Skip to main content

La semaine du commerce équitable s'achève...

...il était temps d'en parler!

Voilà quelques années que je connais le commerce équitable, grâce à une collègue et amie stagiaire qui s'engageait dans l'association Max Havelaar pendant son temps libre (c'était en 1998, à l'époque, ils venaient d'obtenir que Monop distribue une marque de café portant leur label, c'était donc tout au début). Au fur et à mesure que l'éventail des produits s'est agrandi, je me suis mise à acheter de plus en plus souvent des produits issus du commerce équitable car mon amie avait raison et je la remercie de m'avoir mis la puce à l'oreille. On s'est perdues de vue mais j'ai souvent une pensée pour elle quand je mets du cacao bio-équitable dans mon caddie ou quand je me rends chez artisans du Monde de temps à autre.

Pour ceux qui ne connaissent pas bien l'idée derrière cette étiquette, il s'agit de payer un peu plus cher certains produits afin que leurs producteurs aient un niveau de vie plus décent. Oui, le café coûte un peu plus cher, mais souvent il est bien meilleur, le cacao n'est pas aussi foncé que celui de V. Houten, et alors? il est bio, un petit geste de plus pour l'environnement... Le sucre roux est excellent et bon pour la santé, et on trouve aussi des produits très en vogue comme le quinoa ou le riz rouge, sans parler du chocolat.

Le label Max Havelaar garantit que les conditions internationales du commerce équitable sont respectées, et ce sont souvent des produits bio. Les petits producteurs défavorisés d'Afrique, d'Amérique Centrale ou du Sud, voire d'Asie se regroupent en coopératives, on leur verse des aides de lancement et on leur achète leurs produits à un prix stable supérieur au cours du marché afin qu'ils puissent construire durablement certaines infrastructures et avoir un niveau de vie décent.

Alors bien sûr, comme le commerce équitable marche de mieux en mieux, certaines grandes marques surfent sur la vague pour 1) améliorer leur image auprès du consommateur averti et 2) augmenter leur bénéfices car ce ne sont pas eux qui portent le surcoût, mais le consommateur, mais que vous achetiez dans une grands surface ou dans un magasin spécialisé, la démarche est la même pour le producteur du bout du monde.

J'aime bien l'idée de faire un petit geste concret car je trouve que l'idée de départ est juste et humaine!

Mais d'autres en parlent mieux que moi...

le site de l'assoc' Max Havelaar
Marmitedecathy said…
Moi ça fait des énnes que j'achète des produits Max Havelaar ,et je suis convaincue !
C'est vrai que maintenant on en trouve partout, et leur gamme s'est étendue. C'est une bonne idée d'en parler

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …