Skip to main content

Les petites galettes de la maman de Martin Winckler


Normalement, je n'aime pas trop acheter des livres fraîchement publiés (hors ceux de cuisine) car je les trouve trop cher. Oui, je sais, ça fait de moi une radine, et ça ne soutient pas les auteurs, la créativité, l'art en général et "le livre" en particulier. Comme je ne fréquente pas beaucoup les bibliothèques non plus, mais ça va changer, j'achète donc soit des livres d'occasion, soit des poches, et puis de toute façon j'aime les livres en VO, et je ne lis pas ou peu de livres français.

Mais bon, là, j'ai eu un coup de coeur pour A ma bouche, de Martin Winckler, chez Nil, qui fait partie d'une petite collection intitulée "Exquis d'écrivains". Il y décrit des souvenirs culinaires, et ses mets préférés, y dévoile un peu sa vie de famille passée et présente et son amour des séries télé américaines, que je partage (euh, sauf Star Trek, sorry Martin). Je n'en dis pas plus si vous souhaitez le lire, c'est vraiment très agréable et il y a quelques recettes de sa maman, dont celle de ces petites galettes, sa madeleine à lui, en quelque sorte. Une recette qui lui tient tant à coeur qu'il invite ses lectrices à les confectionner et à lui en envoyer une boîte par la poste, car sa compagne n'en fait pas souvent, trop long, selon lui.
C'est sûr que la pâte colle, même Heidi (pas mon au pair autrichienne, mon KA) s'y fatigue. Mais sinon, rien de bien sorcier. Et puis qui n'aime pas les recettes familiales où tout se mesure à vue de nez au verre...

La recette se trouve ici.
En fait, n'ayant presque plus de farine blanche, j'ai utilisé de la farine complète, ce qui change un peu la donne, et je ne me suis pas embêtée à les dorer à l'oeuf. Il faudra réessayer en faisant comme l'original pour voir, mais ces galettes sont délicieuses, peu sucrées, subtilement parfumées à l'orange. Les plus dorées croustillent, les moins dorées sont fondantes. Il faut veiller à utiliser une huile neutre. La prochaine fois je gratterai un peu de zeste d'orange en plus du jus pour accentuer le goût.

Comments

lory said…
tout mignons tes biscuits..
Kelly-Jane said…
They look so pretty Julie, all cut out in different shapes :)

KJxx
julie said…
Merci Lory et Kelly-Jane!

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …