Skip to main content

Mes petits goûters (1)

Lecteur, ne m'oublie pas! Je publie un billet de derrière les fagots. Et j'ai un problème avec le positionnement des photos qui se retrouvent toutes un quart de tour à gauche, va savoir! J'ai pris en compte les votes, dont le mien (la seule voix en faveur de cette couleur), mais comme on est plus nombreux à préférer le blanc ou s'en ficher, je vais le garder pour le moment, pour tout te dire, le blanc écrase moins les photos, qui ne sont pas super pro, il faut l'avouer...
Pardonne-moi mais j'ai eu l'appendicite et très peu de temps pour cuisiner (mais le temps de faire biscuits et gâteaux pour le goûter). Bisous






J'inaugure une mini-série sur le goûter. Peut-être que ça m'aidera à être plus régulière sur mon blog, je ne pense pas manquer à quiconque, mais je m'aperçois que malgré le peu de commentateurs, certains me lisent souvent, et puis j'aime bien mon petit blog, je farfouille parfois dans mes archives (car mes index sont laissés à l'abandon) ou je tape dans la case recherche en haut à gauche, à l'affût de souvenirs gourmands des trois ans et demi passés...

Pour moi, le goûter est un moment inratable, presque un rituel. Il m'arrive de faire des gâteaux ou cakes, mais j'aime bien aussi avoir sous le coude des petits biscuits à croquer avec une tasse de thé, que ce soit le matin ou l'après-midi, d'ailleurs, histoire de combler un petit creux ou d'assouvir une mini-frustration.
Quand j'étais petite, souvent on passait par la case boulangerie avant de rentrer à la maison ou d'aller chez ma grand-mère, qui nous gardait, pour un petit pain au lait et une barre de chocolat (du Milka si mes souvenirs sont bons). A la garderie, on avait parfois droit à une mini-barquette de Nutella -celle distribuée avec de minuscules spatules- avec un bout de baguette. Petit plaisir furtif, car chez nous, pas de Nutella pour raisons de convictions nutritionnelles, fondées, je l'admets.
Le mercredi, quand ma mère ne travaillait pas, on avait souvent droit à un bon gâteau -mon préféré, tout simple, au chocolat, entre les sorties au Luxembourg (le jardin, je précise que je n'habitais pas encore ici pour ceux qui ne me connaissent pas) et les émissions de Dorothée.
Plus tard, mon frère et moi nous empiffrions de biscuits du commerce divers et variés tout en regardant des séries télé (le Prince de Bel-Air, 21 Jump Street, et, même si on avait un peu passé l'âge, on appréciait les "Années Collège", série canadienne hyper éducative) après les cours et avant les devoirs.

Aujourd'hui, je ne rate toujours pas l'heure du goûter. Il paraît d'ailleurs que les femmes qui prennent un goûter à base de glucides lents sont moins enrobées que les autres. Un peu comme le petit-déjeûner, qui aide à tenir jusqu'au repas de midi sans craquer sur des snacks trop gras et sucrés, le goûter aiderait à tenir jusqu'au dîner, en zappant la case je-raide-mon placard-spécial apéro juste avant le repas parce qu'on est affamé(e). Je tiens tout de même à préciser que je ne suis pas un fil-de-fer, mais mon index de masse corporel est normal selon mon docteur.

Pour commencer, un goûter issu du génial Tambouille, dont j'ai déjà parlé. Et puisque je ne vais pas dévoiler toutes leurs recettes, je vous laisse consulter le livre, qui devrait être obligatoire dans toutes les cuisines. Il s'agit des carrés aux amandes et abricots secs. Il y a les amateurs des côtés dorés et croustillants, et ceux de carrés du milieu, plus tendres.

Je remplace juste l'amaretto par du Marsala nature, et il m'est arrivé de mettre des figues séchées et des noisettes à la place des amandes et abricots.

Comments

Ivy_cl31 said…
Moi je te lis souvent et j'ai même acheté ton livre dont j'ai essayé plusieurs recettes. Alors c'est toujours un plaisir qu'il y ai un nouveau billet.
julie said…
Merci! Ca me fait super plaisir de le savoir :D
Emily said…
Miam Miam!
Kelly-Jane said…
They look lovely :)
diane said…
coucou je ne savais pas que l'auteur de C'est du gâteau était une blogueuse, j'aime beaucoup ton livre c'est une mine d'idées faciles à réaliser, légères et délicieuses. En plus je trouve que les petites pages d'anecdotes qui s'intercalent sont très sympas et donnent envie de se préparer un vrai goûter. D'aillleurs, comme l'a remarqué ma mère la dernière fois qu'elle est venue chez moi, la couverture du livre colle légèrement : signe indéniable qu'une cuisinière en a tourné les pages pendant qu'elle cuisinait! bises
julie said…
Merci Diane, c'est vraiment trop gentil! :))

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …