Skip to main content

La fouace, c'est aveyronnais!


J'ai vu quelques fouaces sur les blogs ces temps-ci, dont celle du pétrin, que Sandra a faite en suivant la recette de Patisseries maison, et ça m'a donné envie. Car je suis à moitié aveyronnaise, ça me fait bizarre de le dire comme ça, en fait, mon Papa est Aveyronnais, n'a jamais perdu son accent chantant même en ayant vécu plus de trente ans à Paris et a réussi à entraîner Maman avec lui au fin fond du département pour leur retraite, avec vue sur le fleuve éponyme!
C'est dire si la fouace, je connais! Chaque village, chaque boulanger a sa version. Il y a celle de Najac, celle de Laguiole, de Pons, etc. Nature, en général parfumée à l'eau de fleur d'oranger, parfois truffée parcimonieusement de fruits confits, et garnie de sucre perlé. Par endroit, elle fait l'objet d'un culte, comme à Najac, où on la promène, géante, dans les rues du village sur des chars avant de la déguster avec le maire lors de la fête annuelle du village.
Mais je n'en avais jamais fait avant, j'ai même réussi à perdre la recette de ma belle-soeur, qui la tenait d'une dame ayant un gîte à Laguiole, et qui était, m'a-t-on dit, fameuse. Alors, pour ne pas faire comme tout le monde, j'ai laissé Pâtisseries maison de côté, et cherché dans mes cookbooks "terroirs". Je suis tombé sur celle de Mme C., tenant une ferme-auberge à Boulouis (dans le livre Recettes paysannes en Aveyron, aux editions du Curieux(!)), qui a moins de sucre et de beurre, et plus de farine, donc ressemble davantage à celle à laquelle je suis habituée. J'ai dû modifer deux-trois trucs, à savoir, un de mes oeufs s'est suicidé sur le carrelage de la cuisine, j'ai donc dû lui trouver un substitut (oui, c'est moche d'être un oeuf, car on n'est pas irremplaçable), et puis, il fallait un peu de liquide en plus, et surtout, Mme C. a omis de lister l'eau de fleur d'oranger dans la recette, ce qui rabaisse la fouace à un vulgaire pain brioché, me semble-t-il...

Ce n'est pas une recette pour les impatients car la pâte lève toute une nuit, mais elle vaut vraiment le détour car en y goûtant, je me suis dit, non sans une pointe d'auto-satisfaction, que c'était la meilleur que j'ai jamais mangée...

625 g de farine
125 g de sucre
1 petite cc de sel
1 sachet de levure de boulangerie sèche mais traditionnelle
2 oeufs et l'équivalent du volume d'un oeuf en crème allégée (2-3 cs) ou 3 oeufs
60 g beurre
1cs d'eau de fleur d'oranger ou son arôme

Préparer la levure avec deux cs d'eau tiède, une cs de sucre pendant une quinzaine de minutes, puis y ajouter 2 cs de la farine et bien mélanger pour former un levain.
Mixer le reste de la farine, le sucre, le sel et les oeufs. Ajouter la fleur d'oranger, puis au goutte à goutte du lait jusqu'à ce que la pâte prenne forme. Verser ensuite le levain et pétrir cinq minutes. Verser ensuite le beurre fondu et pétrir 10-15 minutes (bien sûr, c'est moins pénible au robot). La pâte reste collante, mais doit être bien souple. Couvrir et laisser lever toute la nuit dans le four éteint.
Le lendemain, sortir la pête de son récipient, expulser l'air et façonner en couronne. (Pour que la couronne en reste une, il faut mettre quelque chose au milieu -verre ou autre- sinon, comme pour moi, ça devient une seule masse!). Couvrir et laisser lever encore une heure à température ambiante. Préchauffer le four sur 180°C. Dorer à l'oeuf battu ou au lait, et enfourner pour une vingtaine de minutes. Laisser refroidir. Déguster.

Comments

Fabienne said…
Elle est sublime ta fouace
Clipoye said…
Après lecture de ton billet, j'ai très envie d'essyer!
Et toutes les cuisines des régions me plaisent!
julie said…
Merci Fabienne!

Clipoye, tu ne seras pas déçue!
Prawn said…
ah, super ! On a passé des vacances dans le Lot il y a deux ans, j'ai découvert la fouace, je me suis joyeusement empiffrée (je suis la seule à aimer la fleur d'oranger), mais toutes les recettes que j'ai pu trouver utilisaient tellement de beurre que je n'ai pas osé de lancer... Vais profiter des vacances pour en faire, tiens ! Merci !
Sarah said…
Salut Julie,

J'ai repondu à ton comment sur mon blog ici...

http://sarah-discovers-how-to-eat.blogspot.com/2006/02/lamb-bean-braise.html

:)

xox Sarah
Anonymous said…
La meilleure du monde est i-n-c-o-n-t-e-s-t-a-bl-e-m-e-n-t celle de saint Chély d'Aubrac, entre Aubrac et Laguiole si un jour le coeur vs dit d'aller errer sur les chemins de St jacques ..
Patricia said…
j'essaie ce week end, ça me rappellera mes vacances à Nasbinals...
Prawn said…
Ca y est, c'est fait, elle était DELICIEUSE, je l'ai mangée entièrment en une journée, waouh ! Merci !
julie said…
Merci pour ton gentil commentaire Prawn! Contente qu'elle t'ait plue!

Popular posts from this blog

Mijoteuse...gadget ou vraiment utile? Le point

La mijoteuse électrique, ou slow-cooker, ou encore crockpot (une marque), un objet encore assez rare dans nos contrées, a fait son apparition chez moi il y a peu. Depuis, je suis convertie. Mes amies anglo-saxonnes qui en possèdent s'en servent beaucoup, surtout l'hiver, il faut dire, et je me suis laissée tenter pour plusieurs raisons.

1) La mijoteuse permet d'utiliser quelques minutes de temps libre pour préparer son repas à l'avance, par ex. du matin pour le soir, ou du midi pour le soir, voire la veille ou juste quelques heures avant. Si elle est programmable, c'est encore mieux. Super avantage quand on travaille, et/ou qu'on a peu de temps le soir (bains à donner, bébé à coucher, etc.)

2) La cuisson, très douce, permet d'exalter les saveurs. Un bourguignon devient ainsi très aromatique, la viande super tendre, après avoir cuit sur une journée entière (un peu comme après réchauffage le lendemain).

3) On peut faire cuire avec peu de mat.gr. et réaliser tout…

La Réunion en recettes : cari de lotte et son riz au lait de coco

Enfin, je réalise d'autres recettes réunionnaises. La cuisine de la Réunion, au carrefour des continents, à l'image de sa population, associe des saveurs européennes, asiatiques, indiennes et africaines.
Je vous propose le cari de lotte, tout simplement parce que je cherchais du poisson ce samedi-là, et que les queues de lotte m'ont tapé dans l'oeil. Pauvres lottes décapitées sur l'étal du rayon poissonnerie, eh oui, la lotte est moche, tellement moche qu'on l'appelle poisson-diable en allemand et en anglais (mais aussi poisson-moine/monkfish), aussi, on la propose souvent débarassée de son faciès.

Oui, mais une fois rentrés à la maison, que faire de ces deux beaux filets? Ni une, ni deux, j'ouvre mes tomes de Nigella et Jamie et compulse les index, mais les recettes ne m'emballant pas trop, je pense soudain à en faire un cari et j'ouvre alors Cuisine des Iles de l'Océan Indien (Edisud), ramené lors de mon dernier voyage à la Réunion il y a pr…

Chocolate gelato, glace au chocolat sans oeufs et sa variation vanille

Another delicious recipe filched from bakingsheet, a chocolate gelato, ie an ice-cream made with a base of milk, cocoa powder and cornstarch, so very light and egg-free, plus easy to make. Click here for the original recipe.

Piquée chez Bakingsheet, comme d'autres recettes extra, cette glace au chocolat type gelato est très maigre car elle ne contient pas d'oeufs, ni de crème. Si on traduit gelato par glace italienne, on a tout faux bien sûr car cette glace se tient aussi bien que les autres.

J'étais assez étonnée d'apprendre qu'on pouvait faire une base de crème glacée simplement avec du lait et de la maïzena*, mais ma curiosité est récompensée puisqu'il s'agit de l'une des meilleures glaces au chocolat que j'ai mangées (et donc faites). Tout aussi bonne, voire meilleure, peut-être, que le sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé?


3 tasses de lait - 75cl
2/3 tasse de sucre en poudre ou 140g environ
3/4 tasse de cacao non sucré-90g
1,5 cs de maïzena

Porter …