Thursday, September 20, 2007

Dîner de filles, recettes de filles

Quand deux filles se font un dîner, elles se racontent des trucs de filles, et quoi de mieux pour accompagner culinairement des papotages de filles que des recettes créées par d'autres filles?

Un plat principal trouvé chez Julie Andrieu, qui m'apprivoise tout doucement, car si vous me connaissez un peu, vous vous rappelez que c'était pas le grand amour entre nous avant qu'elle publie son livre sur le chocolat. Figurez-vous que la bibliothèque municipale de Luxembourg a certains de ses ouvrages (c'est peut-être même l'auteure la mieux représentée), et comme je me suis inscrite la semaine dernière, j'en ai profité pour emprunter sa "P'tite cuisine", que j'avais failli acheter à sa sortie. Failli, car après l'avoir feuilleté, j'étais assez sceptique. Certaines recettes utilisent des produits surgelés et des combinaisons assez improbables (sucré-salé, bof bof). De plus, on ne peut pas dire que le stylisme et les photos donnent vraiment envie de se mettre à la popote -photos de légumes encore gelés en sachet plastiques... pas trop mon truc, car moi, je revendique mon goût pour le livre de cuisine en tant que bel objet, avec des photos qui mettent l'eau à la bouche et donnent envie de foncer enfiler son tablier.

Enfin, comme l'emprunter à la biblio ne me coûte que 25 centimes (même si ça me donne la nostalgie des bibliothèques parisiennes entièrement gratuites et présentes dans tous les quartiers, ah, la bibliothèque Vandamme...mais je m'égare), ça valait la peine de le tester tout de même. Eh bien on y trouve des recettes rapides et chouettes malgré tout, et surtout celles qui sont photographiées donnent envie, comme quoi, c'est dommage qu'un choix stylistique pâtisse au reste du bouquin. Pour les desserts, j'aime moyen, mais j'ai noté des recettes au poulet, des galettes de quinoa ou d'ébly qui me plaisent beaucoup.

Et ce poulet au citron et aux amandes me faisait envie, donc il a été fait pour nous les filles et nous a vraiment beaucoup plu."Testé et approuvé pour le blog" m'a affirmé Laurie, lectrice de blogs et amie, donc vous pouvez nous faire confiance.

Ensuite, pour ne pas oublier que son nouvel opus est sorti il y a peu de temps (en même temps que celui de Jamie), une recette de dessert coulant au chocolat de la belle Nigella, parue dans son premier livre (How to Eat), mais qui revient sous différents avatars dans chacun de ses livres.

Alors, ami lecteur, et, au passage, permets moi d'exprimer ma joie de revenir bloguer et de te compter parmi mes fidèles, même si je réside désormais en terra incognita, sans plus tarder, voici les recettes.

Poulet au citron et aux amandes (adapté de Julie Andrieu)
Pour deux
2 blancs de poulet
50g d'amandes émondées
2 cs de jus de citron et un peu de zeste râpé
1 oignon haché
1 gousse d'ail hachée
2cs de sauce soja

Découper le poulet en lanières de 1 cm de large. Le faire dorer une minute dans de l'huile neutre chaude avec l'ail. Réserver.
Faire dorer les amandes et les oignons, puis verser le soja et le citron, laisser bouilloner une minute et remettre le poulet deux-trois minutes pour finir de le faire cuire. Servir avec du riz blanc et un peu de coriandre fraîche.

Coulants au chocolat noir pour 2 gourmandes (d'après une recette de Nigella Lawson)
80g de chocolat noir à 70%
50 g de beurre (un peu moins que l'original)
100g de sucre
20g de farine
2 oeufs

Faire fondre le beurre et le chocolat très doucement.
Dans un bol, battre les oeufs, le sucre et la farine jusqu'à obtenir un mélange homogène.
Quand le chocolat a quelque peu refroidi, le verser sur les oeufs tout en battant. Réserver jusqu'au moment du dessert.
Préchauffer le four à 200°C. Beurrer et fariner deux tasses ou ramequins. Verser l'appareil dedans et enfourner pour 10-12 minutes. Servir encore chaud et se pâmer de plaisir.

12 comments:

Grenadine84 said...

Hmmmm..miam-miam, le coulant au chocolat!! ça me fait penser que ça fait longtamps que je ne me suis pas fait ce petit plaisir!

Lolotte said...

J'aime bien la recette de poulet! Le coulant, oui, mais ce n'est pas mon dessert favori et ce sont les recettes de Nigella qui me laissent souvent sceptiques. Quoi qu'avec du chocolat, on ne peut pas trop se tromper;-)

aurélie said...

cette recette de poulet m'avais aussi tapée dans l'oeil dans le livre. tu m'as décidée à l'essayer!

laurie said...

Merci encore pour ce délicieux repas... c'était top !! Et ce matin, on a fait un sort à tes biscotti coco au bureau : ils étaient terribles !
Bisous ma Julie et à bientôt !

mimosa said...

j'ai aussi un peu de mal avec les bouquins de julie andrieu, j'aimais beaucoup la cuisine expliquait à ma mère mais bon AUCUNE photo alors pour motiver ma mère à cuisiner c'est pas top! c'est dommage à chaque fois que je la voit à la tv elle me donne envie...tout comme ce poulet!

$ha said...

Je veux bien goûter un peu à tout, curieuse je suis! Et gourmande!

julie said...

Merci pour vos commentaires flatteurs!

kobayashi said...

Julie mon amie,
Ah, quel bonheur de te retrouver après une si longue absence! Ah oui, je sais, la dépression...J'ai connu ça, aussi, après un nouveau suicide au Nutella (bon, ben, ouais, OK, quand je suis arrivé aux urgences, hum, l'interne -qui ressemblait à Patrick Roy, tu sais, hein? -bon, donc, il m'a confondu avec Demis Rpussos, et là, je suis en train d'agoniser sur mon brancard, et Patrick Roy, ou son sosie, OK, il me demande un autographe et me sussure "quand je t'aime" le dernier tube de Demis, et je suis en train de MOURIR, là! Et il continue de chanter et je signe sa blouse "Peace and Love my friend, Demis" avant de me réveiller l'estomac, euh, vidé du Nutella et pesant dix kilos de moins. Bon, enfin, je m'égare. J'ai eu de tes nouvelles par ce superbe mâle aux muscles saillants, ce digne représentant des métrosexuels parisiens, cet ephèbe, ce magnifique homme qui est ton frère. Nous nous sommes croisés dans un sauna mixte de la rue de la Gaité (pas loin de la bibiothèque VAndamme où tu avais l'habitude de fumer des beedees au rayon BD) et il était accompagné d'une,hum, amie brésilienne qui venait en France pour parfaire sa transformation hum, physique, tu vois le genre, mon amie?
Bref, nous voilà partis déambuler à écumer les sex-shops de la rue bien connue sus-citée et c'est au rayon SM qu'il me parle de toi. Toi, my friend, qui, paraît-il, déprime loin de tes amis(?) au Luxembourg. Ni une, ni deux, je lui dis que je veux te voir, que tu es seule, la Papa parti en pélerinage sur la tombe de Kurt à Seattle, et que je saurai te consoler dans mes bras velus (mais tendres et gras) mais pas de bol, je me suis fait serrer par les douanes. problemo: j'avais prévu de faire la route dans mon estafette -celle dans laquelle je cultive mes, hum, bon, bin, ouais, mon chanvre, tu vois? Et bien sûr, dans un défilé de grosses voitures, qui c'est-y qu'on repère dans son camtar pourrave, MOI! Donc je t'écris depuis la prison de metz où j'ai une celule individuelle et un spot wi-fi et je te dis: à très bientôt, mon amie suele et unique. J'ai pleuré devant ta recette de fondant, en m'imaginant à tes côtés, tendrement enlacés, léchant nos cuillers dégoulinantes de choco en regardant albator sur le câble.
Bon, je te laisse, c'est l'heure de la douche avec mes amis du batiment de haute sécurité. Bien à toi ma tendre et seule amie.

julie said...

Quel bonheur de te retrouver Koba mon ami.

Eliflo said...

Sympa votre petit dîner, dis donc.

La Mamma said...

Coucou ma Julie,

Ca me fait plaisir de voir que tu as repris du service sur ton blog, et tes recettes sont toujours aussi appétissantes!

Réserves nous quelques fameuses douceurs que nous dégusterons ensemble lors de notre prochaine venue!

Bisous Julie!

PS: Koba est aussi de retour...

julie said...

Merci Maman!