Skip to main content

Pain d'épices au potimarron et comment cuire le potimarron sans effort


Cette recette est tirée de 50 recettes pour rester canon, de Mmes Langrée et de Turckheim, l'appellation pain d'épices est un peu abusive, mais le résultat final est très bon, délicatement relevé de cannelle et muscade, très moelleux et vraiment léger sur la balance.

Mais d'abord, je dois encore redire que même si c'est parfois casse-pieds de se rendre au marché hebdomadaire -il faut se lever plus ou moins tôt, se déplacer (à bicyclette), et rentrer chargé de provisions à bout de bras- cela reste un plaisir quand les vendeurs sont sympathiques et les produits bien frais. Ainsi, le vendeur de potimarrons non traités me demandait comment je préparerais son légume, et me fit cadeau de persil plat pour la soupe en échange de mon astuce pour le cuire à la feignasse.


A l'attaque de cucurbitacés, on pleure parfois de rage tellement la peau est dure, fastidieuse à éplucher, puis la chair se gorge d'eau de cuisson et devient indigne de pâtisserie. Alors, je vous dévoile un petit truc que vous savez peut-être déjà : je lave la courge, je coupe en deux, j'enlève les pépins et les fibres du coeur, puis je pose les deux morceaux faces bombées vers le haut et j'enfourne à 180° une bonne demi-heure en fonction de la taille et de l'épaisseur.

Au bout de ce temps, la chair est cuite et la peau s'enlève facilement (certains la mangent). Pas besoin d'égoutter non plus.

500g de chair de potimarron
30g de sucre
50 g de farine (ici épeautre mais peu importe)
2 oeufs
pincées de cannelle et muscade râpée
1 cs de graines de courges

Cuire le potimarron et le mixer (j'ai ajouté un peu d'eau pour lier), puis le mélanger aux autres ingrédients. J'ai ajouté un peu de levure par précaution. Faire cuire dans le four préchauffé à 180°C 30-35 minutes. Laisser refroidir avant de déguster.

Comments

Marie, Paris said…
Merci pour le "truc" de la cuisson. J'en ai justement un qui m'attend à la maison, je vais peut être essayer ton gâteau aussi :)
Lauriana said…
Extra cette recette! Cela a l'air trop bon! Potimarron et cannelle, un délice!
Karibe said…
Mon marchand de légumes m'a dit qu'il ne fallait pas éplucher le potimarron. Toutes les vitamines se trouvent dans la peau. Il suffit de bien le brosse sous l'eau pour enlever les saletés. Une fois le potimarron cuit, la peau est très fine et ne se voit plus lorsqu'on mixe.
auré said…
je l'ai vue cette recette, mais pas encore testée! merci pour l'astuce de cuisson...la peau s'enlève à froid ou à la sortie du four?
muhjo said…
Pour la purée inutile d'éplucher le potimaron il suffit de le laver, de le couper en gros morceaux (sans les pépins) de les faire cuire dans l'eau avant de les égoutter puis de les écraser au presse purée
Alhya said…
non seulement la recette est top mais l'astuce est astucieuse ;-) et moi qui mange du potiron à longueur de temps (si, si, c'est une réalité!), je retiens et saurai en faire bon usage!
Sophie said…
Moi aussi je fait cuire mes courges comme çà, mais parfois couper la courge en deux n'est pas si simple.
Anonymous said…
Salut !
On attend avec impatience la recette de bolognèse blanche testée ce we!
Je suis sure que tout le monde va être bluffé comme nous l'avons été par cette recette originale!
Biz
Fabalex
belleble said…
J'ai essayé ta recette, mais au lieu d'un cake, j'ai obtenu une sorte de flan. Très bon, ma foi.
Je ne sais pas vraiment à quoi ça tient. Peut-être parce que je n'avais pas de potimarron, mais de la crouge muscade, plus humide ? J'ai utilisé 500 g de purée (réalisée sans adjonction d'eau au presque). Après coup, je me suis dit qu'il aurait peut-être fallu que je prenne 500 g de courge crue. Mais alors, ça ne colle plus avec l'astuce de cuisson. Mystère, mystère...
julie said…
Belle, je ne sais pas trop, mon cake était très humide et moelleux, le résultat n'est peut-être pas si différent...mais le potimarron est très ferme aprs cuisson, alors que le potiron se ramollit, je trouve...
merci de ton commentaire après recette, j'apprécie:)
missepice said…
j'ai utilisé ta méthode pour couper la courge (dur dur) mais efficace : bien cuit et en effet la chair garde plus de goût. Merci pour le tuyau. J'ai ajouté de la crème de coco et de la cardamone pour lier et épicer... c'est au four, on verra ce que ça donne :)
lilizen said…
coucou!
on peut aussi le faire cuire dans l'eau avec sa peau, tout se mixe et se mange.
Mais je vais essayer dés demain ta tèchenik !

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …