Thursday, August 21, 2008

Appelez-moi Martha... biscuits aux amandes, à l'orange, au chocolat et au marsala


Martha, aux Etats-Unis, pas besoin de préciser de qui il s'agit, car il n'y en a qu'une, la fée du logis, reine des cookies et de la cuisine, décoratrice d'intérieur, à la tête d'un empire dédié à l'espace domestique (qui a surmonté avec panache son séjour en prison pour délit d'initié(e)), vous l'aurez compris si vous jetez parfois un oeil au-delà de l'Atlantique, je veux parler de Martha Stewart.

Je plaisante dans le titre, car je n'ai pas la patience de manier mes dix doigts boudinés pour bricoler et coudre de petites choses pour mon chez moi. Il faudrait déjà que j'arrive à le tenir propre et bien rangé, et ce ne serait pas si mal. Mais mon délicieux fiancé m'a récemment ramené comme souvenir de voyage le dernier livre de Martha, le bien-nommé Cookies.

Ami lecteur, si tu aimes les petits gâteaux et que tu lis l'anglais, procure-toi cet opus aux 175 recettes de cookies, biscuits, madeleines, brownies, sablés, shortbreads, etc. Une mine d'or. Attention à ton cholestérol néanmoins, car le dosage en beurre est plutôt élevé. Comme je n'ai pas de beurre dans mon frigo cette semaine (j'ai fait des cupcakes végans, j'ai donc acheté de la margarine Becel), et que je veux limiter les sucres, je me suis donc tournée vers cette recette d'apparence pas trop Martha-esque, si l'on peut dire, puisqu'ils ne sont pas hyper-photogéniques.


Ils ont un côté très sicilien, du Marsala, des écorces d'oranges confites, des amandes grillées...

La recette, un peu adaptée

1 1/4 tasse de farine (soit environ 170g)
2 cc de levure chimique
1 cc de cannelle
1 cc de gros sel écrasé
1 oeuf
80 ml de marsala (nature)
1/2 T. d'amandes avec la peau, dorées à la poêle et hachées (une grosse poignée)
1/2 T. d'écorces d'oranges confites, en dés
60g de chocolat noir haché
3 cs de miel

Tout mélanger dans l'ordre. Attention, ça colle! Former deux boudins un peu aplatis et les envelopper de film alimentaire. Les placer au frais au moins 45 minutes.
Préchauffer le four à 120°C. Découper des rectangles de pâte et les poser sur une plaque chemisée. Dorer à l'oeuf battu si vous aimez. Faire cuire 20 minutes à 120°C puis augmenter la température à 180°C et laisser dorer les biscuits encore 10-12 minutes. Laisser refroidir sur une grille.

A noter : il y a beaucoup plus de garniture que de pâte, et pourtant j'ai mis un peu moins de chocolat que la recette ne suggérait (110g). La pâte n'est pas très sucrée, et a un peu la consistance du pain, mais au vu des proportions, ces biscuits ont très bon goût et ne nécéssitent pas plus de sucre que les 3 c. à s. de miel préconisées. La pâte est très très collante, méfiance.
Je trouve qu'on ne sent pas le marsala, mais j'aime bien ces petits gâteaux.

Tuesday, August 19, 2008

100% vegan chocolate cupcakes



I have wanted this book forever : Vegan Cupcakes Take Over The World (or VCTOTW) by Isa Chandra Moskowitz and Terry Hope Romero, two cool vegan girls from Brooklyn. I only recently received it, but it was worth waiting for. It is cute, cool and delicious. Both of the recipes I've tried so far have had that "I can't believe it's vegan!" wow factor, and believe me, we love our meat! Not that meat would come into the equation where cakes are concerned of course, but we're not shy with dairy or eggs, especially if they're involved in a sweet concoction.

The first one was the golden vanilla cupcakes with chocolate mousse topping (look here). I used cow's milk though because that's what I had. But, it's of notice that this made me eat tofu, which I normally hate. This was silken tofu out of a tetrapak, and if anything, it tastes watery on its own, but mix it with melted chocolate, and you've got a luscious chocolate dessert that goes really well with the cupcakes.

This weekend I made the chocolate agave syrup cupcakes, in a bid to keep my blood sugar low (that's what agave syrup does in comparison to plain sugar), although this was counteracted by the chocolate buttercream icing/ frosting (see recipe here) that I piled on top of them, but still. I used only vegan ingredients.
My ingredients, though I see now that I forgot the flour (semi-wholewheat) as well as the buttercream ones, oh well

You really can't tell it's "cruelty-free" (oh yeah, I went all out and bought some soy milk, made sure the margarine and shortening were vegan). But it is very cocoa-rich, and therefore might taste a little surprising (in a deep, dark cocoa-flavour way, cocoa does taste slightly bitter and floury in high quantities). Therefore, I preferred them the next day, but nonetheless gratefully wolfed down my first one on the same day. Even Maya kept asking for more, and that's surely a sign.
The cake is moist and tender, the icing complements it beautifully.

I cracked open my new piping bag. It's not easy to pipe swirls gracefully, so I went for the little spikes instead, which I thought looked quite cool.

I made a half batch of each recipe, and I got six cupcakes and largely enough to smother them in frosting.

There are many more recipes I'd love to try, like the Brownie cupcakes, or the peanut butter ones, the blueberry mousse (silken tofu again), the Elvis cupcakes (banana, buttercream, sprinkles, etc). It's no wonder there are hordes of VCTOTW fans out there, if you're vegan this book is a must-buy, same if you have dairy or egg allergies. And if like me, you're not vegan, well you should get this book too because the recipes work, it's a nice funky read, and it's always a good idea to save on cholesterol and other animal fats and to give animals a rest once in a while.

Sunday, August 17, 2008

Harissa prawns over saffrom rice by George, the Kitchen Goddess


George, aka Kitchen Goddess (see her fabulous blog here), is in the middle of writing her first cookbook (see here for details). I know for a fact that it takes time and passion (more about that in a few weeks) to do that, especially if you have to manage a home, a dog, and a demanding job. But George has plenty of fantastic recipes, and lots of energy, and I'm sure she'll have huge success with her project.

To show my support, but mostly because this recipe caught my eye and got my tastebuds salivating, I have cooked this recipe of hers. The title of her post was Rush Hour. Hers was a midweek dinner, mine was a Sunday lunchtime rush.

I know that Sunday is fathers' day at the playground, but we like to go all together, even if I often end up sitting down with a book or a magazine while Maya and her Dad (notice the capital D here) go up and down slides and run about. So quite often, I end up in a frenzy in the kitchen cooking a quick meal of steamed veg and carbs and we all share because I can't be bothered to make us grown ups a more refined dish.

Well, not today, thanks to George. I did steam some green beans and potatoes for Maya (she likes her food quite plain, I feel lucky she even considers green beans -or broccoli- as food otherwise she'd eat only pasta, couscous and Kartoffeln). Anyway, I looked forward to a fast but tasty meal and the harissa prawns and saffron rice George shared were just that.

I happened to have everything lurking about the fridge/freezer. Some leftover sweetcorn (canned, for salads), some frozen peas, some frozen prawns, some longlife light cream and some harissa. Even some sherry, which I never know how to use, and some saffron, brought back from my hols in Lanzarote.

I am reluctant with prawns ever since I read that their extensive farming is harmful both to the environment and to the people who grow them. Now I only buy the small cold sea ones (in tins) or the quality labels. These were organically farmed ones, a bit expensive but not an every day thing either.

I must say that I took liberties with the proportions, using only a pinch of saffron threads and as a result, my rice didn't turn as yellow as George's so I added a pinch of turmeric to it.

Well, we both really liked this combination. The rice was different than my usual plain basmati, adding some sherry and some vegetable stock really was an improvement. The creamy harissa sauce was impossibly easy (heat cream, add harissa, then prawns) but nonetheless delicious. I would have added some fresh chopped coriander to sprinkle had I had some (but mine died on me while I was away), but it wasn't necessary. And with the prawns over the rice, and the harissa cream poured over both, the flavours mingled and made for a very moreish dish.

I would have liked to present a better picture of the finished dish but after one click, the batteries in my camera went dead, and having none ready to replace them, I had to settle for this one (yeah, the sun was shining!)

Thanks for this fab recipe, George! and fingers crossed for your book :-)

Thursday, August 14, 2008

Lanzarote 2008

Playa Grande, à marée basse

L'église de Notre-Dame du Carmèn

La Lonja, poissonnerie, resto-bar à tapas


Cher(e) lecteur (trice),
après deux années de suite de vacances en Sicile, cette année pour changer on est allé à Lanzarote. Ayant peu eu l'occasion d'y entendre parler français, j'en ai conclu que cette destination n'était pas très prisée de mes compatriotes, et donc décidé de t'en parler un peu, histoire de varier un peu les plaisirs.

Bien sûr, tu en apprendras davantage ici, ou , mais mon point de vue subjectif pourrait t'intéresser, sait on jamais.

Les raisons qui m'ont poussée à changer de lieu de vacances, non que j'aime vraiment la Sicile, sont que :
1) Lanzarote jouit d'un climat agréable, très ensoleillé sans être trop chaud car il y a du vent en permanence
2) Lanzarote est une destination directe en partance du Luxembourg
3) deux semaines en demi-pension dans un appartement-hôtel à petit prix, ça joue aussi
4) cette année, j'avais besoin de repos et d'en faire le moins possible (30SA), donc les critères 2) et 3) ont beaucoup joué
vue de Teguise

Et à tous ces niveaux, j'ai été exaucée : nous avons passé de bonnes vacances, relaxantes, ensoleillées, sans stress. Par contre je ne dirais pas que c'était l'extase culinaire, notre hôtel pratiquant une cuisine digne de la cantine. Heureusement que nous avons découvert un bar à tapas assez authentique, ainsi que deux restaurants pas trop mal.
Nous étions à Puerto del Carmen, le long de Playa Grande, qui se trouve près de l'aéroport (un bon point si on arrive tard et qu'on part tôt le matin). Comme son nom l'indique, la station balnéaire est construite tout le long d'une grande plage, et donc très étendue en longueur. L'avantage de Lanzarote est que les constructions ne doivent pas dépasser trois niveaux, on n'a donc jamais l'impression d'être dans un environnement super-bétonné. Par contre, la promenade n'est faite que d'une succession de magasins type bazar de plage, restaurants et bars assez bruyants et attrape-touristes, beaucoup beaucoup de touristes britanniques (puis allemands et néerlandais), mais pas ceux du genre à boire leur thé le petit doigt bien raide, non, plutôt ceux du genre tatoué, crâne rasé, aimant les T-shirts sans manches (normal, pour montrer les tatouages).

La plage, de sable foncé, est large et spacieuse, on n'est donc pas les uns sur les autres, surtout le matin (le temps que les fêtards cuvent leur bière bon marché). L'eau est vraiment très propre, la plage affiche le drapeau bleu.

L'île étant volcanique, elles est constituée de nombreux monts et cratères de couleur ocre-grise, de coulées de lave et de peu de végétation (pas d'herbe, mais beaucoup d'arbres et plantes tropicaux -palmiers, cocotiers, bougainvillées, etc.) Il y a quelques attractions (parc volcanique, grottes) mais sinon, c'est plage, plongée si on aime, randonnées (mais attention aux coups de chaleur) et shopping. Paradis pour ramener des alcools et des clopes, des parfums grâce aux faibles taxes. A noter que Playa Grande dispose d'un centre commercial neuf, avec Zara, Mango, Bershka et compagnie.

Qu'est-ce qu'on mange?

Les plats typiques des Canaries se résument à une poignée de spécialités : les papas arrugadas, qui qont les petites patates locales cuites dans leur peau avec du sel, accompagnées des incontournables mojos, les sauces rouges, vertes et blanches. Les rouges et vertes sont à bases de poivrons/piments, la blanche se rapprochent assez de la mayo. Voir ici les recettes.
On peut aussi déguster du poisson, des calamars, et toutes les spécialités espagnoles au sens large. Tapas, notamment mes préférées- les gambas al ajillo, crevettes cuites dans de l'huile d'olive avec beaucoup d'ail, les puntillas, mini calamars frits entiers, pulpo a la gallega (poulpe tendre arrosé d'huile et de paprika), sardines frites, tortilla, etc. Paella de fruits de mer, poissons et viandes grillées...
Le bienmesabe à mi-chemin entre la confiture et le caramel, une sorte de crème d'amandes et de miel, très très sucrée et parfumée, même moi qui n'aime pas trop la pâte d'amandes j'ai apprécié le bienmesabe avec une boule de glace vanille.

On peut aussi trouver son bonheur dans les tex-mex, et autres restos british, à voir.
Teguise

Qu'est-ce qu'on boit?

La cerveza locale, Tropical, ou Dorada, existant aussi sans alcool (un peu amère à mon goût tout de même. Les vins locaux -le raisin étant l'une des rares cultures sur Lanzarote- non testés.
A noter que dans les autres îles, on cultive la canne à sucre, on trouve donc du rhum, ainsi qu'une liqueur appelée ronmiel, qui est un mélange de rhum et de miel, pas encore testée, mais d'ici quelques mois, et comme j'aime le rhum et le miel, je pense ne pas avoir de mal à finir la bouteille (20% vol).

Un dimanche, nous avons pris le bus direction Teguise où se tient un marché hebdomadaire immense, qui attire beaucoup de monde. Pour occuper les enfants (et les papas), un belle aire de jeux, ainsi qu'un château gonflable se situe près des arrêts de bus.

Teguise est un joli village assez typique qui rappelle un peu le Los Angeles de Zorro (l'original). Le marché en lui-même est très prisé des touristes évidemment, on y trouve de tout, des vêtements bon marché, des souvenirs, un peu d'artisanat, de la bouffe, des chaussures, des bijoux en pierre de lave et olivine, de l'artisanat sud-américain, des saucisses allemandes, des churros (chers!), des donuts, bla, bla, bla.

Qu'est-ce qu'on ramène?

Parfums, clopes, alcools, chacun ses goûts...

Mojo en bocal et confiture de figues de Barbarie


safran et paprika fumé piquant


ronmiel



bienmesabe

artisanat local

A noter : il est assez difficile de faire sa propre popotte sans voiture car les supérettes locales ne sont pas bien grandes et onc peu achalandées.

Restaurants testés et approuvés par vos serviteurs :

La Lonja (photo plus haut), poissonnerie-resto-bar à tapas tipico, sur le vieux port (varadero)

le varadero, vieux port, vu de la Casa Roja

Casa Roja, restaurant dans un joli cadre dominant le petit port

La Bodega, restaurant-bar à vins dans une ambiance rustique (mais clean)