Skip to main content

Cake matcha, framboises et chocolat blanc

Comme prévu, j'ai fait ce cake dont je rêvais depuis un bon moment -je rêve de cakes, pas vous? Enfin bref, après avoir payé un prix exorbitant pour le matcha, vérifié qu'il me restait des framboises au congélo, je l'ai préparé avec l'aide de la petite, qui a d'aileurs insisté pour qu'on mette toutes les deux un tablier*, et qui a tout de même fini barbouillée de vert.
Ô désespoir au démoulage, trop hâtif, quand le fond du cake a fait sécession au fond du moule et que mon magnifique cake vert brocolis s'est trouvé mutilé. Que cela me serve de leçon.


Sinon il est tout à fait délicieux, le goût du matcha est beaucoup moins prononcé qu'en boisson (je vous en dirai davantage plus tard), son côté herbeux et son arôme de noisette se marient parfaitement avec les framboises et le chocolat blanc, et j'apprécie aussi les graines de sésame grillée sur la croûte. Ce sont les petites choses, hein...


Cake matcha, framboises et chocolat blanc
adapté de la recette de Kaori Endo dans son livre Une Japonaise à Paris

200 g de beurre mou
180 g de sucre
3 œufs
200 g de farine
1 cc de levure chimique
2 cs de matcha
3 cs de lait
80 g de chocolat blanc coupé assez grossièrement
100 g de framboises (120g dans le livre)
2 c. à soupe de graines de sésame
1 noix de beurre pour le moule

Préchauffer le four à 160°C (th. 5-6). Beurrer le moule et saupoudrer l'intérieur de graines de sésame.
Battre le beurre avec le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Incorporer les œufs un à un, en battant à chaque fois.
A part, mélanger la farine, la levure et le matcha. L'incorporer en deux fois, en ajoutant le lait entre les deux.Incorporer le chocolat et les framboises. Verser dans le moule et faire cuire au four 50 à 55 minutes. (J'ai dû le faire cuire 1h15). Laisser refroidir un bon moment avant de démouler.


PS : je pense le refaire, par exemple pour une invitation autour de la cuisine japonaise, ou tout simplement pour l'épate à l'heure du thé. Je le ferai peut-être cuire à four plus chaud moins longtemps, et j'utiliserai du bon vieux papier sulfurisé pour éviter une nouvelle tragédie.

*elle mon tablier de mama sicilienne à roses roses, et moi mon tablier offert par Barilla, si vous voulez tout savoir

Comments

Eva said…
J'adore le thé matcha !
Bisous
julie said…
Merci pour ton commentaire :)
Easy kitchen said…
les recettes de kaori sont plutot rares... je te la pique
julie said…
oui, oui, il a eu du succès!

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Vacances siciliennes (III).....le marché de Cefalù

Le marché s'étendait sur deux voies, l'une réservée à l'alimentation, l'autre aux vêtements et à la quincaillerie. Les photos sont dûes à la témérité du Papa, beaucoup moins gêné que moi par le fait de prendre en photo des inconnus et leurs marchandises.
L'abondance des fruits et légumes à prix bas s'explique non seulement par le climat généreux dont bénéficie la Sicile, mais aussi par le fait que tout autour de la ville se trouvaient des parcelles de cultures maraîchères.
Pas de mythe : les citrons ressemblent parfois à des pamplemousses tellement ils sont gros et juteux, vendus, comme les autres agrumes, encore un peu verts. Ce qui leur confère d'ailleurs un léger parfum de citron vert; les aubergines sont de plusieurs types : grosses et gonflées, la peau violettes et plus claire par endroits, ou encore comme on les trouve ici, ou encore toutes petites et bien foncées. Le basilic est vendu en grands bouquets à prix modique.
On trouve des stands d'olive…