Skip to main content

I love Paris


Le week-end dernier, je suis allée à Paris seule, sans mari, sans enfants, en toute liberté (seules les autres mères peuvent comprendre je pense). J'ai retrouvé ma cousine, qui est un peu comme ma grande soeur, et nous avons passé un super week-end de filles avec beaucoup de papotage, de shopping et de bons moments avec des amis.

Comme je ne suis qu'amateur, j'ai très peu de photos, ajoutez à cela que les piles de mon appareil étaient HS le dimanche, il faudra donc faire marcher un peu votre imagination.


Côté foodie

A peine débarquée du TGV, nous sommes allées manger végétarien au Passage Brady. Et ma foi, c'était très bon. Le Passage Brady, pour ceux qui ne connaissent pas, est le coin Little India de Paris, où restos et boutiques indiens se suivent en enfilade.

Le samedi, comme nous étions à Pigalle pour du shopping couture, nous sommes allées au Progrès. W. et moi y avions déjeûné en novembre, lors d'une escapade en amoureux, et avions été agréablement surpris par la fraîcheur des plats pour un quartier si touristique. En hiver, la porte très ancienne ferme très mal, attention aux courants d'air, mais au printemps -et il a fait un temps estival même- c'était parfait. Arrivées un peu sur le tard, il n'y avait plus que salades et tartines au menu. Lectrice, tu remarqueras  mon option light avec plein de légumes.




















Côté shopping, petit pèlerinage gourmand chez G.Detou. Besoin de 3 kilos de Valrhona. TROIS KILOS! Besoin. J'ai pris du Manjari parce qu'il s'agit de Pur Madagascar (64%), le chocolat de Mada est très doux, absolument pas amer, et en plus, l'île Rouge est proche de mon coeur. Leur extrait de vanille aussi est avantageux.  Et bien sûr, ils ont du chocolat Weiss et du Michel Cluizel en tablettes nomales pour les petits joueurs. Ce que j'apprécie chez eux est qu'ils sont sympas et pas snob du tout, ce qui est rqre vu le quartier. Plus haut dans la rue, une épicerie "fine" la joue hautaine sans même un bonjour en réponse -un bonjour du commercant étant hors de question, bien sûr.

Le lendemain, nous nous trouvions dans le Marais, avec envie de manger sans se plomber avant un rdv pour prendre le thé au Loir dans la Théière, nous avons choisi au hasard un resto japonais. Ils semblent avoir fleuri près du BHV. Le nôtre s'appelait Kiccho, et sans être fantastique, tout était bon et le lieu très propre. Je me rappelle d'un resto asiatique à Bastille qui était complètement pourri, littéralement puisque les boules coco du dessert étaient moisies.

Ensuite, direction Rue des Rosiers. Une rue que j'associe encore, malheureusement, avec un événement meurtrier des années 80. Mais cela ne m'empêche pas, lecteur, de m'y précipiter pour boire un thé au salon boboïsant aux tartes au citron à la meringue vertigineuse, que certains n'arrivent même pas à finir (n'est-ce pas Guillaume?) Alors que d'autres, gourmands invétérés, finissent leur part et goûtent nonchalemment à celles des autres ;-)
Les serveurs du Loir ne sont pas toujours avenants, le lieu est très à la mode et ils pensent pouvoir se le permettre. Enfin je dois dire que ca s'est quand même bien passé.

D'ailleurs, si vous ne savez que faire un dimanche, je vous conseille fortement le Marais où tout est ouvert, et où certains font 20 m de queue pour un falafel. Et s'il fait froid, et que votre porte-monnaie n'est pas vide, un thé en style colonial chez Mariage Frères.

Côté couture

Comme je le disais, direction Pigalle, ni pour les femmes, ni pour le Sacré-Coeur, mais pour le Marché St-Pierre et toutes les rues alentours, temple pour les couturières de tous poils. La prochaine fois, promis, j'achète un morceau de cuir pour tenter de me faire un sac. Je dis ca parce que j'ai passé un temps fou à regarder les peaux pour sortir du magasin les mains vides, de peur de massacrer le cuir une fois rentrée à la maison pour le couper et le coudre.
Le Déballage Dreyfus m'a aussi vu repartir bredouille mais par contre, chez Reine, extase devant tout le Liberty. Une petite photo.
Ensuite, petit tour dans une super mercerie, Moline, pour acheter du jersey rayé et les aiguilles pour le coudre, enfin, essayer, hein. uperbe magasin où ils stockent aussi des tissus de designer, genre Michael Miller.

Mention spéciale pour une petite boutique toute mignonne dont le patron est charmant. Il vend des objets assez divers, comme des sacs, des bijoux originaux, des petits carnets etc. Le tout fait main par des créateurs et à des prix mini. La Ritournelle, 8 rue Dancourt 18°. Pardon pour la photo trop floue.






Comments

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …