Saturday, June 30, 2007

Framboises rouges-pouffes en gelée de Tariquet


Un dessert tout en finesse malgré son titre racoleur, traduit librement de l'anglais, et adapté de Nigella. Depuis que je connais cette dernière, et son forum, où, soit dit en passant, je ne vais plus vraiment rôder, tellement les choses y ont changé, j'ai entendu du bien de ce dessert, mais avant, je n'achetais pas de framboises, parce que souvent elles ne sont pas mûres, ou alors elles ne sont plus fraîches, mais tout a changé depuis que je fais mes courses chez Grand Frais (je précise une fois de plus que je le dis avec bonne foi, sans être payée pour).

Cette semaine-là, c'était une barquette achetée une offerte, et moi, je ne résiste pas à ce genre de marketing qui me rappelle ma jeunesse en Grande-Bretagne. En plus, elles venaient d'Ardèche, étaient très sucrées, alors que souvent elles sont acides et pleines de pépins minuscules qui s'immiscent entre les dents...

Enfin, bref, pour arrêter de digresser, j'ai acheté des framboises, et plutôt que de les déguster une par une de la barquette à la bouche, j'ai eu envie de concocter ce dessert. Point de Chardonnay chez moi, mais mieux encore, et si tu ne le connais pas encore, cherches-en, du Tariquet, un vin encore méconnu mais qui risque de ne pas le rester longtemps. Un vin qui se laisse boire, fruité, léger, frais en bouche... disponible en vin de table et en "Premières Grives", sa version moelleuse, digne de remplacer un vin plus bourgeois avec le foie gras ou en apéritif.

Réalisable avec de l'agar, mais dans quelles proportions pour éviter d'avoir une masse collante et dure? Ici, de la bonne vieille gélatine de porc en feuilles, qui fortifie les tendons.

Laisser infuser 150g de framboises fraîches dans une demi-bouteile de vin blanc fruité pendant 30 minutes.
Filtrer le vin et le porter à ébullition avec une demie gousse de vanille fendue et grattée. Couper le feu et laisser infuser un quart d'heure.
Retirer la gousse de vanille, ajouter 100g de sucre et remettre à cuire. Pour laisser évaporer l'alcool, porter à ébullition, sinon, couper le feu une fois le sucre dissous.
Laisser tremper la gélatine (2,5 feuilles) dans de l'eau froide pendant 5 minutes, puis la presser entre les mains et la diluer dans un tiers du vin chaud. Mélanger ensuite au reste du vin.
Répartir les framboises dans des coupes ou verres transparents, verser le vin dessus. Couvrir et laisser reposer au frigo, suffisamment longtemps pour que la gelée prenne (de la veille au lendemain pour être sûr).

Voilà, un dessert élégant, léger, un peu alcoolisé pour finir en beauté et en finesse un repas d'été. Adapté de Forever Summer de Nigella Lawson.

Saturday, June 23, 2007

Les blogueurs (et leurs lecteurs) sont des pigeons!

Source Image : Wikipedia
Lecteur, lectrice, pardonne-moi ce titre vexant, note néanmoins que je m'inclue dedans. Mais en effet, lors de mon dernier passage éclair à Paris, j'ai pu constater avec consternation que les blogs véhiculent de la publicité -pas toujours gratuite en plus, si on prête attention aux "partenariats" fleurissant sur les colonnes de droite des pages d'accueil- et que nous en sommes tous victimes, consentantes qui plus est, et nous ruons sur les lieux à la mode sur le web pour dépenser nos maigres euros dans des lieux de perdition dédiés à la consommation...

Lors d'une virée, j'ai ainsi dépensé une somme effrayante dans le triangle des Bermudes constitué par la rue Montmartre, la rue Tiquetonne et la rue JJ Rousseau. Tu auras reconnu les adresses en vue dans la blogosphère foodesque. Dehillerin, d'abord, magasin hautement masculinisé mais où l'on peut tout de même s'amuser. Des feuilles de cuisson en silicone, des moules à tarte carré et rectangulaires, autant de choses difficiles à trouver ailleurs.

Ensuite, la Librairie Gourmande de Débo, où j'ai exercé des trésors de retenue. Débo est vraiment sympa et les nouveaux locaux de la librairie, plus clairs, plus spacieux, sont bien agréables.

Pour finir, G.Detou, que j'avais déjà visité avant de connaître son nom, il y a quelques années. Le monsieur assez rigolo est très content de la pub gratuite faite sur les blogs, qui rapporte tout de même un net surplus de clientèle, pressée d'acheter du chocolat par 3 kilos (prévoir un caddie ou se démettre une épaule, au choix), de la pâte de pistache (immonde et gluante), du saucisson de canard et autres délices.

Quant à mes autres activités parisiennes, de celles dont je peux parler, du moins, j'ai pû me promener dans mon ancien quartier, totalement boboïsé, qu'on nomme désormais le pré-Montparnasse. Déguster de délicieuses galettes et crêpes dans la crêperie de mon enfance (chez Josselin rue du Montparnasse, maintenant connue des touristes du monde eniter) avec une amie, d'enfance elle aussi. Déjeûner à l'Hippo St-Lazare, et constater que ce n'est pas si mal pour une chaîne, le tartare d'ananas et sa boule de glace coco (Ben& Jerry's) au dessert, était super. Merci Marc et New Ways Technologies!

Ah, et puis, j'ai testé le TGV Est Européen, Metz-Paris en 1h30, franchement, j'aime autant que de prendre ma voiture (4h quand on ne se trompe pas de direction sur le périph'), surtout quand le prix est encore promotionnel...

Bon, voyez, j'ai déclenché en vous des envies de consommer, et je n'ai même pas touché un sou, ni rien en nature pour faire leur promotion!

Monday, June 11, 2007

Salade aux poulet, concombre, noix de cajou et nouilles de riz


Une excellente recette du beau Bill (Granger, qu'on ne présente plus sur ce blog), saine, légère, et pleine d'arômes asiatisants. Il faut juste avoir envie de désosser ses cuisses de poulet, car les morceaux de volaille désossés sont encore une denrée rare de par chez nous (même si c'est une vieille dinde qui a gagné l'élection au premier tour dans ma circonscription, ha ha).

Mais c'est chose aisée, je vais tout vous révéler : prenez donc un paquet de cuisses avec hanches, de préférence, si votre bourse vous le permet, que vous travaillez déjà plus pour gagner plus par exemple (au lieu d'allez tout claquer chez votre dealer), du fermier élevé en liberté. Arrachez de vos mains innocentes -enfin, tout dépend pour qui vous avez voté- la peau, munissez-vous d'un couteau à lame solide et pointue, pas trop longue, et entaillez la chair le long de l'os en essayant de la laisser en un seul morceau (un par hanche, un par cuisse). Voilà, entre 10 et 20 minutes de boulot pour 2 jambes, selon votre dextérité.

Il faudra mariner la viande dans un mélange de sauce poisson ou nuoc mâm, ail haché, piment (ici en poudre), sel, poivre et sucre si on aime (pas moi). On réservera la moitié de cette marinade avant d'y mettre le poulet. En dernier, on la fera dorer à la poêle de chaque côté.

On préparera des vermicelles de riz (ici des nouilles). On tranchera le concombre et l'oignon vert bien fin. On blanchira les mange-tout (mon ajout) avant de les refroidir et de les trancher. On concassera des noix de cajou. On ajoutera du jus de citron vert et encore du sucre (enfin, toujours pas pour moi) à un reste de marinade. On hachera quelques feuilles de menthe. Puis on mélange le tout et on déguste en s'auto-congratulant d'avoir si bien réussi cette salade délicieuse, et en se disant qu'on désossera plus souvent des cuisses, car leur chair est tellement plus savoureuse que celle des blancs.

Friday, June 08, 2007

Hamburger fait maison


Même avec peu d'ingrédients, on peut se faire un bon gros hamburger si on s'y prend suffisament à l'avance.
Voyez plutôt : du pain fait maison, facile, avec de la farine bise pour la santé. Un poil plus lourd que ses pâles cousins du commerce, mais ô combien meilleur et plus sain.


Le steak haché, du ch*r*l "minceur", congelé et décongelé à la minute en plein soleil (oui, je sais, mais on n'est pas mort). Mixé de viriles mains allemandes avec des aromates et des tranches d'oignon vert.

Un peu de tomate cerise, de l'Appenzeller, de la moutarde en grains et voilà! Un hamburger homemade, avec une belle salade sans huile dans la vinaigrette, pour compenser un peu...

Sunday, June 03, 2007

Classic brownies


I love brownies, always have, and always will. And what's not to like in a brownie? Deep, dark chocolate, crunchy (healthful) nuts, butter, eggs (organic), brown sugar...a melting square of fudgy goodness. Until now, my favourite recipe has been Nigel Slater's 24-carat one. Such gloriously decadent, dense, melt-in-the-mouth, chocolatey pieces. Nigella's aren't bad either. There are so many new recipes for me to try (I'm thinking Jamie Oliver's Fifteen brownies, Maida Heatter's Palm Beach brownies, one out of Olive magazine...) so why did my choice for today end up being Dorie Greenspan's classic ones? Well, I recently received her new book Baking from my home to yours, and as I started a diet not long afterwards, haven't had many opportunities to try anything out of this chunky, beautiful book. This weekend, my diet has faltered a bit, I have had bad PMS and felt in need of a chocolate fix/treat. So this was perfect, since one batch is not so monumental that it can't be polished off in a day (oops!) so that tomorrow being Monday, I can go back to my diet, as one would, Monday being the universal diet begin day (well, everyone knows that, right?)

I promised somewhere that I'd try Maida's recipe, which my friend Lisa swears by, but I had to break my promise as I didn't feel like making a huge amount of those tempting bits.

I used walnuts because I love them in brownies, though Nigel's are fine on their own. I used half marg because I was running out of good ole butter, I used golden caster and light brown sugars since that's what I buy (think healthy and caramel flavours), but I did have unsweetened choc (Lindt 99%). I only left out the espresso powder as I'm pretty sure I'd taste it, and wouldn't like it.

Would I make these again? You bet. The recipe is pretty straightforward. (Melt chocolate and butter, add sugar, then add eggs, then vanilla extract, then salt and flour. Add chopped nuts. Bake. Voilà.)
These are as melting as they come (well, I baked them for about 25 minutes only as I like my brownies on the gooey side). They are intensely chocolatey, sweet as they should, and although I think they have the perfect amount of fat, they're not likely to make your stomach turn after a small piece. And yes, they did disappear quickly. So double that batch if there are more of you than two big ones and a small one (you'd never believe a 20-months old would like something so full of cocoa, but she has the chocoholic gene).

Friday, June 01, 2007

La soupe du bonheur

Bienheureux qui n'a jamais souffert du SPM (syndrôme pré-menstruel), un trouble hormonal affectant une grande partie des femmes non-ménopausées et faisant broyer du noir à la plus gaie d'entre nous, sans parler de nausées plus ou moins fortes et autres énervements...voulant croire le folklore nigellien, j'ai concocté cette soupe, qui n'est pas d'obédience chinoise comme pourrait le faire croire son nom (rappelant vaguement le riz aux trois trésors et autres soupe cinq bonheurs). Non, cette soupe, je ne sais pas d'où Nigella s'en est inspirée (coup de génie?). Toujours est-il que le jaune est sensé donné bonne humeur, alors cette soupe est parfaite pour une période de SPM.

Encore faut-il trouver des courgettes jaunes, là réside un peu le coeur du problème. Au marché? les faire pousser soit-même? Je fais depuis peu une partie de mes courses dans un Grand Frais. (Ils ne me paient pas pour leur faire de la pub.) Ils ont une grande variété de produits frais et exotiques. C'est la mine pour les provinciaux en quête de coriandre fraîche, cresson, basilic violet, légumes miniatures, etc.etc. En général à prix honnêtes.

Voyez plutôt cette courgette qui ferait pâlir d'envie Rocco Siffredi. Trois pour 1.98€. Et si grosses, donc, qu'une suffit pour cette soupe qui en requiert 500g. Et juste du basmati, curcuma, bouillon de poule, citron. Pas plus de cinq minutes de préparation non plus. Et voilà comme disent les Anglais. Ajoutez un steak haché minceur* et le repas est gagné. Pour la douceur de fin de repas, une belle mangue bien mûre pour rester dans le ton.
*Notez bien la compensation qu'il faut s'imposer après avoir bravé tous les interdits du régime car le corps réclamait du Nutella et du chocolat à intervalles réguliers de la journée. La chair est faible par mauvais temps hormonal.