Thursday, September 25, 2008

Blue cheese and spinach tart, with caramelized onions


This is a truly delicious tart/quiche, and although you might think, from its name and ingredients, you have stumbled upon a French recipe, it isn't, it's from an Australian cookbook, but is thankfully reproduced in Books for Cooks Favourite Recipes (from Books 1, 2 & 3).
I got three of their little books the last time I visited the bookshop in London. I'll be honest and say I always feel a little intimidated there, because the place is small and cosy, and the books don't necessarily jump at you, being all packed in the crammed bookshelves, with only a few sticking out. It makes me reel a bit, all those cookbooks! It's a bit like landing in cookbook lovers' paradise, only to find that you'd have gladly settled for purgatory, if it means having less to choose from, and knowing what you want to buy.

Anyway, I'd return there any time, and would try to make it for lunch or tea freshly made in the test kitchen. This place is such a fantastic concept, I wonder why no one in, say, Paris, has thought of it yet. You can have your cake and then get the recipe book for it. Brilliant!

So instead of buying a fancy book, or a collector's item, I choose their own books, which are made with love, and offer carefully selected recipes, chosen by them, the ultimate experts in foodie books. As they have tried and tested, then approved of all of that makes it into the books, the recipes are indeed very attractive. You could bemoan the lack of photos, but the descriptions are rather vivid and they are prettily illustrated by a friend of theirs.

I have now made this recipe twice and can only suggest you try it too. I have substituted similar ingredients, but let me just say it is important to use fresh spinach here, not to be a bl**dy snob, but because it tastes much better here, and will prevent the crust from getting soaked.

I found the recipe on another blog (to which I have secretly subscribed via my google reader) here. Hers looks better because it is baked in a smaller tin. Also I have made my own crust, and as said, changed a couple of things, but it is still delicious and also lighter on the butterfat!

For my crust, I used :

200g semi-wholewheat flour (which is a light and finely ground wholemeal flour)
1/2 tsp salt
1/2 tsp baking powder
3 tbsps olive oil
3 tbsps light cream
some cold water

Just mix everything by hand or in a mixer, form into a flat disc, cover in clingfilm and refrigerate fro about 30 mins. You can use your hands to press it down into the tim (here, a 28 cm silicone one).

As for the changes, here I have highlighted them with a star :

4 large onions, finely sliced
*a little olive oil
1 1/2 tsp salt
1 Tbs brown sugar
125 g (2 large handfuls) spinach leaves
*80g blue cheese, crumbled
*100g faisselle curd cheese (you could use cream cheese or yogurt or the original mascarpone)
1 egg, beaten

The method is the same. I like this tart warm, even cold, not hot straight from the oven. And you see, everything happens : I have eaten raw grated beetroot alongside of it, and even went for seconds.

Wednesday, September 24, 2008

Cupcakes version salée


Vendredi, Laurie m'a généreusement offert Cupcakes Academy de John Bentham (chez First). Je me suis empressée de préparer une recette, et malgré des photos bien alléchantes pour les cupcakes sucrés, mon choix s'est arrêté sur le cupcake Howard Hodgkin, stilton et brocolis.

Cupcake Academy présente chaque recette sous l'angle de la peinture, on y trouve donc, entre autres, le Mondrian (vanillé multicolore), l'Impressionniste (framboises-myrtilles-amandes), le Kahlo (choco-piment) mais aussi le Klimt (citron) ou le Vénus de Milo (anchois et olives).


Ici, il s'agit d'un peintre britannique contemporain. Je ne sais pas trop pourquoi il a donné son nom à la combinaison de fromage bleu et brocolis, mais il s'agit là d'un mariage heureux.
J'ai utilisé un reste de Bleu des Causses et du chèvre Ste-Maure, ainsi que de la farine bise car c'est tout ce qui me restait. Le brocolis cuit à l'étouffée dans la pâte et le fromage fond et croûte sur le dessus. Comme j'ai utilisé un mélange d'huile, de crème légère et de lait au lieu du beurre fondu, on peut dire que je me suis un peu éloignée de la recette...et j'ai obtenu, pas 12 mais 8 cupcakes. Pas trop grave, mais à savoir si vous souhaitez vraiment en faire 12, il faudra diminuer la quantité de pâte par caissette, ou alors augmenter les proportions.

Maintenant, la grande question, quelle différence entre un cupcake salé et un muffin? Euh, ben c'est comme pour les sucrés, quoi...

...bon, OK, j'élabore. Le muffin est plus gonflé, aéré que le cupcake, qui est, lui, plus dense et aussi plus riche. Est-ce que cela change grand-chose? Chacun ses goûts, au niveau salé, je dirais, pas trop, par contre au niveau sucré, souvent les cupcakes sont garnis de glaçage au beurre ou de mousse. Voir ici et ici...

Maintenant que le temps des piques-niques est bien fini, en tous cas par ici, servez-les à l'apéro, ou en entrée ou encore en plat principal, accompagnés de salade ou de soupe pour un dîner léger (et rapide). Il faut compter 2-3 cupcakes par tête en principal.

Recette :

2 oeufs
150g de stilton
brocolis frais, cru
125g de farine avec levure
1 cs de farine complète
1/2 cc de levure
125g de beurre fondu

Préchauffer le four à 180°C.
Battre au fouet électrique les oeufs avec du sel et du poivre. Ajouter le fromage en petits dés (en réserver un peu pour la fin), puis le beurre, les farines et la levure. Dans des moules à muffins/des caissettes en papier, déposer une cuillérée de pâte, puis un petit bouquet de brocolis. Recouvrir d'une autre cuillérée de pâte et parsemer d'un peu de fromage restant. Enfourner pour 15 minutes. Tester avec un cure-dent. Laisser refroidir sur une grille 10 minutes avant de démouler et encuite laisser refroidir complètement.

Note : J'ai utilisé 80ml d'huile neutre, un peu de crème légère, puis encore un peu de lait car la pâte me semblait trop dense. J'ai dû les cuire un peu plus longtemps aussi.
J'aime beaucoup cette association de saveurs, qui serait aussi excellente en clafoutis.

Sunday, September 21, 2008

Encore un livre de blogueuse: le 2 octobre dans toutes les bonnes crèmeries.


Lecteur, lectrice, le 2 octobre, dans moins de dix jours, donc, sortira un livre entièrement rédigé de ma douce et fluide plume, consacré à mon activité favorite, la pâtisserie, mais attention, pas de celle qui fait frémir par sa difficulté et sa richesse en beurre, non, non, point de tout cela.
Des recettes ludiques, faciles, et très allégées par rapport aux classiques.

Pour les détails pratiques :

Titre :
C'est du gâteau! - de beurre - de sucre + de bonheur = encore meilleur

Auteure : Julie Poux
Editions : Tana
Collection : Mon grain de sel
Prix : € 12

Plus de 50 recettes de biscuits, gâteaux, cakes, tartes, pains sucrés et brioches, toutes plus alléchantes les unes que les autres, des classiques anglo-saxons ou bien de chez nous, revisités avec une light touch, en particulier moins de matière grasse ajoutée, mais qui gardent leur saveur grâce à quelques petits trucs (ajout de produit laitier, compote, etc.)


Non, il ne s'agit pas de remplacer tout le beurre par du fromage blanc à 0%, pour obtenir un truc immangeable, même si très light, il s'agit de se faire plaisir en diminuant un peu les calories. On a gardé un peu de beurre et de vrai sucre pour conserver texture et goût.


Les recettes sont magnifiquement illustrées par les photos de Raphaële Vidaling, qui, vous le savez sûrement, dirige la collection Mon Grain de Sel.

Quelques exemples de recettes ? Cupcakes vanillés, gâteau de fête au chocolat (sans oeuf), challah chocolat-noisettes, biscotti, cookies au beurre de cacahuètes, couronne arty aux trois chocolats, tarte aux figues et à la frangipane, tarte aux quetsches, escargots briochés aux noisettes, etc. Que des bonnes choses!

J'aime penser qu'il y a une place sur chaque étagère (de chaque pièce de chaque foyer francophone ou non même, hi hi) pour un livre joliment conçu qui donne quelques idées pour garder le plaisir de pâtisser sans en craindre les répercussions sur les hanches ou sur le taux de mauvais cholestérol. Car certains n'aiment pas particulièrement cuisiner au quotidien, mais ont le plaisir de régaler famille, amis et collègues avec des gâteaux de temps en temps. D'autres aiment trop pâtisser (c'est du vécu!) et se sentent à l'étroit dans leur jeans. D'autres, enfin, ont des étagères qui croulent sous les livres et magazines de cuisine (encore du vécu, hein!) mais pas de livre de pâtisserie light digne de ce nom, et certainement pas aussi jolis que celui-ci, avec des recettes qui marchent vraiment!


Avant que vous le demandiez, non, il n'y a pas de recettes de macarons (pas au sens herméen en tous cas) dans le livre, je laisse cela aux experts, pas de gâteaux imitant ceux du pâtissier (je pense aux bavarois, st-honoré, trianon et autres), pas d'incitation à acheter de grands crus de chocolat ou de matériel très sophistiqué.

On est dans le domaine familial, intime et sacré de la pâtisserie maison, à faire seul pour se détendre, ou avec les enfants pour s'amuser.

Dans l'intro, vous trouverez le pourquoi du comment du livre, les bonnes bases et le matériel pour pâtisser sans stress, des astuces qui facilitent la vie (que peut-on congeler? comment faire son extrait de vanille? comment laisser gonfler une pâte levée? par quoi remplacer le beurre? peut-on compter sur les édulcorants de synthèse? etc.)
Puis suivent les 5 grands chapitres avec des recettes pour le goûter, le dessert, le petit-déj, les après-midi de pluie, en somme, toutes les occasions du quotidien, ainsi que les fameuses pages bulles qui sont le bonus de la collection.



Voilà, j'espère t'en avoir dit assez, lecteur, lectrice, pour te donner envie de passer commande dans ta librairie préférée (plus sûr que d'être déçu(e) le Jour J), ou sur internet.

Petite précision pour le net, certains vendeurs n'ont pas encore les infos précises sur le livre, tu le retrouveras grâce à son code ISBN/ EAN : 9782845674707 ou grâce aux liens suivants :

chez amazon (clic)
à la fnac (clic)
chez chapitre (clic)
chez alapage (clic)
et même en Suisse ! chez ellipse (clic)

Offrez-le! Offrez-le vous! (on ne peut compter que sur soi-même ;-)) Buy! Buy! Buy!

Pour voir le diaporama sur le site "Mon grain de sel", c'est ici (clic)!

Cookies pécan, chocolat et avoine (sans oeufs) de Cakes in the city



Vendredi, j'ai passé la journée avec Laurie, ma copine de Metz, et lectrice de ce blog (voir ici pour plus de détails, petits curieux). Deux expéditions shopping (fnac et grand frais, entre autres), un délicieux repas chez le Toqué (rue Taison), une part de Sacher (Bourguignon, rue de le Tête d'Or) et un excellent thé furent par exemple au menu de cette journée gourmande. Sans compter nos papotages divers, notamment sur les livres de cuisine et recettes de blogs.

Ce qui nous amène au contenu de ce billet, à savoir, les excellents cookies de Camille, de Cakes in the City, que vous connaissez sûrement. Son joli blog aux couleurs girlies, est rempli de douceurs plus alléchantes les unes que les autres, venues des 4 coins du monde.

Lecteur, et néanmoins ami, tu sais que ma collection grandissante de cookbooks m'oblige à tester les recettes qu'ils contiennent, ne serait-ce que pour justifier leur achat et pouvoir continuer à me faire plaisir de cette manière-là. Rares sont donc les recettes que je pioche sur le net, même s'il y en a, et en particulier pour les cookies, dont je raffole, car j'ai souvent peur d'être déçue. Mais Laurie m'a chaudement conseillé cette recette, l'ayant elle-même testée plusieurs fois avec succès, et pour ce goûter de dimanche après-midi, je me devais de les faire, car comme Laurie aime beaucoup mes cookies au beurre de cacahuètes et chocolat, je ne peux que lui faire confiance.

Et je n'ai pas été déçue, car ces cookies sont absolument délicieux, et ne contiennent pas d'oeufs, ce qui peut arranger les allergiques ou les fonds de frigo vides. La pâte est liée avec un peu d'eau. Je crois que j'en ai mis un tout petit peu trop, j'ai rajouté un peu de chocolat et remplacé une partie du sucre par de la cassonnade. J'aime beaucoup le résultat, un peu plus plat que chez Camille, car ils sont super croquants. J'ai obtenu 24 cookies, et j'en ai englouti 6 pour mon goûter, c'est dire.

Verdict : une bonne recette, à refaire absolument! Merci Laurie, merci Camille :-)

Si vous aimez ce billet, vous aimerez sans doute :

les cookies peanut butter et chocolat
les bons gros cookies chocolatés
les cookies au chocolat de Trish D.
les cookies de Phoebe (raisins avoine)(Friends)

Wednesday, September 17, 2008

Le poulet kung pao de Nora Bing (la maman de Chandler)


Ca fait un moment que j'ai envie de faire cette recette, non pas parce que je mange ce plat au restaurant, mais plutôt pour la petite anecdote tirée de Friends, où la mère de Chandler, auteure de romans érotiques à succès et femme à hommes, évoque dans une interview télé qu'après avoir passé des moments "intimes" avec un homme, elle a une furieuse envie de poulet kung pao. Je trouve ça très drôle, pardonnez-moi, alors comme la recette figure dans le livre Cooking with Friends, j'ai pu tester.
Il semblerait que la recette du livre ne soit pas super authentique, car une brève recherche sur le net montre l'usage de poivron et de sauce piquante, mais elle a l'avantage d'être simple et super rapide, et au final, délicieuse.

La recette, un peu adaptée, pour 2-3 personnes :

3 blancs de poulet
3 cs de sauce soja
1 cs d'huile de sésame grillé
1 cs de vinaigre de cidre
2 cc de xérès sec
1 cs de fleur de maïs
2 gousses d'ail
3 oignons verts
1 cs de gingembre fraîchement râpé
des piments secs
une poignée de noix de cajou ou cacahuètes

Faire mariner la viande, coupée en morceaux, dans 2 cs de soja pendant au moins 15 min.
Mélanger la dernière cs de soja, l'huile, le vinaigre, le xérès et la fleur de maïs dans un petit bol. Réserver.
Faire chauffer de l'huile neutre dans un wok ou une sauteuse. Quand elle est bien chaude, faire dorer le poulet sur toutes ses faces jusqu'à ce qu'il soit cuit. Réserver.
Rajouter un peu d'huile dans le wok, faire chauffer l'ail haché, les oignons émincés (ainsi que les tiges vertes), le gingembre ainsi que du piment selon votre goût. Il faut 30 secondes à une minute.
Remettre le poulet, les noix ou cacahuètes, ainsi que la sauce réservée dans le wok. Si vous ajoutez des légumes (précuits), c'est le moment. Bien mélanger le tout et faire revenir encore une minute environ. Servir avec du riz.

Mon avis : on ne sent pas le piment! Si vous l'aimez, émiettez-en un peu, ou ajoutez de la poudre de piment ou de la sauce piquante (type piri-piri ou sambal oelek). Ce plat est sensé être assez relevé. Personnellement, j'aime bien comme ça, on sent bien le gingembre et les oignons, ainsi que les sauces.

Tuesday, September 16, 2008

Spaghetti au boeuf bourguignon


Bien sûr, je ne suggère pas de faire du bourguignon exprès pour le manger avec des pâtes, ma préférence allant plutôt aux pommes à l'eau en accompagnement, mais quand il en reste trop pour une personne, et trop peu pour 2, c'est idéal pour dresser des pâtes. Les Italiens servent souvent des ragù avec des pappardelle, ces sortes de tagliatelles extra-larges, j'ai d'ailleurs un excellent souvenir de pappardelle au ragoût du maquis, dégustées en Sicile il y a deux ans. Les pappardelle absorbent beaucoup de sauce, mais faute d'en avoir sous la main, j'ai pris des spaghetti à l'épeautre, de ce que j'avais en somme.

Je vous redonne ma recette de bourguignon, car la dernière fois, elle était en anglais. J'ai un peu modifié les quantités, mais au final, c'est pareil, et comme le temps redevient frais et automnal, quoi de mieux qu'un bon ragoût mitonné dans la cocotte en fonte (mais quand le temps presse, l'autocuiseur c'est bien aussi, 30 minutes et c'est prêt...)

1 bel oignon
100g lardons
1 kg boeuf en cubes (paleron, par exemple)
1 cs de farine
1 cs de concentré de tomates
2 feuilles de laurier
qq branches de thym
une branche de céleri (optionnel)
2 gousses d'ail
3-5 carottes
vin rouge (du Bourgogne, c'est mieux mais bon...)
bouillon de boeuf

Faire revenir l'oignon émincé avec les lardons. Quand ils sont cuits, les réserver. Ajouter un peu d'huile dans la cocotte et faire dorer la viande sur toutes ses faces (en deux fois). Saupoudrer de farine et mélanger, puis faire roussir le concentré de tomates et de nouveau, bien mélanger.
Verser au moins un beau verre de vin dans la cocotte (au plus jusqu'à la moitié de la viande), remuer en décollant les petits bouts collés au fond et laisser bouillonner quelques minutes. Remettre les lardons et oignons, les carottes pelées et coupées en bâtonnets ou tranches un peu épaisses, le laurier, le thym, le céleri haché, l'ail haché ainsi qu'un demi-cube de bouillon de boeuf. Verser de l'eau de manière à arriver juste en-dessous du niveau de la viande. (Ne pas noyer les ingrédients tout de même). Porter à ébullition, puis baisser le feu, couvrir et laisser mijoter environ deux heures, en surveillant et remuant de temps en temps. Si la viande n'est pas encore assez tendre, prolonger la cuisson encore 30-50 minutes. Si la sauce est trop liquide, la laisser réduire en ôtant le couvercle, ou en liant avec un peu de farine ou de fleur de maïs.

Variante : certains ajoutent des champignons frais, pourquoi pas.
Si vous préfèrez vos carottes moins cuites, ne les ajouter qu'une heure avant la fin.

Si vous avez aimé ce billet, consultez aussi :
le peposo de Jamie Oliver
le boeuf à l'indonésienne
le boeuf à la Guinness
le bourguignon à l'espagnole (en anglais, mais il suffit de remplacer les lardons par du chorizo, et d'ajouter du paprika fumé)



Pour ceux qui ont raté le dernier épisode, allez saliver devant mes millionnaire's shortbread, miam, miam, miam!

Friday, September 12, 2008

Millionaire's shortbread, ou twix maison, un peu plus léger que d'habitude




Qui n'a pas salivé devant le millionaire's shortbread, par exemple, celui-ci. Que des bonnes choses (bien riches) : du beurre, (BEAUCOUP de beurre), du lait concentré sucré, du biscuit, du chocolat, mmmhhhh, en gros des narcotiques comestibles qui vous transportent au nirvana des becs sucrés sans risquer de vous faire prendre par les stups...
Oui, mais votre taux de cholestérol appréciera beaucoup moins, par contre. Rien que dans la recette de Nigella on trouve 375g de beurre, oui oui, tant que ça, soit une grosse plaque et demie. Car il faut d'abord une couche de shortbreads, puis une couche de caramel de lait concentré au beurre, et enfin du chocolat fondu, auxquels certains ajoutent encore du beurre. Pitié, n'en jetez plus! Si l'idée d'utiliser puis de consommer autant de beurre vous donne la nausée, alors j'ai peut-être la solution.

J'ai courageusement testé pour vous la version allégée, en commençant par diminuer le beurre dans le biscuit, qui sert de support au caramel puis au chocolat, ensuite dans la couche de caramel, car après tout, il se tient avec bien moins de gras, et enfin, point de mat.gr. ajoutée au chocolat, car il n'en a pas besoin. Si vous êtes vraiment à l'affût d'une recette light, passez tout de même votre chemin, car le résultat reste riche en calories de tous poils, et très satisfaisant au goût, et avec une petite gratification en plus, celle de savoir que c'est un peu moins lourd que la version traditionnelle.

Franchement, comment ne pas aimer le trio gagnant biscuit/caramel/chocolat? Selon moi, les petits carrés sont encore meilleurs après un séjour au frais, le lendemain le biscuit est moins sec, plus fondant, le chocolat est quant à lui craquant, et le tout encore plus agréable en bouche. Si vous avez peur de descendre toute la plaque, congelez ceux que vous ne souhaitez pas manger tout de suite (mais attention, hein, comme les carrés peanut butter/choco, certains s'en goinfrent directement à la sortie du congélo...)

Pour le biscuit :

190g de farine
30g de maïzena
50g de sucre roux
90g de beurre
une bonne pincée de sel

Préchauffer le four à 180°C. Mettre tous les ingrédients dans le bol d'un mixeur et mélanger jusqu'à obtention de miettes. Terminer à la main en ajoutant de l'eau froide cuillérée par cuillérée jusqu'à ce que la pâte se tienne. Etaler dans un moule carré d'environ 22x22 cm. Enfourner pour 20-25 minutes. Le bord doit tout juste commencer à dorer. Laisser refroidir complètement sur une grille.

Pour le caramel :

1 boîte de lait concentré sucré (397g pour être exacte)
40g de sucre roux
50g de beurre
2 c. à s. de golden syrup
un peu de fleur de sel

Mettre tous les ingrédients à chauffer dans une casserole sur feu moyen. Ne pas cesser de remuer. Quand le mélange bout, baisser le feu, et tout en mélangeant, laisser épaissir et dorer un peu. Quand le caramel commence à refroidir, ajouter un peu de fleur de sel ou de gros sel écrasé, selon votre goût. Etaler sur le biscuit refroidi.

The chocolate :
100g de chocolat au lait
100g de chocolat noir à dessert

Faire fondre les chocolats ensemble au micro-ondes en surveillant bien. Mélanger puis étaler sur le caramel. Faire prendre au frais avant de découper en carrés.

Variantes:
Si vous aimez vraiment le mariage du caramel et du chocolat avec le sel, pour la Pierre Hermé touch, alors ajoutez aussi de la fleur de sel au chocolat, ou saupoudrez-en un peu sur le dessus avant prise au frigo.
Pour ma part, j'ai laissé nu un quart du caramel avant d'ajouter 2 c. à c. de beurre de cacahuètes lisse au chocolat puis d'étaler. On ajoute alors une quatrième dimension gourmande.
Pour un effet twix, découper en bâtonnets puis les tremper dans davantage de chocolat fondu et laisser figer sur une grille huilée.

Si vous avez aimé ce billet, alors vous aimerez peut-être :

les truffes chocolat caramel de Pierre Hermé
le cake carrément chocolat, encore de M. Hermé
les bons gros cookies chocolatés de Nigella
le brownies XXX de Nigel Slater
le chocolate cloud cake de Nigella

PS : Si vous êtes à la recherche de recettes de gâteaux (petits et gros) allégés en mat.gr. mais pas en plaisir, une bonne surprise vous attend le 2 octobre dans les bonnes librairies, mais je vous en dirai plus dans les semaines à venir...

Thursday, September 11, 2008

Milionaire's shortbread


The things we do when we are lonely... My loved one is away for work, my toddler threw another tantrum. It's raining... On the upside I haven't gained weight over the past four weeks (whereas I put on 4 kilos in 6 weeks between July and early August -if you're are here for the first time and wondering, I'm pregnant, that's all). Well, if they checked my weight right now it might have suddenly and very dramatically increased after sampling one time too many these outrageously delicious biscuits, but let's not think of such things, lest I reach one more time for them.

I have long lusted after this recipe, and ignored my lust because I thought it contained a hideous amount of butter and sugar. Plus I wanted to have an opportunity to bake for a larger number of people. As it turned out, I baked this on a lonely afternoon with a view to stash most of the results in the freezer. Mid-week too.

Before I started, I did some research and could find not one single lighter recipe for millionaire's shortbread, sometimes also called caramel slice. It's funny that people will go to trouble to lighten up, say, brownies, but no one seems to bother when it comes to such a decadent little treat as mill's SB. Nigella's recipe calls for 375g butter, yes THREE HUNDRED AND SEVENTY-FIVE GRAMS of 82% FAT BUTTER. That's 3/4 of a pound. Ha ha! The thought makes me reel! Even Bill (Granger) has quite a lot of butter in his version (in Holiday).

So, dear reader, I have volunteered to end this attack on our already cellulite-laden thighs by taking the matter into my own hands and trying to cut out a lot of all that saturated, albeit tasty, fat. You'll notice there's a no added fat to the chocolate layer, a huge reduction in the caramel part, and quite a cut to the shortbread bottom. While the latter is not as rich as a normal shortbread, it was difficult to cut the butter further down as otherwise it would have been hard as a rock, and perhaps not so great with the soft caramel on top. Still, I'll honestly say that on the first day, I found it a bit too crackly, but after a night in the fridge, it had time to mellow with all the rich toppings so became crumblier and overall tastier. I noticed I like the chocolate better when it's still a bit cold and crunchy.

So, here we are, with a millionaire's shortbread that satisfies a craving for a luscious little treat, with a nice biscuit bottom, a rich and softish caramel layer, and a cracking good chocolate crust, yet it won't leave you feeling nauseated by all the butter it normally contains.

For the shortbread :
190g flour
30g cornflour
a good pinch of salt
50g brown sugar
90g butter

Preheat the oven on 180°C. Place everything in a processor and process until fine crumbs. Finish it off with your hands, adding cold water, a little at a time to help bind it. Push it down into a square tin (mine is about 22 cm square, that's about 8,5 inch or so). Prick it all over with a fork and bake for about 20 mins. Only the edge should start getting golden. Cool completely on a rack before topping.

Caramel :
397g tin of sweetened condensed milk
40g brown sugar
50g butter
2 tbsp golden syrup
a little sea salt

Put everything but the salt into a saucepan and heat moderately , stirring all the while. When it starts boiling, turn the heat down a little and keep stirring until it thickens and turns a deeper hue. Let it cool a little off the heat. Add a little crushed salt and mix. Spread over the cold shortbread.

Chocolate :
100g milk chocolate
100g bittersweet chocolate

Melt the chocolate on a low heat in the microwave. Mix well. Spread evenly over the caramel. Cool in the fridge then cut into squares as big or small as you please. Keep refrigerated or freeze.

Variation : of course, you can add more fleur de sel, both to the caramel and the chocolate if that's how you rock. (And if you want the Pierre Hermé touch). I personally left it out of the chocolate, but added 2 teaspoons of smooth peanut butter to 1/4 of it for the last corner of my slices. It ads another dimension, reminiscent of peanut butter cups.
You might also want to use only dark choc, or only milk choc, or to swirl some white choc for a marbled effect.