Friday, January 19, 2007

Ma petite robe noire et autres recettes de Trish Deseine



Qui ne possède pas au moins un de ses livres? Madame Deseine, que personne ne connaissait il y a quelques années encore, est devenue incontournable au rayon cuisine des librairies et des marchands de journaux (voir sa rubrique dans Régal). Oui, oui, même à l'étranger où ses livres sont traduits (en anglais et en italien, et d'autres langues peut-être?)
Il y a longtemps, avant même d'acheter Jamie Oliver si mes souvenirs sont bons, j'avais beaucoup aimé Petits Plats entre Amis au point de me le faire offrir à Noël. Finalement, je n'ai pas beaucoup cuisiné avec, mais je l'aime toujours autant.
Récemment, qui n'a pas bavé d'envie devant son dernier ouvrage, la Petite Robe Noire, au concept original et très léché? D'abord il m'a semblé un peu trop chefy, du genre dont, encore une fois, je ne cuisinerais pas. Mais au fur et à mesure de mes visites à la fnuck il m'a bien plu et donc s'est retrouvé lui aussi sur ma liste au Père Noël. Merci Père Noël pour ta générosité:)

Comme tout objet à la mode, il peut plaire ou déplaire, mais au-delà de son aspect visuel que je trouve très attractif, Trish nous parle comme à une vieille copine. Il y a la recette d'un de ses amis avec qui elle est un peu brouillée, elle y glamourise son fondant fétiche, elle met du paprika fumé partout (ça tombe bien j'en ai moi aussi), et donne des recettes appréciées de ses enfants. Et elle lève le mystère sur un truc qui ne m'avait pas du tout frappée : les granola ne sont autres que des digestives au chocolat (



appréciez le vide qu'a provoqué cette révélation en moi)!!! Bon sang, mais bien sûr!

A la fin du bouquin, une section pour ranger sa propre garde-robe culinaire (basics, dessous, etc.)

Pour vous donner une idée, voilà les recettes que je pense tester bientôt:
Epaule d'agneau rôti longtemps au citron et romarin
Velouté de châtaignes
Soupe de poulet au lait de coco
Millefeuille de lasagnes aux légumes et pesto à la pistache
etc.
etc.

Et déjà testé, mais sans photo, le poulet caramélisé à l'orange, très miam même si d'habitude je n'aime pas trop le sucré-salé, et hier soir les scones au parmesan, un peu allégé mais très très bons.
Merci Père Noël!

6 comments:

Virginie said...

JE VIENS DE L'ACHETER....

Kathryn said...

I think this book is great. I want to make so many dishes!! I love the paprika too.Mmm.. such a funky book!

Eliflo said...

Merci pour ton commentaire. Je suis tentée mais en même temps, j'achète et je laisse dormir. Le côté copine m'attire et m'énerve à la fois. Tu sembles penser que celui-là vaut vraiment le coup.

kobayashi said...

Julie mon amie,

Moi aussi, je me suis fait offrir ce livre! (bon, "offrir" est un grand mot car je l'ai,euh, volé dans une librairie de Tel Aviv, et, bien sûr, je me suis chopé celui en hébreu, donc c'est macache
pour travailler dans mon gourbi).J'ignorais ce côté hardcore de ta personnalité, mon amie, car tu as d'abord "bavé", puis tu as trouvé le livre "léché".
J'ai donc allumé un cierge pour le salut de ton âme impie et paillarde, car je n'ose en effet imaginer ce que le fait de tenir le livre entre tes petites mains boudinées et moites de plaisit t'a procurée.Quant à Jaimie Oliver, tu n'as sans doute pas goûté la (petite) touche d'humour so british de mon post le concernant lors de la mise en ligne de ta recette de tarte au chocolat. Mais bon, tu le sais, morrisseyien dans l'âme, je suis à donf avec mon idole, donc, moi aussi, je boycotte la viande, le poisson, et je ne mange plus que des oeufs (of course, tu me connais, j'ai explosé mon taux de cholesterol, car en plus des oeufs, j'ai abusé de chaussée aux moines et de gorgonzola, donc je resemble toujours à Saddam Hussein JEUNE. Et puis quel humour ma tendre amie, et quelle rébellion en toi: oser appeler la fnac la fnuck, avec ce jeu de mot si subtil qui ferait passer Laurent ruquier pour un ringard! la dénoniation du grand capital au service de l'humour des chevaliers du fiel! Quel talent, quel humour, quelle femme! (note bien comme je sais aussi être drôle, quand je veux). Bon, je te laisse, je préside la réunion mensuelle du fan-club de Ed Gein, un homme remarquable qui révolutionna l'art vestimentaire en s'attaquant au problème crucial de l'approvisionnement en matière première). Si demain je n'ai pas posté chez toi, c'est que j'aurai perdu mon bras. Bien à toi ma seule et tendre amie.

Cathy said...

j'hésite depuis presque 1 moi sà l'acheter mais c'est vrai que je n'ai que de bons échos !

julie said...

Merci pour vos commentaires. Ce livre est vraiment sympa.

Koba, quelle vie tu mènes, mon ami!