes, égoutter et raffraîchir.

Porter à ébullition le dashi (je mets un sachet de dashi en poudre et je trouve le goût bien comme ça) avec le mirin et la sauce soja puis y faire cuire le canard. Quand l'ébullition reprend, écumer si nécessaire, puis mettre les oignons et faire cuire 2 minutes. Ajouter enfin les nouilles et mélanger. Répartir dans les bols et servir avec du shichimi togarashi, un mélange de piment et de six épices.


Comments

snowy said…
In English this time! This sounds delicious - we've recently 'discovered' Japanese food. Hope to read more about your visit - lucky you!
julie said…
Thanks, Eira :) Japanese food can be so flavoursome and yet so light (though not always). I hope to get round to posting more about Japan soon.

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …