Skip to main content

Focaccia fromage et roquette

Une recette succulente qui sort du livre "Happy Days with the Naked Chef" de Jamie Oliver, traduit en France sous le titre un peu nase (tout comme son "rock'n'roll cuisine", erm???) "Toqué de cuisine". Une mine de recettes créatives néanmoins, à avoir chez soi absolument. Pour moi, le premier de ses bouquins que j'ai achetés, et peut-être le plus indispensable.
Alors, pour cette focaccia géante qui recouvre une plaque à four, il te faudra, lecteur, lectrice, fabriquer une pâte à pain avec 1 kilo de farine, de gruau si tu en trouves (vive l'Alsace-Lorraine) sinon, de l'ordinaire, voire de la spéciale pains. Je ne vais pas t"expliquer comment faire, je te considère comme un ami et ne veux te vexer en te donnant ce genre de base (va voir dans mon index des pains sinon, tu trouveras bien une piste).
Après la première levée, étale ta pâte au rouleau, la moitié sur une feuille de papier cuisson, l'autre moitié sur un plan fariné. Dessus, répartit du fromage (fontina, parmesan et gorgonzola, sinon des fromages qui fondent bien), des feuilles de sauge ou de basilic, et deux belles poignées de roquette lavée et égouttée, sel poivre. Appuie de tes mains viriles pour enfoncer le tout dans la pâte (mais pas trop non plus). Verse un filet d'huile d'olive avant de rabattre l'autre moitié de la pâte et de souder les bords. Badigeonne le dessus d'un peu d'huile, saupoudre d'herbes aromatiques (romarin, thym, sauge, origan frais ou secs), un voile léger de sel. Laisse lever un peu, et mets au milieu du four préchauffé 180°-200°C. Laisse cuire 25minutes et laisse refroidir un peu avant de servir parmi des waouh! de plaisir anticipé.

Les morceaux emballés de papier alu et congelés feront un casse-croûte rapide pour une prochaine fois.
Les meilleures choses sont souvent les plus simples...

Comments

kobayashi said…
Julie mon amie,
APrès avoir tenté (vainement, tu t'en doutes) de passer en Suisse suite aux dramatiques évènements du 06 Mai dernier, je reviens, I'm back, my dear friend! Bien sûr, j'ai fait du stop jusqu'à Gstaad (ce qui est aussi incongru que se travailler dans un abattoir avec un t-shirt de morrissey sur le dos, hein?!). Bon, je te laisse, je te raconterai la suite plus tard,j'ai rendez-vous chez le coiffeur d'elton john pour mes, hum, rajouts capillaires. Bien à toi ma tendre, belle et, ben, c'est tout, mon amie de toujours.
julie said…
Tu me manquais...
samania said…
très sympa comme focaccia, je note!
Kelly-Jane said…
Mmm, that looks so gooey and yummy :)

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Vacances siciliennes (III).....le marché de Cefalù

Le marché s'étendait sur deux voies, l'une réservée à l'alimentation, l'autre aux vêtements et à la quincaillerie. Les photos sont dûes à la témérité du Papa, beaucoup moins gêné que moi par le fait de prendre en photo des inconnus et leurs marchandises.
L'abondance des fruits et légumes à prix bas s'explique non seulement par le climat généreux dont bénéficie la Sicile, mais aussi par le fait que tout autour de la ville se trouvaient des parcelles de cultures maraîchères.
Pas de mythe : les citrons ressemblent parfois à des pamplemousses tellement ils sont gros et juteux, vendus, comme les autres agrumes, encore un peu verts. Ce qui leur confère d'ailleurs un léger parfum de citron vert; les aubergines sont de plusieurs types : grosses et gonflées, la peau violettes et plus claire par endroits, ou encore comme on les trouve ici, ou encore toutes petites et bien foncées. Le basilic est vendu en grands bouquets à prix modique.
On trouve des stands d'olive…