Skip to main content

Paris : Sadaharu Aoki

Many people associate Paris with world-renowned pâtissiers like Pierre Hermé or Ladurée for their macarons and other creations, and while the Japanese go gaga over French creations, the French have developed a love for all things Japanese - I know I have over the past year.

Sadaharu Aoki has now been firmly established on the Parisian scene, from the moment he whipped out his black sesame éclairs and his matcha layered slices. He now owns a few places in Paris as well as Japan, and I think he has cleverly and subtly managed to fuse French techniques with Japanese flavours.

So on the Sunday, after the marathon had been run and the champion showered, we were both starving but it was already mid-afternoon and there couldn't be anything too heavy involved. I suggested we board the bus that conveniently left from behind our hotel to take us directly to one of Aoki's teahouses on the Boulevard de Port Royal.


It's a tiny shop with a few tables in a minimalistic environment but we were lucky to get a table -frankly, the direct neighbourhood isn't one of my favourite, there's not much going on but it's a stone's throw from rue Mouffetard which is lively and studenty, even on a Sunday.



There's a short drinks list, with many Japanese tea and you can select any pâtisserie from the counter, either reinterpretations of French classics such as millefeuilles (Napoleons) or éclairs, or jewel-like creations.


I was supposed to choose for us both and decided to go for the obvious, matcha and chocolate layered sponge and black sesame éclair. It wasn't cheap, and it wasn't big -I would gladly have had more- but it was delicious and delicate, like many Japanese things.

Comments

Interesting.....
X
julie said…
and delicious! ;)
snowy said…
Haven't tried any Japanese food!
The cakes look deliciously different.
julie said…
Oh, Eira, Japanese food is very nice and interesting...and healthy! The cake was special :)

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …