Skip to main content

Muffins aux myrtilles de Pascale



J'ai déjà dit que j'aimais bien son petit livre Cookies, muffins & co et moi aussi je voulais tester une recette. Mais les myrtilles, ou bleuets comme on dit ici (saviez-vous que c'est une spécialité des Vosges, tout comme la mirabelle de Lorraine? intéressant?) tout comme on dit au Québec (également intéressant comme les appellations fluctuent et migrent, non?), ne sont pas très longtemps en saison et non plus disponibles partout surgelés. mais l'autre jour je me trouvais chez P....d, et j'en ai pris un sachet, à un prix assez exorbitant, cela dit, en saison ils ne sont pas vraiment moins chers, les bleuets régionaux! C'était oublier le déménagement imminent et la nécessité de vider le congélateur heureusement petit!

Enfin bref, c'était l'excuse idéale pour les faire, les fameux blueberry muffins américains, car les myrtilles sont bien plus répandues là-bas semblerait-il...

Pour avoir bonne conscience, j'ai divisé les ingrédients par deux et obtenu cinq jolis muffins, à vous de juger;-)

Comments

laurie said…
bonsoir julie !
sais-tu que l'on appelle aussi les myrtilles "brimbelles" en Lorraine ? je trouve ce mot très joli!
je prépare actuellement un circuit touristique sur la gastronomie à metz à travers les siècles... si tu as envie d'être mon cobaye pour le tester, n'hésite pas à me faire signe !
julie said…
Laurie, je ne connaissais ps ce mot, merci:) et pour ton invitation, je dis oui! Je vais mettre d'ici peu un lien pour me contacter, tu pourras m'envoyer un mail si tu veux!
Qu'est ce qu'ils sont appétissants !
Sylvie said…
Très joli et sûrement très bon.
J'ai justement mis une recette de muffins aux myrtilles hier sur mon blog...
pascale said…
Julie,
Ils sont superbes. Quand je pense que je suis Lorraine et je ne connaissais même pas ce surnom. Me donnes tu l'autorisation de mettre tes photos sur mon making of ?
Bone soirée à toi.
mercotte said…
Brimbelles, bleuets , myrtilles, peu importe du moment qu'on se régale! je les ai fait également , miam , miam ! On ne se lasse pas du petit livre rose!
Kobayashi said…
Julie mon amie,
Après une semaine sans nouvelle de toi via ton blog, j'ai imaginé le pire: était-tu partie au Tibet remplacer le "petit bouddha" mystérieusement disparu après des mois de méditation dans le tronc de son arbre? Avais-tu décidé de t'inscrire aux Waight Watchers? De revenir en France pour devenir directrice de la communication capillaire de la future campagne de, euh, Antoine Waechter? Fort heureusement, j'ai pleuré de bonheur, de joie et fut transporté d'une émotion incroyable en découvrant fébrilement ta nouvelle recette. Oui, mon amie, pleuré, car, non content de te retrouver avec plaisir, j'ai passé une semaine atroce. Au cours d'une manif anti-CPE avec mes camarades étudiants, j'avais faim (normal: chaussé de Pataugas en toile, j'ai bien marché 152 kilomètres-résultat:plus de semelle (merci les shoes made in vietnam) et mes petits petons taille 52 obligés de fouler le bitume parisien uniquement protégés de mes bas de contention achetés chez adolphe Lafon avenue du Maine. Donc, j'ai faim: je commande un, hum, doner kebab Bld St Michel. déjà, j'aurais du me méfier: le cuisinier(oui, mon amie, je sais, c'est une insulte pour les gastronomes comme toi et tes amies blogueuses) ressemblait à Saddam Hussein. Résultat: j'ai dû quitter le cortège, évacué sur une civière par le SAMU tandis qu'un des meneurs de l'UNEF (qui finira député dans 4-5 ans) criait: "Ils ont voulu nous tuer, au secours!" mais j'avais beau lui dire que c'était le kebab, il ne voulait rien savoir. Tu m'as donc peut-être vu sur CNN, je suis devenu le 1er martyr anti-CPE. L'estomac à l'envers, les pieds en sang à cause des Pataugas, mes cheveux longs flottant au vent, je croyais moi-même être la réincarnation de, hum, oui, Jésus!
A l'hopital, je suis redescendu sur terre: j'étais juste allérgique à la viande de mouton périmée. Je suis donc rentré chez moi la tête sous un sac Aldi, car maintenant, je ressemblais davantage à Elephant Man qu'à mon ami le Christ.
Pour finir, moi, je dirai que j'aime les spécialités régionales communes: l'eau de vie distillée à l'ancienne, la bière, et, hum, le vin. Bon, je te laisse, je dois participer à un diner de gala en faveur des 2BE3. Bien à toi mon amie.

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …