Thursday, November 09, 2006

Vacances siciliennes (II) ...Laisse le flingue, prends les CANNOLI!!

Qui ne s'est jamais demandé, en regardant le Parrain I, mais que sont donc des cannoli et pourquoi il fallait laisser le flingue, mais ne surtout pas oublier les cannoli avec le macchabée? Bien sûr cette question ne concerne pas ceux qui ont déjà eu le plaisir d'y goûter, et à qui l'idée ne viendrait pas de les laisser moisir dans une voiture...

Laissez-moi faire les présentations...Cannoli, pluriel de cannolo, croustillants cigares de pâte frite, garnis de l'omniprésente (dans la pâtisserie sicilienne) crema di ricotta, soit de la ricotta mélangée à du sucre glace, des pépites de chocolat noir, et décorés d'écorce d'orange confite.

Cette douceur toute simple peut parfois être vendue hyper sucrée, donc méfiance, il faudra choisir avec discernement.
Evidemment, afin de me faire une idée précise et pour avoir une certaine crédibilité, j'en ai essayé de différentes provenances (au moins 4 pâtisseries différentes, y compris le dernier, nostalgique, dégusté au café de l'aéroport).

La photo suivante fût prise au Caffé Antico Spinnato,l'un des endroits où il faut être vu à Palerme. Ce furent les meilleurs. L'intérieur de la coquille est recouvert de chocolat noir, ce qui ajoute du croquant, et bien sûr, renforce le côté chocolaté. Je soupçonne ceux de l'aéroport d'être fournis par la même fabrique (ils sont vendus pré-emballés également).

On peut aussi les trouver en version mini (cannoli piccoli) , fins comme le doigt, quand on est tempté mais qu'on pense à sa ligne (pas mon cas durant ces vacances). Mais alors, il n'y a pas d'écorce.
Honnêtement, j'en suis tombée amoureuse et je suis bien contente qu'il n'y en ait pas par ici. Cela veut dire que 1) je ne succombe pas et ce sans aucune volonté de ma part, et 2) il faudra donc bien qu'un jour je retourne en Sicile (ou alors à New York, donc). Ben oui, comment ne pas aimer? les rouleaux croustillants de pâte croquante (redondant), la ricotta fondante, le chocolat et l'écorce d'orange confite...j'ai même réussi à résister et à ne pas acheter les rouleaux métalliques nécessaires à leur confection à la maison. Je ne supporte pas l'idée de faire frire la pâte, et je pense aux conséquences néfastes sur mes hanches...


Pause café/thé à l'Antico Caffé Spinnato...

8 comments:

Alhya said...

heureusement que je ne connais pas ces merveilles je ne veux même pas imaginer leur gout de peur de succomber à distance!

Poumette said...

J'en ai mangé en Sicile et je ne savais pas quel nom ça portait ! J'ai beaucoup aimé.

jojo said...

Les meilleurs c'est ceux remplis devant toi, comme ça la pâte reste bien croquante!

Fabienne said...

As tu pu arracher la recette de ces gourmandises si horriblement bonnes !

auré said...

je ne connais pas ces cannoli! merci de nous faire découvrir ces jolies spécialités Siciliennes!

tarzile said...

J'aime l'Italie. J'aime la Sicile. Quelle chance tu as.

domesticgoddess said...

Salut Julie, tu m'as manqué! Je suis d'accord, la Sicile est une merveille. Après avoir lu ceci j'ai envie d'y retourner! Je suis contente que vous vous êtes amusés :)

kobayashi said...

julie mon amie,
Inutile de chercher ma page sur myspace, car le groupe dont je t'avais parlé sur mon dernier post a, hum, splitté, à l'aube d'une reconnaissance inévitable. Pourtant, j'avais trouvé un slogan génial, grâce à toi, ma tendre amie:"forget about the guns, here are the cannolis!". the Cannolis, mon amie, quel nom de scène génial, facile à retenir, carrément international. Mais on a eu un gros souci lors de notre premier concert. passons sur la mort de Psycho, c'est, euh, Jean-Benoît, le guitariste qui ressemble à Slash, qu'on appelle JB (en anglais, please) parce que tu comprends pourquoi, qui a semé sa zone. On jouait à la fête des vendanges à Noeuds les Mines (oui, bon, ça va, hein) quand on a été méchamment pris à partie par un groupe de paysans locaux qui nous ont balancés des saucisses de Francfort et des frites en nous traitant de gonzesses en plein milieu d'une reprise hardcore de "je suis pour" de Michel sardou. JB a perdu les pédales, et a balancé sa Fender sur un chevelu en criant qu'il n'avait qu'à retourner à Woodstock. Bon, bagarre générale, pluis de canettes de Kro qui ont fini par tâcher mes Americana vintage achetées 166 euros à St Ouen à un groupe de sympathiques manouches armés de couteaux de boucher. Bon, les condés sont arrivés, et, évidemment, c'est moi qui ai écopé de la prison (à cause de mon t-shirt "free bernard tapie"). Bref, c'était la débandade, mon amie, et l'aventure humaine s'est terminé par un interrogatoire musclé devant le commissaire Derrick. Bon, je te laisse, j'ai mal digéré les cannolis au piment que je me suis confectionné hier soir pour la coupe du monde de sudoku. Bien à toi mon amie.