Skip to main content

Haricots blancs à la tomate ou comment optimiser ses stocks de boîtes de conserves

Ceci n'est pas du baked beans!

N'ayant pas étudié la logistique, je me retrouves parfois sans boîte de thon mais avec des stocks de haricots en boîte à écouler. L'avantage des conserves, c'est qu'on peut compter dessus en cas de coup dur, ou simplement de grosse flemme.

Donc, hier soir, prise de court et à court d'idées, je me suis dit que manger des haricots ce serait pas mal, surtout s'ils nageaient dans une mer de tomates pelées (elles aussi, toujours dans mon placard, celui du bas, en coin, pas pratique). Régime oblige, il fallait plus de tomates que de haricots. Soit une grosse boîte de tomates pour une petite de haricots.

Pour cette merveilleuse recette, aussi simple que délicieuse, il faut hacher un oignon et le faire revenir dans une cs d'huile d'olive. Quand il devient translucide, ajouter deux-trois gousses d'ail pelées et hachées, ainsi que quelques feuilles de persil (toujours dans mon congélateur-j'achète de grosses bottes que je congèle quand le moment devient opportun). Laisser cuire un peu, avant de vider les tomates dans la cocotte. Ecraser un peu ces dernières, porter à ébullition et laisser mijoter à découvert un bon quart d'heure. Au bout de ce temps, si elles sont encore dures (ce qui était le cas hier) prendre votre courage à deux mains et vous saisir du presse purée (celui à manche, qui fait du mash plutôt que de la purée). Puis verser le contenu rincé et égoutté d'une boîte moyenne de haricots blancs tout cons. A partir de là, remettre à ébullition, puis laisser mijoter à petits bouillons en touillant de temps à autre pour éviter que ça n'attache au fond. C'est prêt quand le jus des tomates a épaissi (environ 30 à 45 minutes). Laisser refroidir un peu avant de déguster avec du pain frais si votre régime le permet (mais faut pas déc*nner non plus, ça fait deux sortes de féculents). Suffit pour deux en plat unique. Servir avec du yaourt nature et du cantal râpé (ce dernier faisant toute la différence de la French touch...

Sur ce, je vous laisse méditer ce petit dicton allemand : Jedes Böhnchen gibt ein Tönchen (chaque petit haricot donne un petit son)...

Comments

laurie said…
Super contente d'avoir passé une partie de l'aprèm avec toi et ton adorable petite puce ;-)
J'ai testé le mélange libanais en essayant de faire ce que tu m'as dit avec : résultat plutôt pas mal, même si j'ai quand même fait dorer le poulet à la poêle après un passage au four ! Sinon, j'ai rajouté une bonne dose de sel, ça en manquait à mon goût !
Voilà pour le premier test des achats épicés d'aujourd'hui !
Bisous et à bientôt !
Grand Chef said…
Moi j'adore, ça me rappelle ma jeunesse d'étudiant, ce genre de plats!
julie said…
Laurie, c'était vraiment sympa! A très bientôt ;-)

Grand Chef, c'est vrai que c'est un peu de la cuisine étudiante : facile, pas chère et qui nourrit le cerveau avant les concours...

Popular posts from this blog

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …