Thursday, May 24, 2007

Focaccia fromage et roquette

Une recette succulente qui sort du livre "Happy Days with the Naked Chef" de Jamie Oliver, traduit en France sous le titre un peu nase (tout comme son "rock'n'roll cuisine", erm???) "Toqué de cuisine". Une mine de recettes créatives néanmoins, à avoir chez soi absolument. Pour moi, le premier de ses bouquins que j'ai achetés, et peut-être le plus indispensable.
Alors, pour cette focaccia géante qui recouvre une plaque à four, il te faudra, lecteur, lectrice, fabriquer une pâte à pain avec 1 kilo de farine, de gruau si tu en trouves (vive l'Alsace-Lorraine) sinon, de l'ordinaire, voire de la spéciale pains. Je ne vais pas t"expliquer comment faire, je te considère comme un ami et ne veux te vexer en te donnant ce genre de base (va voir dans mon index des pains sinon, tu trouveras bien une piste).
Après la première levée, étale ta pâte au rouleau, la moitié sur une feuille de papier cuisson, l'autre moitié sur un plan fariné. Dessus, répartit du fromage (fontina, parmesan et gorgonzola, sinon des fromages qui fondent bien), des feuilles de sauge ou de basilic, et deux belles poignées de roquette lavée et égouttée, sel poivre. Appuie de tes mains viriles pour enfoncer le tout dans la pâte (mais pas trop non plus). Verse un filet d'huile d'olive avant de rabattre l'autre moitié de la pâte et de souder les bords. Badigeonne le dessus d'un peu d'huile, saupoudre d'herbes aromatiques (romarin, thym, sauge, origan frais ou secs), un voile léger de sel. Laisse lever un peu, et mets au milieu du four préchauffé 180°-200°C. Laisse cuire 25minutes et laisse refroidir un peu avant de servir parmi des waouh! de plaisir anticipé.

Les morceaux emballés de papier alu et congelés feront un casse-croûte rapide pour une prochaine fois.
Les meilleures choses sont souvent les plus simples...

4 comments:

kobayashi said...

Julie mon amie,
APrès avoir tenté (vainement, tu t'en doutes) de passer en Suisse suite aux dramatiques évènements du 06 Mai dernier, je reviens, I'm back, my dear friend! Bien sûr, j'ai fait du stop jusqu'à Gstaad (ce qui est aussi incongru que se travailler dans un abattoir avec un t-shirt de morrissey sur le dos, hein?!). Bon, je te laisse, je te raconterai la suite plus tard,j'ai rendez-vous chez le coiffeur d'elton john pour mes, hum, rajouts capillaires. Bien à toi ma tendre, belle et, ben, c'est tout, mon amie de toujours.

julie said...

Tu me manquais...

samania said...

très sympa comme focaccia, je note!

Kelly-Jane said...

Mmm, that looks so gooey and yummy :)