Skip to main content

Où dîner à la Grande-Motte?

Having noticed that the seaside resort where I spent my holidays wasn't exactly international, I haven't bothered translating my restaurant reviews as I don't think many of my English-reading fans (ha) will ever find themselves in La Grande-Motte.

Lecteurs fidèles, me voici de retour à Metz après quelques semaines de canicule bien méritées passées dans les profondeurs de la France et sur sa côte méridionale. Par bonheur je n'ai pas eu besoin de ressortir mon maillot de grossesse du fond du sac où il se terrait en attendant son heure, non, mais j'ai quand même failli faire craquer les coutures de mon bikini...

Vous l'aurez compris, j'ai profité de la mer dans une station balnéaire ultra-touristique, construite dans les années 70 et, nous dit-on aujourd'hui "inventée pour une vie meilleure" (sic). La Grande-Motte n'a certes pas le charme des petits villages côtiers de la Provence, mais étant très fonctionnelle, elle convenait parfaitement aux premiers ébats du Bébé (équipée pour l'occasion de ses couches spéciales baignade à motifs disney) dans l'eau de mer.

Chacun sait que dîner au restaurant dans des lieux touristiques en espérant bien manger est mission quasi impossible, et mes trois sorties à la Grande-Motte témoignent de cette difficulté, mais sur trois, l'une a sauvé la mise, donc je vous propose aujourd'hui de partager mes expériences gastronomiques en goguette.

Une grande déception fût un repas à huit au restaurant Le grand bleu sur la promenade, où le rapport qualité-prix s'est révélé médiocre et le service désagréable. Où on vous assure que les carottes en boîte servies en accompagnement du plat principal et qui rappellent la cantine sont des carottes fânes, le tartare saumon et mangue cache bien la mangue et les desserts dont le serveur nous assure qu'ils sont maison sont de type industriels. Et cela dans un restaurant qui joue la carte de la qualité par rapport aux concurrents de la promenade.

Une expérience mitigée fût un repas Chez Antoine, un bar-resto un peu en retrait de la promenade et donnant sur une pelouse. Le cadre est très agréable, moderne, urbain presque, les moules frites fût très décevantes, mais les assiettes-repas avec des seiches grillées pas mal, quant aux desserts, j'ai adoré une panna cotta coco sauce chocolat et un gâteau aux poires caramélisées.

La bonne surprise de cette semaine fût l'Estrambord, un restaurant situé en bordure du port de plaisance et qui joue très bien la carte branchée-urbaine.

Vous m'excuserez pour a qualité des photos qui sont soit trop sombres soit surexposées.


En entrée, "petit paquet d'aubergine comme à Mykonos" pour moi et carpaccio de poulpe pour le Papa.
















Suivis d'une grande raviole aux gambas à la fondue de poireaux et de brochettes de gigot.

















Enfin, une croûte au chocolat au coeur coulant épicé et un millefeuille (délicieux) à la figue en dessert.
Amis blogueurs, je me remets à vous lire dès que possible. Le Bébé est à ce stade où il ne faut pas cesser de la surveiller, de plus j'ai redécouvert les joies de la lecture pendant les vacances, alors je me ferai encore un peu rare je pense.

Comments

Fabienne said…
Ado, j'allais souvent à Port Camargue, juste à côté de la Grande Motte, ton billet me rappelle des souvenirs
Thalie said…
ouhlala la grande-motte, ça me ramène dans mon passé de pré-ado et d'enfant... Bouh vilain souvenir douloureux aussi : piquée par une vive ! Ca fait unmal de chien.. et les méduses !Sont-elles toujours en train de coloniser les bords de mer ?
Sympa le resto, au cas où.
julie said…
Je vois que je ne suis pas la seule à connaître!! J'y allais aussi enfant!

Thalie, en effet, il y avait des méduses mais par bonheur on y a échappé!
catherine said…
On a dîné à l'Estrambord hier. Les 3 autres ont bien mangé, mais moi j'avais choisi la brandade, un plat que j'adore mais qui était, hélas, épouvantablement salé.
A part ça, super la déco, très originale et rigolote, mais l'architecte n'a pas pensé à l'acoustique. Il y avait un groupe d'une vingtaine de personnes, mais il n'était pas déraisonnablement bruyant, et pourtant ça résonnait terriblement. On ne s'entendait pas. On est sortis avec une tête "comme ça". Bref, un restaurant à fréquenter quand il est désert ou alors en terrasse.

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …