Tuesday, September 17, 2013

Gâteau de fête au chocolat, via Nigella


Gâteau au chocolat


Besoin de chocolat, besoin de pâtisser, une valeur sûre puisque c'est une recette déjà publiée en anglais il y a sept ans à quelques jours près! (Recipe in English here)

Le blues de la rentrée des classes (hier au Luxembourg) et du début non officiel de l'automne, frimas et pluie inclus, me plombe depuis un moment les chaussettes. J'ai eu mon CAP de pâtissier, et j'en suis très contente/fière/soulagée, mais du coup deux effets se font sentir au quotidien : je ne pâtisse plus assez à mon goût, et je ne suis plus obligée de réaliser des pâtisseries traditionnelles. Tout ça pour justifier la confection de ce gâteau.

Un gâteau de fête sans occasion particulière mais qui fera son petit effet pour les anniversaires et autres déjeûners du dimanche.

On peut alléger un peu la recette en beurre et sucre, mais pas trop, hein, sinon ça aura moins l'effet prozac.

Oiishi!!


Gâteau :

200 g farine

200 g sucre

1 cc levure

1/2 cc bicarbonate de soude

40 g cacao non sucré

175 g beurre ramolli

2 oeufs

2 cc vanille 

150 ml  crème aigre ou crème fraîche et yaourt mélangés

Tout passer au mixeur, ou bien mélanger les ingrédients dans l'ordre dans la cuve du batteur.Verser dans deux moules préparés de 20 cm de diamètre et faire cuire au four préchauffé à 180°C pendant 20 minutes environ (tester avant si votre four carbure). Laisser reposer dans le moule quelques minutes avant de démouler et laisser refroidir sur grille.

Glaçage :

75 g beurre

175 g chocolat noir à 70%

300 gsucre glace

1 cc de golden syrup ou de miel

125 ml crème aigre ou crème fraîche et yaourt mélangés

1 cc vanille 

Faire fondre le beurre en morceaux et le chocolat. Mélanger et laisser refroidir un peu. 

Ajouter ensuite les autres ingrédients, le sucre glace TAMISé en dernier.

Etaler un tiers de la préparation sur le gâteau du dessous puis poser le deuxième en sandwich et glacer le dessus et le tour à la spatule. Décorer et servir. 

Ce gâteau est meilleur le lendemain car les arômes ont le temps de se développer mais on peut également le déguster de suite.

Simple, beau et bon


Wednesday, September 11, 2013

Soupe de nouilles soba chaudes au canard


Soupe japonaise au canard


Dur de rentrer au Luxembourg après un été passé à vagabonder en Irlande, à Hambourg, en Aveyron et au Japon... Il me reste encore beaucoup de choses à raconter sur le Japon, j'espère trouver la motivation de reprendre le récit, mais en attendant, je mitonne japonais.

Cette recette est tirée du livre Everyday Harumi dont j'ai déjà parlé , mais en anglais. Il existe en français et s'intitule Harumi Kurihara dans votre cuisine. Harumi est en quelque sorte la Martha Stewart japonaise, icône vivante de la cuisine et de la sphère domestique.

Les nouilles soba sont des nouilles de sarrasin plutôt mangées froides en été. Je vous ai déjà présenté deux plats de soba (voir ici les sobas tièdes au saumon fumé et les soba froides au sésame). Je ne sais pas comment c'est chez vous mais ici il fait déjà froid et gris, le temps qui dure les trois quarts de l'année dans cette région. Il est donc déjà temps d'arrêter le mojito et de faire de la soupe.

Pour cette soupe, je ne vais pas vous mentir, il faut des ingrédients japonais : mirin, dashi, sauce soja et nouilles soba. Bien sûr je ne dirai rien si vous prenez du bouillon de poulet et des spaghettini mais il ne s'agira plus du même plat.

Allez faire vos courses dans une épicerie asiatique et vous serez récompensé par cette soupe aromatique, super rapide à préparer et vraiment délicieuse, en plus il vous restera de quoi préparer d'autres petits plats japonais, car la plupart sont à base de mirin, saké et sauce soja.


Soupe de nouilles soba chaudes au canard
adapté de Harumi Kurihara

Pour 2 grands bols ou 3 moyens :

200 g de magret de canard frais (environ la moitié d'un magret)
4 ou 5 oignons verts tiges
600 ml de dashi (bouillon à base d'algues et de bonite séchée)
90 ml de sauce soja (Kikkoman)
90 ml de mirin (vin doux de cuisson)
200 g de nouilles soba

Trancher très finement le magret. Couper les oignons en tronçons de 5 cm.

Dans une grande quantité d'eau bouillante, faire cuire les soba environ 5 minutes, égoutter et raffraîchir.

Porter à ébullition le dashi (je mets un sachet de dashi en poudre et je trouve le goût bien comme ça) avec le mirin et la sauce soja puis y faire cuire le canard. Quand l'ébullition reprend, écumer si nécessaire, puis mettre les oignons et faire cuire 2 minutes. Ajouter enfin les nouilles et mélanger. Répartir dans les bols et servir avec du shichimi togarashi, un mélange de piment et de six épices.


Saturday, September 07, 2013

Japon - Shinjuku, Tokyo

Je ne sais par quel bout commencer pour raconter mon expérience du Japon. Le bruit et la fureur des grandes villes? Le calme et la sérénité des temples et jardins?
La politesse des gens? Leurs délires vestimentaires?

Autour de la gare de Shinjuku
Alors pour commencer, jour 1 du séjour. Le quartier de Shinjuku autour de la plus grande station de métro du monde.

Electric Town, ses magasins de produits électroniques et ses boui-bouis divers.

Lost in Electric Town

Certains boui-bouis ont un distributeur de ticket dehors, on choisit, on paye puis on entre et on donne son ticket à un cuisinier.

Boui-boui avec distributeur de ticket

D'autres ont un distributeur intérieur. En fait, on voulait manger du tonkatsu mais la grande différence du Japon avec l'Europe c'est que les étages regorgent aussi de restos, pas seulement les rez-de-chaussées, du coup on a atterri dans un boui-boui à nouilles, le resto à tonkatsu se trouvant en fait à l'étage. Mais pas grave, ça avait l'air bon alors on est resté.

Boui-boui avec distributeur de ticket à l'intérieur

J'ai plutôt mal choisi mais c'était mangeable quand même, et vraiment pas cher. Sous cette sauce gélatineuse avec une grande portion de légumes se trouvent de fines nouilles frites.

Nouilles
Ici un choix plus goûteux, des gyozas accompagnés d'un condiment au yuzu (dans le petit pot), et une soupe de nouilles (ramen?) avec légumes, viande et calamar.

Nouilles et gyoza
Après le déjeûner direction les tours du gouvernement de Tokyo, avec vue panoramique gratuite(!!). Inspiré de Notre-Dame, ce bâtiment immense se trouve dans le quartier des gratte-ciel, toujours dans Shinjuku.

Metropolitan government tower
Pour ceux qui connaissent Tokyo Sanpo de Florent Chavouet, vous reconnaîtrez cet hôtel énigmatique. (Je recommande vraiment ce livre aux illustrations hilarantes sur la vie à Tokyo).


Buildings
Pause raffraîchissante. Il fait très chaud au Japon en cette saison, une chaleur humide assez pénible et heureusement on peut déguster cafés et thés version glacée dans des atmosphères climatisées u peu partout.

Pause-café
Boissons et plats sont présentés dans leur variante éternelle dans la vitrine.
Si vous êtes accro au thé au lait à l'anglaise vous serez servi, il faut demander un Royal Milk Tea. Pour le thé vert juste Japanese tea.

Smoothie et thé glacé

Sinon des distributeurs automatiques omniprésents permettent de déssoiffer en pleine rue.
Au choix, thé vert, infusion de blé, thé royal, etc.


Distributeur de boissons

Dès qu'il y a un arbre à proximité on est choqué par le bruit intense des cigales (grillons?). Un bruit assourdissant vraiment étonnant, presque électrique. Et parfois, quand elles ont trop chanté, elles tombent raides mortes avec un petit bruit sec.

Cigale
Prés de la gare, un petit quartier plein de petits restos ou izakayas dans de minuscules allées.


Allées pleine d'izakayas
De l'autre côté de la gare, le Kabukicho. Un quartier très animé avec sex-shops, boutiques diverses et arcades de pachinko (sorte de jackpot local) et autres jeux d'argent. Possibilité de se déguiser en fantasme.

Déguisements d'écolières et de bonniches

Au bout de ce quartier, il y a le Golden Gai, un quartier de micro-bars pas tous ouverts aux étrangers, certains clairement accueillants par contre, qui s'anime la nuit tombée.


Golden Gai de jour
Micro-bar feuillu
Près des bars, un temple rouge et blanc, très calme. Attention aux moustiques!

Temple Zenkoji
Le soir, direction Meguro, vers le sud, pour dîner dans un restaurant avec un collègue et sa famille. Un restaurant assez spécial puisqu'il faut pêcher, voire harponner (plus rapide mais pas plus facile) son propre repas dans des bacs spéciaux. 

Pêche 
Une expérience un peu barbare car quand ça ne mord pas, il faut devenir brutal...

Moi et mon poisson
L'avantage c'est que sashimis, sushis et tatakis sont ultra-frais (plus frais qu'au marché de Tsukiji?)

Tataki ultra-frais
Sashimi ultra-frais

Retour à Shinjuku pour explorer le fameux Golden Gai by night. Fameuse soirée.

Shinjuku by night