Skip to main content

Shortbread (et sa variation chocolat) (le meilleur du monde dit-il) en avant-première du nouveau livre de Jamie


Bon, je sais, il est déjà sorti, et j'espère bien en recevoir un exemplaire au plus tard à Noël, au plus tôt la semaine prochaine car le Papa doit aller à Londres pour son travail. Il s'appelle "Cook with Jamie", et naturellement, comme tous les autres, il s'avèrera indispensable dans tout cuisine digne de ce nom ("a timeless classic", erm).

Dans le dernier delicious, ainsi que dans les deux suivants, il y a des recettes pour nous amadouer, et quoi de mieux pour commencer que des gâteaux tous plus alléchants les uns que les autres. Ainsi ces shortbreads fabuleux*, très rapides à faire, plus longs à cuire mais délicieusement fondants en bouche.

Allez voir chez ma copine Spice, qui aime tellement ce livre qu'elle a décidé de créer un blog en son honneur, c'est d'ailleurs elle qui m'a persuadée de faire cette recette...

Moi j'ai fait la moitié de la recette car tout ce beurre m'a fait un peu peur.

Préchauffer le four à 130°C (chaleur tournante) ou 150°C.

Travailler 250g de beurre doux ramolli en pommade à la cuillère en bois avec 125 g de sucre (j'ai pris du blond vanillé). Puis ajouter 250g de farine et 125g de maïzena ou de semoule (je ne vois pas trop comment les deux sont interchangeables, j'ai pris de la fleur de maïs). Travailler à la cuillère avant de former une boule à la main. L'étaler sur deux cm d'épaisseur dans un moule carré de 22x22cm. Piquer la surface avec une fourchette. Faire cuire 50 minutes, le gâteau doit être légèrement doré (enfin, pas le mien, mais bon). Saupoudrer de sucre à la sortie du four, laisser tiédir puis découper.

Ces shortbreads sont délicieux, vraiment fondants et délicatement parfumés de vanille. Ils s'émiettent facilement et accompagneront à merveille le café ou le thé.

*Pour réaliser une version chocolat de ce shortbread, utiliser les mêmes quantités de farine, beurre et sucre, mais prendre 70g de maïzena (ça marche aussi avec de la fécule de PdT) et 50g de cacao non sucré. On peut augmenter un peu le sucre si on préfère bien sucré car l'amertume du cacao le masque un peu.

Comments

Alhya said…
j'adore les shortbread!!! je note ta recette qui m'a l'air fameuse!
mamina said…
La texture est magnifique.
catherine said…
Intéressant ! Cela me fait penser aux sprits... à essayer en tout cas, merci de communiquer la recette.
Anonymous said…
Ah oui, j'adore ! Et maintenant je vais guetter la sortie du nouveau livre de Jamie. Merci !
Clipoye said…
Je te comprends pour le beurre!
Le résultat est alléchant en tout cas!

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Vacances siciliennes (III).....le marché de Cefalù

Le marché s'étendait sur deux voies, l'une réservée à l'alimentation, l'autre aux vêtements et à la quincaillerie. Les photos sont dûes à la témérité du Papa, beaucoup moins gêné que moi par le fait de prendre en photo des inconnus et leurs marchandises.
L'abondance des fruits et légumes à prix bas s'explique non seulement par le climat généreux dont bénéficie la Sicile, mais aussi par le fait que tout autour de la ville se trouvaient des parcelles de cultures maraîchères.
Pas de mythe : les citrons ressemblent parfois à des pamplemousses tellement ils sont gros et juteux, vendus, comme les autres agrumes, encore un peu verts. Ce qui leur confère d'ailleurs un léger parfum de citron vert; les aubergines sont de plusieurs types : grosses et gonflées, la peau violettes et plus claire par endroits, ou encore comme on les trouve ici, ou encore toutes petites et bien foncées. Le basilic est vendu en grands bouquets à prix modique.
On trouve des stands d'olive…