Monday, February 20, 2006

Riz à l'indienne aux crevettes et noix de cajou - Prawn and cashew nut rice


Une recette sympatoche dénichée dans le dernier delicious, qui fait penser à une paella ou plutôt un jambalaya, mais parfumé d'arôme indiens. L'auteur, Vicky Bhogal, écrit des livres de cuisine indienne qui ne sont pas, à ma connaissance, traduits en français. Elle partage des recettes de cuisine authentique, c'est à dire légères, simples et parfumées, loin des plats servis dans les restaurants, nous dit-elle.
J'ai bidouillé un peu au niveau des épices. Le fait que j'aie de la coriandre est un petit miracle, elle me reste de mon expédition il y a deux samedis au marché. Un peu d'herbe fraîche, ça change tout, mais ce n'est pas son absence qui m'aurait empêchée de faire cette recette!!!

Pour deux bonnes portions

une cc de graines de cumin (j'ai remplacé le cumin par des graines de cardamome et de coriandre écrasées grossièrement)
un oignon
3 gousses d'ail
75g de noix de cajou
deux tomates en dés
400g de crevettes cuites, épluchées
125g de basmati

Faire revenir les épices dans de l'huile chaude jusqu'à ce qu'elles grésillent (les miennes ont noirci, mais le goût ne s'en est trouvé que meilleur), puis jeter l'oignon et l'ail émincés dans la poêle et laisser cuire quelques minutes. Ajouter ensuite les noix de cajou, et laisser quelques minutes avant d'ajouter les tomates en dés. Attendre que leur jus s'évapore, ajouter les crevettes, puis le basmati et remuer à sec deux minutes, avant de verser 325 ml d'eau. Porter à ébullition et baisser le feu très bas, couvrir et laisser cuire jusqu'à ce que le riz soit cuit. Remuer à la fourchette pour aérer le tout, servir parsemé de coriandre hachée avec un quartier de citron vert.

******************************************************************************
For two sizeable portions (I write as I remember making it, perhaps not 100% similar to delicious and Vicky Bhogal!)

1 tsp cumin seed (sub'd by crushed cardamom and coriander seeds)
1 onion, chopped
3 garlic cloves, chopped
75g cashew nuts
two tomatoes, diced
400g prawns, cooked and peeled
150g basmati rice

Heat the oil in a good-size frying pan and fry the spices in it until they sizzle (mine caught, but that made them only better
somehow), then throw in the onion and garlic and let cook for a few minutes. Then add the cashew nuts and fry for a further two minutes before adding the tomatoes. Wait until any juice has evaporated before adding the prawns, then the rice and fry for a further two minutes. Pour 325ml water and bring to the boil. Lower the heat to a very low setting, cover and cook until the rice has absorbed the water and is cooked through. Fluff the whole with a fork and serve with fresh chopped coriander leaves and a lime wedge.

5 comments:

Casseroles2Nawal said...

Merci pour cette en effet "sympatoche" recette Miss.
Moi aussi j'aime beaucoup car ça sort de l'ordinaire et ça semble super Bon ! Que demander de plus ? Merkiiiii ;-)) et bonne semaine !

moony said...

Miam miam avec les noix de cajou c'est sûrement un délice!

Kobayashi said...

Julie mon amie,
En parlant d'expéditions, je vais t'en raconter une, et une, hum, bonne. Avec un groupe d'amis paroissiens, nous sommes allés l'an dernier en pélerinage à St Jacques de Compostelle.Je m'étais préparé comme jamais, d'abord niveau look:sandales en cuir et chaussettes blanches en coton, poncho (souvenir d'une saison de cueillette dans les champs de coca colombiens), guitare et CD ad hoc:
Pierre Bachelet, le Martin Circus,
jack Lantier(euh, oui, car la moyenne d'âge des participants était de, euh, 73 ans). Le premier soir, en quittant Evreux, pluie: cuir de mes sandales ramolli et brides distendues, chaussettes trempées, ampoules, infections du gros orteil droit. Heureusement, j'ai pu profiter de l'hospitalité d'un camionneur polonais. Nonobstant les posters érotiques tapissant le mur de sa cabine et évitant les regards tentateurs des demoiselles dévêtues, j'ai pu dormir un peu et me réchauffer les pieds grâce au grille-pain de mon nouvel ami (et aussi un peu, osé-je avouer, en raison du bon goût de sa vodka maison). Je retrouve mes amis à châteauroux, les pieds engoncés dans, hum, une paire de moufles pour les soulager (comme dans le Père Noel: c'est laid mais c'est confortable). Le soir venu, je sors ma guitare: jeux interdits, tranquille, puis, un peu plus zazou, les prisons de Nantes. Les vieux m'acclament, et, les effluves de vodka aidant, je me lève près du feu, entame alors les sunlights des tropiques, de G. Montagné: c'est le délire, et mieux qu'à Lourdes: une paraplégique, ivre des good vibes qui sortent de ma guitare magique, se lève et danse, tu m'entends, mon amie! Dépassé par ce qui m'arrive, j'ose entamer alors le Hot Stuff de donna summer, version Full Monty(tu sais, quand, euh, il faut se mettre en rang serré et balancer les bras fléchis d'avant en arrière en ondulant explicitement du bassin). Problemo: je me retrouve derrière le père François, qui n'est manifestement pas cinéphile, et n'a aucun humour. Il interprète mal ma démonstration d'amitié et de fun, et me chasse du groupe, invoquant "les forces démoniaques" qui peupleraient mon esprit perverti. Voilà comment j'ai plié bagage. Je n'ai jamais vu St Jacques, j'ai perdu des sandales, des chaussettes, et j'ai désaccordé ma guitare au pouvoir si sensuel.
Enfin, dernier commentaire: l'herbe fraîche, c'est bien, mais attention de ne pas en abuser, toi mon amie au t-shirt adidash. bon, je te laisse, j'ai trouvé un canard mort dans ma chambre à coucher. Bien à toi mon amie.

Fabienne said...

J'aime beaucoup ta recette ... son originalité, l'utilisation des noix de cajou (mon oncle en a un petit champs au Bénin), c'est divin en cuisine ...

julie said...

Merci à tous!