Skip to main content

La Foret Noire

l'église et la maison de retraite de Friedenweiler, face à l'hôtel, sous ses aspects tranquilles, c'était la grande folie du carnaval...


La semaine dernière, nous avons pris des vacances bien méritées, je ne parle pas de moi, bien sûr, pour ce qui est du mérite. Pour limiter le budget et le trajet, notre choix s'est arreté sur la Foret-Noire qui présente le double avantage d'etre à 4 heures de route environ, sans etre d'une altitude folle. Un autre avantage sérieux est d'etre en Allemagne, là encore je ne parle pas de moi.



au loin, les Alpes

Vous vous rappelez peut-etre du grand classique télévisuel, La Clinique de la Foret-Noire, et vous connaissez certainement le célèbre gâteau qui porte son nom. Vous ignorez probablement son jambon séché et fumé, très peu gras, qui se déguste en très fines tranches (servi au petit-déjeuner ou en repas-tartine). Pour ma part, je n'ai vu aucun élevage porcin pendant mon séjour, mais ce n'est qu'un détail...



Les gâteaux, en Allemagne, c'est du sérieux, comme beaucoup d'autres choses, d'ailleurs. Quand on mange, on mange. Je parle de part plus large que ma main. Les génoises sont très légères, soyez rassurés, mais la crème fouettée bien présente, et le tout pas trop sucré. Pour ma part, j'ai préféré le gâteau aux poires et mousse au chocolat, ou meme la Sachertorte couverte de chocolat blanc (non photographiée).


Sinon, on a pu visiter Fribourg (l'Allemande), une très jolie ville universitaire au charme très allemand, dont les rues sont longées de rigoles et pavées artistiquement.





Fribourg est décidément une ville de buveurs de thé, en parcourant une partie du centre commerçant et de la vieille ville, j'ai vu au moins cinq boutiques de thé. Pas pour me déplaire, mais ayant fait le plein chez Mariage à Paris à Noel, je n'ai plus de place dans mes placards.


Vélib'? Pas besoin ici...

Art des rues



die Altstadt -la vieille ville


Sous les arcades rouges, un bouquiniste à l'abri de la pluie, j'y ai déniché un petit bouquin...de cuisine, of course!


Il faut vous dire que l'une des grandes déception de ce séjour fût les repas de notre hôtel. L'hôtel en lui-meme était convenable et spécialement conçu pour accueillir des familles (retenez votre baillement, hein) : salle avec des jouets et jeux, garderie, chauffe-biberons, blabla... Situé dans un village au bord de la foret avec des pistes de ski de fond toutes proches (sauf qu'il s'est mis à neiger le matin du départ, mais à 15 km se trouve Feldberg, petite station au poil), parfait pour se reposer et faire des randos. Mais la bouffe, moins que terrible. Que du surgelé, à part le bol de mesclun et les trois fruits qui se battaient en duel pous savoir qui allait finir en déco dans le pudding du soir...

Tout ça pour dire qu'à Fribourg, on en a profité pour déjeûner traditionnellement :


Rahmhackbraten (pain de viande) spätzles et légumes à l'étouffée...


Hirshragout, rotkohl, preiselbeersauce - ragoût de cerf, chou rouge, sauce airelles dans sa pomme et spätzles, pas mon truc mais très apprécié de mon germanique compagnon.



Feldberg, la station de ski, très calme hors saison, un vrai bonheur. Non pas que je pratique le ski alpin (ne rigolez pas, j'ai un flocon après tout), mais très chouette aussi pour le ski de fond, que je préfère (pas besoin de leçon pour s'y remettre), et sympa aussi pour la luge avec les enfants.

Aaaaaahhhhh, Kaffee und Kuchen.... ou plutôt, chocolat chaud pour Maya et moi, café pour son père, crème fouettée, Käsekuchen (gâteau au fromage blanc) et Bienenstich en premier plan, un gâteau méconnu par chez nous, mais néanmoins délicieux, cousin éloigné de la tropézienne recouvert d'amandes caramélisées et garni ici de pudding vanille (sinon, crème).


Un très vieux banc sur très vieille pierre...


The foret....pouponnière de sapins de Noel...


de très vieux et beaux arbres...


L'hôtel (non, pas pour de vrai!)


Couverte de neige, la foret paraît vraiment noire...


Mes souvenirs...



Lecker, dont Omelette, l'étudiante globe-trotteuse, a déjà parlé (souvenez-vous de la Buchteln),
un germoir pour suivre la tendance (ben quoi?)
Schnelle Küche, trouvé chez le bouquiniste, cuisine rapide de 1957
Landfrauen Bäckerei, livre de pâtisserie, recettes de paysannes suisses, très cool
enfin, ceci, un livre en allemand sur la cuisine soviétique, avec des recettes pour chaque pays, très marrant et intéressant, meme si votre allemand est passable, il est compréhensible, peut-etre parce que son auteur est de langue maternelle russe.

Comments

Anonymous said…
Bonjour et merci pour la balade en Forêt Noire. Décidément, les blogueuses me permettent de voyager joli et pas cher. Je me régale. Amitiés de Golovine en Suisse qui poste anonyme parce qu'elle ne sait pas faire autrement.
Merci pour ce beau reportage! C'est une magnifique région!

Bises,

Rosa
laurie said…
Coucou Julie !
Je sais, je suis impardonnable de ce long silence. Tellement de choses à te raconter, my life's so crazy...
Je t'appelle très vite, promis... Et si tu veux une recette de Bienenstich, ma mère fait le meilleur du monde (à mon avis qui n'engage que moi, mais pour que je mange un gâteau, il faut vraiment qu'il soit divin!)Bisous à toi et ta petite famille !
Flo Bretzel said…
Je vois que tu as testé bon nombre de nos Küchen. C'est vrai que pour ça, ils sont très forts.
Cela fait maintenant un an que j'habite à Munich et j'ai plutôt exploré la Bavière mais je compte bien aller faire un tour en Forêt noire sous peu!
julie said…
Merci pour vos commentaires...

Anonyme, tu peux quand meme donner ton nom si tu veux! ou te créer un profil chez blogger

Rosa, c'est tout près de chez toi!


Laurie, je pense souvent à toi...

Flo, j'ai habité trois ans à München, alors tu penses que j'ai testé les gâteaux;)
Grand chef said…
Effectivement tous ces gâteaux sont tous plus beaux et épais les uns que les autres!

Eh! si tu es de retour parmi nous, je te propose de répondre à des questions inutiles (viens voir chez moi!)
julie said…
Très bientôt, Grand chef, je répondrai à tes questions, et merci d'avoir pensé à moi!

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …