Wednesday, May 30, 2007

Haricots blancs à la tomate ou comment optimiser ses stocks de boîtes de conserves

Ceci n'est pas du baked beans!

N'ayant pas étudié la logistique, je me retrouves parfois sans boîte de thon mais avec des stocks de haricots en boîte à écouler. L'avantage des conserves, c'est qu'on peut compter dessus en cas de coup dur, ou simplement de grosse flemme.

Donc, hier soir, prise de court et à court d'idées, je me suis dit que manger des haricots ce serait pas mal, surtout s'ils nageaient dans une mer de tomates pelées (elles aussi, toujours dans mon placard, celui du bas, en coin, pas pratique). Régime oblige, il fallait plus de tomates que de haricots. Soit une grosse boîte de tomates pour une petite de haricots.

Pour cette merveilleuse recette, aussi simple que délicieuse, il faut hacher un oignon et le faire revenir dans une cs d'huile d'olive. Quand il devient translucide, ajouter deux-trois gousses d'ail pelées et hachées, ainsi que quelques feuilles de persil (toujours dans mon congélateur-j'achète de grosses bottes que je congèle quand le moment devient opportun). Laisser cuire un peu, avant de vider les tomates dans la cocotte. Ecraser un peu ces dernières, porter à ébullition et laisser mijoter à découvert un bon quart d'heure. Au bout de ce temps, si elles sont encore dures (ce qui était le cas hier) prendre votre courage à deux mains et vous saisir du presse purée (celui à manche, qui fait du mash plutôt que de la purée). Puis verser le contenu rincé et égoutté d'une boîte moyenne de haricots blancs tout cons. A partir de là, remettre à ébullition, puis laisser mijoter à petits bouillons en touillant de temps à autre pour éviter que ça n'attache au fond. C'est prêt quand le jus des tomates a épaissi (environ 30 à 45 minutes). Laisser refroidir un peu avant de déguster avec du pain frais si votre régime le permet (mais faut pas déc*nner non plus, ça fait deux sortes de féculents). Suffit pour deux en plat unique. Servir avec du yaourt nature et du cantal râpé (ce dernier faisant toute la différence de la French touch...

Sur ce, je vous laisse méditer ce petit dicton allemand : Jedes Böhnchen gibt ein Tönchen (chaque petit haricot donne un petit son)...

Thursday, May 24, 2007

Focaccia fromage et roquette

Une recette succulente qui sort du livre "Happy Days with the Naked Chef" de Jamie Oliver, traduit en France sous le titre un peu nase (tout comme son "rock'n'roll cuisine", erm???) "Toqué de cuisine". Une mine de recettes créatives néanmoins, à avoir chez soi absolument. Pour moi, le premier de ses bouquins que j'ai achetés, et peut-être le plus indispensable.
Alors, pour cette focaccia géante qui recouvre une plaque à four, il te faudra, lecteur, lectrice, fabriquer une pâte à pain avec 1 kilo de farine, de gruau si tu en trouves (vive l'Alsace-Lorraine) sinon, de l'ordinaire, voire de la spéciale pains. Je ne vais pas t"expliquer comment faire, je te considère comme un ami et ne veux te vexer en te donnant ce genre de base (va voir dans mon index des pains sinon, tu trouveras bien une piste).
Après la première levée, étale ta pâte au rouleau, la moitié sur une feuille de papier cuisson, l'autre moitié sur un plan fariné. Dessus, répartit du fromage (fontina, parmesan et gorgonzola, sinon des fromages qui fondent bien), des feuilles de sauge ou de basilic, et deux belles poignées de roquette lavée et égouttée, sel poivre. Appuie de tes mains viriles pour enfoncer le tout dans la pâte (mais pas trop non plus). Verse un filet d'huile d'olive avant de rabattre l'autre moitié de la pâte et de souder les bords. Badigeonne le dessus d'un peu d'huile, saupoudre d'herbes aromatiques (romarin, thym, sauge, origan frais ou secs), un voile léger de sel. Laisse lever un peu, et mets au milieu du four préchauffé 180°-200°C. Laisse cuire 25minutes et laisse refroidir un peu avant de servir parmi des waouh! de plaisir anticipé.

Les morceaux emballés de papier alu et congelés feront un casse-croûte rapide pour une prochaine fois.
Les meilleures choses sont souvent les plus simples...

Thursday, May 17, 2007

Risotto light aux champignons d'après Nigella


Hier. Journée maussade, pluvieuse et fraîche, et bien triste pour les 47% de votants de gauche, ou même seulement gauchisants. L'intronisation du sauveur universel auto-proclamé. Pour éviter de se ruer sur le chocolat en ces temps de crise, tournons-nous vers un risotto low-fat d'après Nigella, dans son premier livre How to Eat. D'ailleurs saviez-vous que son père (à Nigella) fût le Chancellier de l'Echiquier de Margaret Thatcher (qui n'aurait pas renier NS eût-il été son fils, soit dit en passant).


Faire chauffer 1 cc de beurre et 2 cc d'huile d'olive avec une gousse d'ail (ou utiliser de l'huile parfumée), faire revenir sans colorer (si possible...) un oignon haché (retirer l'ail). Quand il est translucide, ajouter 200g de champignons et laisser 2 minutes.
Jeter 125g de riz arborio et laisser cuire un peu, puis verser 60ml de vin blanc et laisser le évaporer en remuant.
Verser une louchée de bouillon aux cèpes (cubes achetés en Sicile, sans quoi le jus de cèpes séchés trempés dans de l'eau chade et un peu de bouillon en poudre bio feront l'affaire), laisser absorber et continuer ainsi jusqu'à cuisson du riz. Saupoudrer de 2 cs de parmesan fraîchement râpé. Servir de suite. C'est pauvre en mat.gr., mais il faut l'accompagner tout de même d'une petite salade de tomates, pour éviter de tout manger tout seul en attendant l'être aimé...

Mango sorbet


I like ice-cream and sorbet, but I'm not a huge fanatic. I couldn't really eat it in winter, and I couldn't have it every day in the summer either. My favourite flavours are chocolate and coconut. Last summer I had a go at various chocolate recipes (see here), I have yet to find a delicious coconut ice recipe that is doable at home in a cheap machine (though the ice-cream maker attachment for KAs is now available in Europe, something worth considering, Mother's Day is coming up after all...)

I am now officially on a diet, to the point of boring anyone, and believe it or not, this diet allows you two scoops of sorbet, twice a week, woohoo! It makes the protein/veg ONLY lunch combo bearable to know that delicious homemade sorbet is the treat to look forward to in the evening. And it is something to look forward to preparing in the kitchen, other than steaming leeks or broccoli for one's lunch and dinner. Baking is out of the question, though one may have a portion of fruit tart or crumble once a week. So sorbet-making could become the new baking...at least in my kitchen.

I know what may come to mind on seeing this pic : you think I've used mangoes that were already binnable. Nope, I just used "whole" sugar, akin to muscovado or dark brown, but even tastier and in the shape of powder or fine granules. So it colours the ice, yes, but it's good for you and gives another dimension to desserts (or tea even).

I have adapted this recipe from Tessa Kiros's lovely book Apples for Jam, she uses regular sugar and lime juice and zest, but I was already in luck to have found gorgeous ripe mangoes (the ripe part is not so easy to track, these originate from Kenya and are also fiber-free).

I had two smallish mangoes, weighed whole at 800g.

Peel, stone and cut the flesh in chunks.
Mix in 80 g sugar, here "whole" sugar. Add the juice of about half a lemon. Cover and refrigerate overnight.
The next day, purée everything in a blender. If necessary, top up with some water until you get 500ml of purée, then put into a freezable container with a lid (here, recycled baby food cups). Freeze. Remove from the freezer every hour or so and mix thoroughly with a fork. Do this three or four times, then leave your ice to firm up until you're ready to indulge your deprived sweet tooth.

(NOTE: the original recipe calls for mangoes totalling 1,2 kilo and 110g of white sugar)

Of course you can use your ice-cream maker. This sorbet is delicious and very exotic. I am quite sure that if you chuck it in the blender with some rum and more lime juice, as well as a dash of Cointreau, you'll end up with the best frozen mango daiquiri ever...

Monday, May 07, 2007

Echappe-toi!

Si, comme pour moi, votre cauchemar politique s'est matérialisé hier soir à 20h, et que tout cela vous déprime fortement, à part rêver d'un bouleversement aux législatives et espérer que tout cela ne sera pas complètement invivable, une seule solution : l'échappatoire. En anglais il y a un super mot : escapism, c'est ce que les ados rêveurs font, il s'échappent par différents moyens. Le mien : les livres de cuisine.

D'abord un très beau bouquin sur la pâtisserie : Baking from my home to yours, par Dorie Greenspan, co-auteure avec Pierre Hermé de Mes desserts préférés, entre autres. Grande dame fort sympathique de la pâtisserie internationale (également auteure de Baking with Julia (Child, méconnue ici, mais qui a enseigné aux housewives américaines le cassoulet et le pot-eu-feu).
De nombreuses recettes de biscuits, muffins, shortbreads, tartes, glaces, gâteaux et autres cakes, avec des photos un peu classiques, mais réussies, et des illustrations sympas. De nombreux conseils et anecdotes ponctuent les pages. Elle a aussi un blog si on veut lui laisser des mots doux. Je n'ai encore rien réalisé avec car...

... c'est moins fun, et pas trop logique non plus, mais je viens de commencer un régime, et dans ma quête pour en trouver un qui ne me laisse pas sur les nerfs et qui ne me fasse pas craquer, je suis tombée sur Maigrir en grande forme, du Dr Jacques Fricker, nutritionniste connu. Il est en poche chez Odile Jacob, et ne coûte donc pas beaucoup plus qu'un magazine féminin racolleur proposant un régime miracle. L'idée, c'est de manger à sa faim des féculents au petit-déj et à l'un des autres repas (le soir par exemple), histoire de ne pas être épuisé ou affamé au bout de deux jours. Il est assez flexible pour prendre en compte différents cas, on peut accélérer la perte de poids en mangeant moins, ou au contraire aménager des petits détours si on est vraiment accro à un type d'aliment problématique (fromage ou charcuterie, ou même sucré). Il n'interdit pas le vin, pour ceux qui songent à protéger leur coeur (ah ah). En un mot, il est très sensé.

Enfin, pour lire les bons mots d'une femme d'esprit et passionnée de cuisine, je conseille Home Cooking et More Home Cooking de Laurie Colwin, je viens de commencer le deuxième et j'apprécie toujours autant ses articles et ses recettes.

Avant de vous laissez vous ruer chez amazon ou autre (je rappelle au passage que j'achète tous ces livres, personne ne me les envoie cadeau, donc je vous les recommande de bonne foi), je voudrais aussi vous proposer le nouveau Manic Street Preachers, rockers de gauche, qui sort aujourd'hui (qui n'est pas encore arrivé chez moi) et dont on peut voir un petit extrait ici. leur nouveau single est en duo avec la chanteuse des Cardigans.

Enfin, si je quitte la France très prochainement, vous saurez pourquoi...