Skip to main content

Hainanese chicken rice


Ages ago, W. travelled to Manila to work on a project. A Chinese guy he worked with took him to dinner at a Chinese restaurant and ordered an Asian feast in his honour. During dinner, the man told him his all-time favourite dish was chicken and rice. Pressed for more information, he said the chicken was just boiled in water. I found that really strange when he related this, but why not, after all chicken is comfort food all over the world, and rice is Asia's number one staple. But simple boiled chicken as a favourite dish?

Now I understand the concept, this man had probably never cooked it for himself so how could he know that water wasn't just water but had the added components of herbs and condiments to improve it? And that you need other seasonings and relishes to really make the humble poached chicken shine?

Hainanese chicken rice


I was inspired by food-loving friends to try this recipe, which had caught my eye ever since I got Bill's Every Day Asian book. It is very simple although it does take a little time and monitoring. I was really surprised at how the chicken was perfectly cooked despite the little time on the actual heat.

The absolute star of the recipe is the ginger relish. And I used my beloved sambal instead of slicing fresh chillies.
Poaching is a good way to bring out the flavour of the chicken meat, and with the resulting stock you then cook the rice (I made it in my rice cooker). My girls ate the chicken with just rice and soy sauce and asked for seconds. For dinner there'll be alphabet soup, sadly just our alphabet and no Chinese characters ;)

You will find the recipe online here on another blog. I'm pretty sure there are more traditional recipes with a longer list of ingredients but this Bill Granger version is delicious enough.

Comments

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Vacances siciliennes (III).....le marché de Cefalù

Le marché s'étendait sur deux voies, l'une réservée à l'alimentation, l'autre aux vêtements et à la quincaillerie. Les photos sont dûes à la témérité du Papa, beaucoup moins gêné que moi par le fait de prendre en photo des inconnus et leurs marchandises.
L'abondance des fruits et légumes à prix bas s'explique non seulement par le climat généreux dont bénéficie la Sicile, mais aussi par le fait que tout autour de la ville se trouvaient des parcelles de cultures maraîchères.
Pas de mythe : les citrons ressemblent parfois à des pamplemousses tellement ils sont gros et juteux, vendus, comme les autres agrumes, encore un peu verts. Ce qui leur confère d'ailleurs un léger parfum de citron vert; les aubergines sont de plusieurs types : grosses et gonflées, la peau violettes et plus claire par endroits, ou encore comme on les trouve ici, ou encore toutes petites et bien foncées. Le basilic est vendu en grands bouquets à prix modique.
On trouve des stands d'olive…