Monday, January 30, 2006

Travel-proof Cake à la marmelade / Nigel Slater's marmelade cake



In English soon!

Après la bûche à la marmelade, voici le cake à la marmelade. Mais cette fois-ci, c'est pas de moi, c'est de Nigel ("we're only making plans for...Ni-gel!") Slater, un homme de goût qui partage son année gourmande avec qui veut bien lire son dernier livre (en anglais The Kitchen Diaries), qui a une chronique dans l'Observer et qui répond aux mails qu'on lui envoie, si, si je peux le prouver, même si vous allez penser de moi que je suis une groupie.
J'aime amener des gâteaux avec moi quand je pars en week-end chez des amis ou dans la famille, mais tout gâteau ne voyage pas au mieux. Oubliés, les beaux gâteaux fourrés de Nigella, les tartes aux fruits qui coulent et les cheesecakes tremblotants! Le gâteau de voyage par excellence, c'est le cake. Il se tient bien dans son moule, supporte en général d'être préparé la veille (c'est même souvent recommandable) et prend un minimum de place dans les bagages.
J'aime bien le cake aux fruits confits du sympa Gâteaux de Mamie, des cakes aux chocolat ou au citron de Nigella (Dense chocolate loaf, et quadruple chocolate loaf, Madeira Cake pour ceux qui connaissent, dans HTBADG et Feast), des "pains" à la banane ou au coco. Mais comme ce livre de monsieur Slater est l'une de mes dernières acquisitions, et qu'en plus la recette a sa photo, je me devais de le faire. Il propose un léger glaçage à l'orange, or, je pense que l'orange appelle le chocolat de ses voeux, et comme j'aime le chocolat, je l'ai glacé avec une couche de ganache qui a croûté magnifiquement. D'où l'obtention d'une brique qui rappelle un peu ces gâteaux fourrés aux kiwis ou autre trouvés au supermarché, mais bien supérieure, bien sûr. Un cake moelleux, dense et presque humide que mes amis et moi-même avons bien apprécié.

175g de beurre mou
175g sucre blond
3 oeufs
Une demi-orange, zeste râpé et jus pressé
75g de marmelade d'oranges
175g de farine avec levure incorporée ou 175g plus 2 cc levure chimique

120g de chocolat à pâtisser à 70%
10cl crème allégée
(Nigel réalise un glaçage fin avec 2 cs du jus de l'autre moitié d'orange et 100g de sucre glace)

Battre le beurre et le sucre en pommade pendant cinq minutes, à la main ou au robot. Battre les oeufs dans un bol et les incorporer à la pommade petit à petit, suivis du zeste, du jus et de la marmelade. Ajouter ensuite la farine délicatement. Mettre au four préchauffé à 180°C pour minimum 25min (jusqu'à 40 selon les fours), un cure-dent doit en ressortir propre. Attention ça brunit vite. Laisser refroidir dans le moule, puis retourner sur une grille et laisser refroidir complètement.

Préparer une ganache avec le chocolat et la crème. La laisser prendre au frigo. Bien mélanger et en recouvrir le gâteau.

PS : sur la photo, le gâteau est retourné, le chocolat en-dessous, donc, et je ne sais pas d'où vient ce trou dans le corps du gâteau! Notez comme la tranche n'en a pas, elle.

Friday, January 27, 2006

Soupe mytho, non, maso, ah non, miso! /Miso soup for beginners


Je vais faire une confession : je n'y connais presque rien en cuisine japonaise. Oui, j'ai testé les sushis et les brochettes yakitori dans ma jeunesse dans les petits restos près du Luxembourg à Paris. Mais bon, il n'est pas encore né celui qui me refera manger du tofu, quant au poisson, j'ai déjà parfois du mal quand il est cuit, alors cru... et puis les brochettes à la vache qui rit, c'est pas le summum de l'art culinaire non plus. Non, je ne connais pas encore la bonne cuisine japonaise (et je sais qu'elle existe).
Mais hier, mes pas m'ont guidée vers la petite épicerie bio de la ville, à la recherche de gourmandises "santé" dont parlais certains blogueurs (pâte de noisettes confites, farine de châtaignes pour faire la galette de Cléa...) et finalement, je me suis retrouvée avec du tahin équitable, de la pâte miso rouge fabriquée en France et de l'agar-agar.
Alors, après avoir recherché (sur le net, car chez moi, point de cookbook japonais!!) comment la dite soupe se préparait (il ne faut pas qu'elle bouille une fois que la pâte est ajoutée), j'ai concocté une soupette d'obédience asiatique, certes, mais japonaise, je ne sais pas.
Je m'étais préparée au pire au niveau olfactif avant d'ouvrir le pot, et cela vaut bien une petite anecdote avant qu'on ne me taxe d'esprit étroit, car sur marmiton, j'ai trouvé une recette de Cléa à base de miso, (eh oui, totalement par hasard, le monde des gourmands est petit), et quelqu'un de commenter que n'étant pas habituée au goût, il faut y aller mollo. Mais finalement, l'odeur est bien agréable, acidulée et rappelle celle du tamarin frais, gourmandise des îles où j'ai une partie de mes racines. Et puis pour ceux qui s'y connaissent encore moins, la pâte que j'ai achetée est à base de riz et de soja fermentés, pas beaucoup plus, donc rien de très exotique.
En fait, je trouve que le goût est assez subtil, voire fade (je n'en ai peut-être pas mis assez) et donc que cela nécessite les deux jokers de la cuisine d'Asie que sont la sauce soja et la sauce de poissons.

Ingrédients:

1 courgette taillée en bâtonnets
1 carotte en bâtonnets
1 petite échalote hachée
1 gousse d'ail hachée
un peu de persil plat
de la pâte miso (2cc)
quelques crevettes épluchées
facultatif mais recommandé : sauce soja claire et sauce de poissons

Faire revenir l'ail et l'échalote dans un peu d'huile végétale, puis ajouter les légumes et leslaisser devenir tendres mais pas trop mous.Verser environ deux bols d'eau bouillante et diluer le miso. Il ne faut pas que ça bouille! Ajouter les crevettes et le persil. Servir chaud avec les sauces.


It's time I confessed something : I hardly know anything about Japanese cookery. Yes, I tried sushi and yakitori back in my youth in the small restaurants near the Luxembourg garden in Paris. But, well, the person who will make me eat tofu hasn't been born yet, and as for fish, well, I already have a hard time eating cooked fish once in a while, so need i say more about raw fish? Plus, grilled beef filled with molten Laughing Cow cheese isn't exactly what you'd call the pinnacle of the culinary art, is it? In a nutshell, I still don't know a thing about good Japanese cuisine.
Yet, yesterday, my steps took me to the one small oganic shop in town, looking for "healthy" sweets some other bloggers were raving about (candied hazelnut paste or chstnut flour to make Cléa's galette...) an,d I ended up buying fair trade tahini, French-made red miso paste and agar-agar.
So, after some quick research on the internet (I don't owe any Japanese cookbooks!) to find out how miso soup is made, I pottered about and came up with an Asian-flavoured soup but is there anything Japanese about it??? dunno...
I had braced myself up for the worst, olfactively speaking, before I opened up the jar, and this is worth a little anecdote before anyone calls me narrow-minded. Browsing Marmiton, I found a miso-based recipe entered by my fellow blogger Cléa (totally by chance, which shows it's a small foodie world) and someone had commented on it, saying how they'd found the taste too strong, not being used to it. But I found it was an agreeable odour, sweetly acid like fresh tamarind's, a fruity delight from the island where I have some of my roots).
For those of you who know even less than me, the paste is made out of fermented soy beans and rice, hardly more, so not that exotic.
Actually, the taste is quite subtle, bland perhaps, so the soup needs the two trumps of Asian cuisine : soy sauce and fish sauce.

Ingrédients:

1 courgette, cut into small batons
1 carotte, ditto
1 small shallot, finely sliced
1 garlic clove, ditto
flat-leaf parsley
2 tsp miso paste
a handful of prawns, peeled
optional bur recommended light soy sauce and fish sauce

Sauté the shallot and garlic in a tsp of vegetable oil, then add the vegs and let them get tender but not soft. Pour about two bowlfuls of hot water, dilute the paste in the soup. It shouldn't boil!
Add the prawns and the parsley. Serve hot with the sauces.

Tuesday, January 24, 2006

Hommage

Cléa, nous pensons à toi et à ta famille.



Photo prise par Pierre Chapoutot

Monday, January 23, 2006

Débauche de photos! Nonnettes à la cannelle et à la cardamome / Photos galore! Cinnamon buns



(oui, je me suis un peu laissée aller avec l'appareil photos, en même temps, j'expérimente et je trouve les résultats encourageants)

Nonnettes, nonnettes, quel joli nom pour ces petits pains briochés parfumés à la cannelle préparés traditionnellement dans les pays scandinaves pour le café. Enfin, traduction un peu trompeuse car les nonnettes sont chez nous des petits pains d"épices parfumés à la marmelade et hyper sucrés. Mais quelle poésie!
J'avais déjà essayé ceux de Nigella dans HTBADG, son ouvrage de référence pour la pâtisserie, cuits en escargots dans un moule, les uns sur les autres et d'origine norvégienne. Mais il fallait que j'essaie ceux de Tessa Kiros, car sa mère est finlandaise est elle nous livre sa recette de famille. L'ajout de cardamome dans la pâte est intéressant car les deux épices se marient bien. Un petit délice au goûter ou au petit-déjeûner.


Ingrédients

650g farine
25g de levure de boulanger ou un sachet de levure sèche
100g sucre (j'ai mis 50g de cassonnade et 25g de fructose)
25cl lait tiédi
1 oeuf
125g beurre ramolli (j'en ai mis 100)
2cc de cardamome moulue ou de cannelle
1cc sel

Préparer un pâte briochée en délayant la levure dans le lait mélangé au sucre, laisser lever dix minutes avant d'ajouter les épices, l'oeuf, le beurre, puis peu à peu, la farine et le sel. La pâte est collante, mais devient souple en la pétrissant. Laisser reposer deux bonnes heures jusqu'à ce qu'elle ait doublé de volume.

Garniture
80g de beurre mou(50 chez moi)
2cc cannelle en poudre,
50g sucre

Mélanger la cannelle et le sucre. Diviser le beurre en quatre portions.

Après la levée, diviser le paton en quatre, étaler la première partie sur le plan de travail fariné, sur un rectangle de 25 sur 30cm. Etaler le beurre au couteau, puis saupoudrer de 3 cc de sucre. Rouler sur le grand côté pour former une saucisse. Procéder de la sorte pour les trois patons restants.


Découper des pyramides dans ces boudins, de cinq cm sur 2 (on taille de côté). On pose les pyramides sur leur face large et on aplatit le sommet de façon à ce que les bourrelets de pâte ressortent légèrement sur les côtés. Déposer sur des plaques recouvertes de papier sulfurisé badigeonner de lait ou de jaune d'oeuf et saupoudrer d'un peu de sucre.

Laisser lever encore trente minutes puis mettre à four chaud pour vingt minutes.



************************************************************************************

Cinnamon buns are traditionally made in Scandinavian countries to be eaten with a cup of coffee. The French translation of Falling Cloudberries gives it the poetic name of "nonnettes" when nonettes actually are some small honey cakes filled with orange marmelade.
I had already made Nigella's Norwegian ones (from HTBADG, her reference book for baking) which she bakes like Chelsea buns, in a tray tin. but I had to try Tessa Kiros's, as her mother is Finnish and she gives us her family recipe see here. The use of cardamom in the dough is interesting as it goes well with the flavour of cinnamon. Delicious with a cup of tea or for breakfast.

Risotto au citron /Lemon risotto -Nigella

Il y a des jours comme ça où on oublie qu'on est au régime pour se faire plaisir. J'aime bien le risotto, mais le Papa pas trop, alors je profite de son absence pour m'en faire un petit à la Nigella, parfumé au citron et au parmesan.
Comme moi avant, beaucoup sont rebutés par le fait que le risotto soit long à cuire et on ne sait jamais trop quand il est vraiment cuit et quand il ne l'est pas assez. J'en ai déjà mangé du affreusement dur et amidonné (preuve qu'il n'était pas cuit) au restaurant :-(, c'est dire que même les professionnels ont du mal, à moins que ce ne soit moi qui soit ignare et exige du risotto que certains qualifieraient de trop cuit (si j'avais des italiques, j'en aurais joué!).
Chez soi, on le fait comme on l'aime, à éviter avec les invités, en plus, ça ne supporte pas d'attendre, ça veut être mangé de suite! Mais une chose est sûre, il faut prendre du vrai riz arborio, et pas du riz rond à desserts (ça m'est arrivé, car c'est plus chea p mais le résultat est cheap lui aussi).
Ah, j'allais oublier, cette recette se trouve dans le seul ouvrage de Nigella qui soit traduit en français : Péché de gourmandise. Et puis, il faut absolument du parmesan en morceau qu'on râpe soi-même, sinon je ne garantis pas le résultat.


Risotto au citron

2 échalotes
1 branche de céleri
60 gr de beurre
1 c.a soupe dhuile dolive
300 gramme de riz pour risotto
1 litre de bouillon de légumes
le zeste et jus d'un demi citron bio
2 petites branches de romarin, haché
1 jaune d'oeuf
4 c. a s. de parmesan
4 c,.a.s. de crème épaisse



Mettre les échalotes et le céleri dans un robot , les hacher (ou à la main, mais bien menu). Faire chauffer la moitié du beurre, l'huile, échalote et céleri dans une grande casserole, faire cuire 5 minutes. Ajouter le riz, bien mélanger. Faire chauffer le bouillon dans une autre casserole, le garder au chaud. Ajouter une louche du bouillon dans le riz, remuer, attendre que le riz ait absorbé tout le liquide et continuer jusqu'à ce que le riz soit al dente. Ajouter le zeste et le romarin. Dans un petit bol mélanger le jaune d'oeuf, le jus de citron, le parmesan, la crème et le poivre.

Quand le riz est prêt,

(l'est-il jamais vraiment??)
enlever du feu et ajouter le mélange d'oeuf, le reste du beurre et du sel.



Servez aussitôt parsemé de parmesan râpé. Tada!


*************************************************************************************

There are just days when you forget that you're on a diet and you end up indulging. I like risotto, but the Daddy not so much, so I use his absence to cook myself one of Nigella's, subtly fragrant with lemon and Parmesan.
Many are repulsed (like I used to be) by the thought that risotto takes a while to cook and you never really know if it's through or not. I have already eaten some awfully hard and starchy one (so obviously undercooked) in a restaurant :-( which means even professional cooks get it wrong, or is it that I am an ignoramus and want my risotto overdone? (had I got italics, I'd have used them).
But at home, you do as you please, so avoid making it for guests, it cannot wait anyway, it wants to be eaten NOW! One thing's for sure, you need real risotto rice, pudding rice won't work, I know it from experience (it's much cheaper, alas).
Oh, and before I forget, you must use real Parmesan and grate it yourself otherwise the result isn't guaranteed!

Ingredients:

2 shallots
1 stick of celery
60g unsalted butter
1 tbspn olive oil
300g risotto rice,
1 litre vegetable stock
Zest and juice of 1/2 an unwaxed lemon
Needles from 2 small sprigs of fresh rosemary, finely chopped
1 egg yolk
60ml (4 tbspns) grated Parmesan, plus more to sprinkle
60ml (4 tbspns) double cream
Malden salt to taste
Good grating pepper, preferably white
Instructions:

Put the shallots and celery into a mixer and blitz until they are finely chopped. Heat half the butter, the oil and the shallot and celery mixture in a wide saucepan, and cook to soften the mixture for about 5 minutes making sure it doesn't catch. Mix in the rice, stirring to give it a good coating of oil and butter. Meanwhile, heat the stock in another saucepan and keep it at simmering point.

Pour in a ladleful of the stock into the rice and keep stirring until the stock is absorbed. Thencontinue doing this until the rice is al dente. You may need to add hot water from the kettle.

Mix the lemon zest and the rosemary into the risotto, and in a bowl mix the egg yolk, lemon juice, Parmesan, cream and pepper.

When the risotto is ready (al dente but not raw) take it off the heat and add the bowl of eggy mixture, and the remaining butter and salt to taste. Serve with more grated Parmesan and some freshly ground pepper.

Sunday, January 22, 2006

Croquants aux noisettes - crunchy hazelnut biscuits


Très tentée par le livre "Pâtisseries maison" de Florence Edelmann, encensé par de nombreux blogueurs contents de ses recettes, je l'ai feuilleté, parcouru, regardé, lu, etc. en librairie et hier, j'ai craqué, vu que son prix est très raisonnable, pas une grande folie (pas le ph 10, quoi!).
C'est un format poche mais épais, près de 200 recettes. Chaque recette a sa page (ou presque) et sa photo. Comme l'auteur(e) est photographe de métier, les photos sont très sympas, les recettes, très nombreuses donc, connues ou un peu moins, terroir ou étrangères. Un bouquin très chouette.
Evidemment, ceux qui me connaissent un peu penseront que je n'avais pas besoin d'un autre livre de pâtisserie, car j'ai déjà, entre autres, Gâteaux de Mamie (dans le même créneau), Pâtisseries du Sud-Ouest, les 13 desserts de Provence, et How to be a Domestic Godess de Nigella), et que la plupart des recettes figurent dans l'un ou l'autre de ces ouvrages. Oui, mais voilà, un livre de cuisine, c'est un peu comme une paire de chaussures, ou un sac à main, on a beau avoir dix sacs noirs, ou dix paires de baskets (pour moi des adidas catégorie vintage rééditées), le nouvel achat est toujours un peu différent... et trouve sa justification également dans la gratification qu'il procure.

Mais je m'égare.

Je suis toujours au régime, mais ce week-end, j'ai besoin d'un peu de douceur, alors je me suis mise en quête d'une recette où le beurre et le sucre ne sont pas trop mêlés pour ne pas alourdir la balance qui commence à me sourire de nouveau (panne de pile, ah!). Je suis tombée dès les premières pages sur ces croquants qui m'ont tout de suite rappelés ceux aux cacahuètes vendus dans le sud-ouest.
Encore un message de précaution au sujet des noisettes, c'est la deuxième fois cette semaine que je trouve des mites dans des paquets de noisettes, heureusement celles-là étaient entières (les noisettes, pas les mites:p) et je les ai rincées, ce qui soit dit en passant, facilite le hachage.
Pendant la cuisson, un délicieux parfum de vanille et de noisette envahit la cuisine. La texture est macaronnée, on sent bien la noisette. Ils rappellent les amaretti italiens, sauf que ces derniers sont aux amandes. Ils sont très sucrés par contre!

Pour une vingtaine de croquants:

70g de noisettes entières
160g sucre
1 sachet de sucre vanillé ou une bonne cuillérée de sucre vanillé fait maison
40g farine
1 blanc d'oeuf

Hacher la moitié des noisettes grossièrement et l'autre moitié plus finement. Mélanger avec les sucres et le blanc d'oeuf, puis ajouter la farine sans trop touiller. Déposer des cuillérées de ce mélange sur du papier sulfurisé posé sur des plaques de cuisson. Faire cuire dans le four préchauffé une dizaine de minutes. Ne pas laisser trop brûnir. Laisser refroidir sur la plaque sinon, c'est la cata.

**************************************************************************************

For a while, I had been very tempted by the book "Patisseries Maison" (home baking) by Florence Edelmann, which has been praised by many bloggers who successfully baked brioches and other stuff. I browsed it, read it, drooled over it, etc. in the bookshop and yesterday I gave in and bought it, since its price is very reasonable, it isn't a huge indulgence (like ph10 from Pierre Hermé).
It comes in paperback form but with an impressive 200 recipes (both local and international). Each features on a single page and has its picture in it. As the author is a professional photographer, the pics are really nice.

Obviously, those who know me will say I didn't need yet another book on baking, since I already owe three French ones as well as Nigella's HTBADG (How to Be a Domestic Goddess) and most of the recipes here already feature in one book or the other. Right, but cookbooks are like shoes or handbags. You may already have 10 different black handbags or ten pairs of trainers (new vintage adidas for me), the new buy is always that bit different...and also finds its justification in the gratification it yields.

But back to the topic of this post.

I may still be on a diet, but this week-end, I need some sweet stuff so I looked for a recipe not piling on both butter and sugar so as not to cross my scales again (they have just started being friendly again, er ah, the batteries are low, OK). As soon as the first pages, my eye was caught by these crunchy biscuits, as they instantly reminded me of those peanut ones I buy in the Southwest of France.
Once more, I need to warn you about hazelnut packages. It's the second time this week that I find moths in them. Thankfully, this time they were whole (the nuts, not the moths:p) and I rinsed them under hot water, which, it must be added, makes crushing them easier.
While they are baking, a sweet vanilla and hazelnut scent wafts through the kitchen. They have a macaroon-like texture and a pleasant hazelnut taste. One is reminded of Italian amaretti, except that they're made with almond powder. But beware, they are very sweet.

For about 20 croquants
70g whole hazelnuts
160g sugar
1 sachet vanilla sugar or a tablespoon homemade vanilla sugar
40g flour
1 egg white

Crush half of the nuts roughly, and the other half more finely. Mix them with the sugar and theegg white, then add the flour and combine but don't overbeat. Ly spoonfuls of the mix onto baking sheets lines with greaseproof paper. Bake in the preheated oven (200°C) for about ten minutes. Don't let them brown too much, and leave to cool on the baking sheet (or else...)

Friday, January 20, 2006

Du pain pret en moins d'une heure...Waterford soda bread


C'est possible, mais pas du pain traditionnel avec de la levure de boulangerie, non, mais du pain de tradition irlandaise, le soda bread, qui ne tire pas son nom de la limonade mais du bicarbonate de soude qui est l'ingrédient servant à faire lever la pâte. La particularité de ce pain? Il utilise un ingrédient introuvable chez nous: le babeurre, sorte de liquide à mi-chemin entre le lait et le yaourt liquide, très pauvre en matière grasse (0,1%), que certains remplacent par du lait fermenté ou ribot, mais qui supporte très bien une substitution par un mélange yaourt-lait.
Traditionnellement, il était confectionné par les ménagères, orné d'une croix au couteau pour symboliserla Chrétienté mais le monde change et l'Irlande aussi, et je ne pense pas que les jeunes perpétuent la tradition. Il est sensé être conservé hermétiquement pour obtenir une croûte molle et ne se conserve pas très longtemps.
La seule fois où j'ai eu le privilège d'en goûter du fait maison sous forme de scones (soda farls) c'était il y a environ deux ans, lorsqu'en vacances en Irlande, nous visitions la ferme de Martin et la maison de sa maman, qui nous servit alors des petits sandwichs faits avec son propre pain. Très sympa ce souvenir!

Aussi, quand je me suis retrouvée hier sans pain mais avec des idées de soupe pour finir mes restes de légumes achetés samedi au marché, et qu'il était déjà 19h, j'ai pensé à ce pain. C'ets une recette particulière avec de la farine complète et des flocons d'avoine tirée du superbe livre deDan Lepard The Handmade Loaf. Sauf que, faute de babeurre, et même de lait, j'ai mis du lait en poudre, de l'eau et du yaourt à 0%, et que, après plusieurs essais de soda bread différents, je me suis aperçue que je n'aimais pas le goût du bicarbonate de soude (acheté en pharmacie), et que j'en mets donc la moitié à compléter avec de la levure normale.

Waterford Soda Bread

400g de farine complète
50g de flocons d'avoine
1/2 cc sel
1cc sucre
1cc bicarbonate de soude
20g beurre
200g lait
200g babeurre

Mélanger les ingrédients secs dans une jatte et y mêler le beurre en frottant entre vos mains. Mélanger le lait et le babeurre dans un bol et les verser sur la farine en remuant rapidement. Verser dans un moule carré beurré et cuire à four préchauffé sur 200°C pendant une quarantaine de minutes, vingt minutes sous un papier alu (ce que je n'ai pas fait) et le reste à découvert.

une bonne recette pour la St-Patrick!
*******************************************************************

If you can read English, then you're most likely to know about soda bread and to have buttermilk readily available, so I won't bore you with those details. Let's just say that I substitute buttermilk with a mixture of milk and yogurt, as suggested by Nigella Lawson, but not liking very much the taste of baking soda/ bicarb, I use only half and complete with baking powder.

The only time I was privileged enough to taste proper Irish soda bread, or rather farls (scones) was about two years ago, when holidaying in Ireland and visiting Martin's farm and his mum's house, and she served small sandwiches made with her home-baked soda bread, what a memory!

Here is Dan Lepard's recipe for Waterford Soda Bread, made with wholewheat flour and oats, from his wonderful book The Handmade Loaf.

Waterford Soda Bread

400g wholewheat flour
50g oats
1/2 tsp salt
1tsp bicarb/baking soda
1 tsp sugar
20g butter
200g milk
200g buttermilk

Mix the dry ingredients in a bowl, then crumble in the butter. Mix the liquids and pour them in, mixing quickly to combine.
Pour into a square baking dish (buttered) and bake in the preheated oven for about forty minutes, the first half covered with foil, the second uncovered (I didn't bother doing that).

Banane au chocolat pour feignasse...the lazy person's chocolate banana

Tellement lazy qu'elle écrit pas la recette (et ne nettoie même pas un peu l'assiette pour la photo)...
en un mot MIAM! (3,5 points ww)

Thursday, January 19, 2006

Histoires de galettes...la suite...Chocolate-filled Galette


Souvenez-vous, juste après l'Epiphanie, je réalisais une galette assez traditionnelle à l'aide de deux pâtes feuilletées pur beurre du commerce et de la recette d'Anne, de Papilles & Pupilles. J'étais plus que contente du résultat peu chargé en beurre et délicieux. Hier, pour un goûter entre copains, j'avais promis une galette, je m'apprêtais à refaire la même mais le matin-même, je suis passée par chez Requia, qui grâce à un titre à 200 lieues des galettes ("Queen of the Dress") m'a attirée par curiosité et quelle surprise de découvrir sa recette de galette au chocolat, ma foi plus qu'appétissante!
Après quelques hésitations, j'optais pour cette dernière, car je n'en ai jamais fait au chocolat et maintenant je peux dire que pendant toute ces années, j'étais dans le noir! Ah ah! Enfin, bien sûr j'exagère, mais c'est vraiment une bonne recette. J'ai failli échanger la poudre d'amandes pour de la noisette pour un effet Nutella, mais (horreur!malheur!) le paquet de poudre de noisettes pourtant hermetiquement scellé abritait des mites 8-0( J'ai juste ajouté une lichette de beurre (environ 15g) pour voir. Je l'ai dorée au lait, puis glacée après cuisson pour une touche plus douce.
Eh bien, mes copains, à qui j'annonçais l'existence de ce blog, ont bien aimé, même que l'un d'entre eux n'aime pas la frangipane (un traumatisme passé;-)) et que ça tombait donc bien, le fourrage chocolat!


*****************************************************************************************************



A couple of days after the Epiphany, I made a Galette des Rois the traditional way, except for the fact that I used shop-bought butter puff pastry discs and a lighter version of the frangipane almond filling found on Anne's blog (you can click for an English version of the page translated by google, the translation isn't too good, but it gives you an idea). I was very happy with the result, which was delicious and light in butter. Yesterday, I had promised to make another one for an afternoon "goûter" (tea time) with some friends and actually intended to follow the same recipe again, when I stumbled by chance on Requia's blog. I didn't expect a galette recipe since her post of the day was entitled "Queen of the Dress" and I was just curious what it was about, but her recipe was more than promising!
After hesitating for a while, I opted for hers, as I had never before made a chocolate version and now I can say I had been in the dark all the while! Ah er, of course I'm exaggerating a bit, but this really is a keeper. I was even going to substitue hazelnut powder for the ground almonds but, much to my horror, moths had nested in the hermetically sealed packet 8-0(
So all I tweaked, was adding a slither of butter, just for expirience's sake. I glazed it with milk and after baking, glazed it again with a light icing (water+icing sugar).
My friends, to whom I had just announced the existence of this blog, all liked it. One of them doesn't even like almond fillings (due to a past trauma;-)) so the chocolate one came in handy!

With Requia's agreement, here is her recipe in English:

2 discs of puff pastry
200 ml milk
100g chocolate
1 egg
75g sugar
10g cornflour
75g ground almonds

Preheat the oven on 200°C.

Heat the milk and melt the chocolate in it.
Beat the egg with the sugar, then blend in the cornflour.
When the chocolate is melted, pour the egg mixture slowly into the chocolate milk and stirring all the while, let this custard thicken. Leave to cool for a bit before mixing the almond powder in it and a slither of butter, should you so choose.
Roll out the pastry on a baking sheet and spread the filling onto it, leaving a 2 cm margin all around.
Place your lucky charm of choice on the filling, near the edge. Place the second pasty disc onto the bottom one. Press down with your finger to seal (I use a fork, as I had the cream escape out of the pastry and burn on the bottom of the oven once).
Decorate with a sharp knife, but be careful not to cut through the pastry, then glaze with an agg yolk or some milk.
Bake for about 30 minutes until golden brown. The cooked galette should not bend when lifted. Glaze with a light icing syrup when it comes out of the oven.

Tuesday, January 17, 2006

Baby-boom, j'y étais!

Voici un extrait d'une page de Libé d'aujourd'hui :

"Le mini baby-boom des années 2000 se poursuit. Sans faiblir. C'est un des principaux enseignements du bilan démographique de la France en 2005, publié mardi matin par l'Insee. Certes, l'augmentation du nombre de naissances n'a rien à voir avec celle de l'après-guerre, mais tout de même, notent les statisticiens: avec 807.400 naissances l'an dernier, le rythme se maintient de façon soutenu et atteint presque le chiffre record de l'année 2000 (808.200). Comme dans le même temps, une mauvaise épidémie de grippe en début d'année a provoqué une augmentation (+3,2%) de la mortalité, explique l'Insee, et que le solde migratoire s'élève à 97.500 personnes, la France compte donc 367.600 personnes de plus qu'il y a un an. Soit 62,9 millions d'habitants, deuxième pays d'Europe derrière l'Allemagne. Ce qu'il faut retenir de ce bilan, point par point, deux jours avant l'ouverture de la nouvelle campagne pour le recensement.

Toujours plus d'enfants, toujours moins de très jeunes mères
La fécondité des femmes augmente. Si les Françaises de 20 à 40 ans sont toujours moins nombreuses (-0,4% entre 2004 et 2005), elles font toujours plus d'enfants. Plus qu'en 2004 donc (+0,9%), mais aussi plus que partout en Europe. Seul l'Irlande fait mieux: l'indice conjoncturel de fécondité s'établit là-bas à 199 enfants pour 100 femmes, contre 194 pour 100 en France, et 150 pour la moyenne de l'UE. Surtout, l'âge moyen des mères ne cesse d'augmenter. 29,7 ans en 2005 contre 28,9 dix ans plus tôt. Les statisticiens notent ainsi que les femmes nées en 1955 — qui ont eu 2,13 enfants en moyenne — avaient déjà eu 1,96 enfant avant d'avoir atteint leur 36e année. Les femmes nées dix ans plus tard n'avaient eu que 1,78 enfant au même âge, un retard de 0,2 enfant en partie comblé cinq ans plus tard, puisqu'à quarante ans, elles avaient eu 1,99 enfant. Des enfants toujours en meilleure santé à la naissance: le taux de mortalité infantile est passé sous le seuil de 4‰: avec 3,8 décès pour 1000 naissances, la France se rapproche des standards de l'Europe du Nord."

Pour en savoir plus, c'est par
Ca m'interpelle car moi aussi j'ai eu un bébé l'année dernière, c'est mon premier et j'avais 29 ans! Aha! Et moi qui me croyait hors normes!!

Tout un fromage (blanc) or Curd cheese soufflé loaf (bilingue)

(scroll down for English)
Décidément inspirée par Keda Black et ses cheesecakes, et avec encore plein de fromage blanc à 0% à terminer, je me suis lancée hier dans une version de son cheesecake soufflé au bleu, voyant qu'il y aurait peu de points au compteur. N'ayant jamais réalisé de soufflé, j'étais un peu inquiète, surtout quand je me suis aperçue au'une partie des blancs d'oeufs n'était pas montée (eh oui, allez demander à un mixer conçu pour plus de 4 litres de battre deux malheureux blancs d'oeufs, c'est comme de rouler en Ferrari dans une zone à 30km/h...), mais pas du tout, il a bien gonflé et n'est pas tellement retombé.
Ma version contient du chèvre et non du bleu, elle est cuite dans un moule à cake et non des moules individuels, c'est du 0% et non de la faisselle (donc, ça rend du jus) et il n'y a pas de croûte au fond (heureusement, à cause du jus). Un plat sain, léger et savoureux, grâce aux pépites de fromage. Je lui ai même donné un autre nom (pardon Kéda!)

Terrine légère au fromage

3 poireaux fins
400g de fromage blanc
2 oeufs, blancs et jaunes séparés
60g de chèvre en morceaux

Préchauffer le four à 180°C.

Nettoyer et trancher les poireaux, les faire revenir à la poêle avec ou sans huile d'olive jusqu'à ce qu'ils aient fondu.
Battre le fromage blanc avec les jaunes, saler et poivrer. Battre les blancs en neige, puis les incorporer au reste. Ajouter le fromage de chèvre.
Tapisser un moule à cake de papier cuisson et disposer les poireaux au fond de manère égale. Verser l'appareil à soufflé dessus et enfourner pour une demi-heure environ. Servir chaud, tiède ou froid.
Au sortir du four, on obtient ceci:


Et une fois tranché en deux, car la moitié coûte 6 points, donc un repas ww :


***************************************************************************************************
It's high time I wrote in English again!

I'm decidedly on a cheesecake roll, thanks to Keda Black's book simply entitled "Cheesecake", adapting recipes for the French public, and as I had lots of fat-free fromage blanc to finish, I went for a version of one of the book's few savoury recipes, the blue cheese soufflé cheesecake. I saw it would only have a few WW points count, perfect for my diet!
I was a bit worried, as I had never made a soufflé before and even more so as I realized that some of the egg whites hadn't fluffed up at all (well, try and beat two egg whites in a mixer built to handle over 4 liters, it's like riding a Ferrari in a 20 mph zone...) but can gladly report that it did raise beautifully and hardly shrank afterwards.
My version uses goat's cheese not blue cheese, fat-free cheese insted of "faisselle" (which has been sieved to let the water out) so it lets out some liquid, it's made in a loaf dish and not individual ones and has no crust (thankfully, since it "leaks").
It is a healthy, light and flavoursome dish (you get small nuggets of melted goat's cheese), and I even went as far as giving it another name (sorry Keda!)

Curd cheese terrine

3 small leeks, trimmed and sliced
400g curd cheese (fromage blanc/frais)
2 eggs, separated
60g goat's cheese in small pieces

Preheat the oven on 180°C.
Sauté the leeks until softened.
Beat the curd cheese with the egg yolks. Beat the whites until they form firm peaks, then add them to the cheese mix. Add the goat's cheese pieces.
Layer a loaf tin with greaseproof paper. Lay the leeks equally on the bottom. Pour the cheese mix on top and bake for about 30mins.
Serve hot, warm or cold. Half a loaf costs 6 ww points.

Monday, January 16, 2006

Le balti d'agneau pour feignasses



Je ne suis pas entièrement sûre qu'il remplisse le cahier des charges de la recettes spécial feignasses, mais ce curry est facile pour la bonne raison qu'il utilise de la pâte en bocal...chose que je ne fais jamais, oui, mais voilà, je ne connais pas le mélange d'épices spécial balti. J'ai probablement la plupart de ce qu'il faut chez moi, mais je ne sais dans quelles proportions les mettre.
Le balti est un curry qui porte le nom de la petite marmite dans laquelle il était à l'origine préparé et dans laquelle on le sert dans les restaurants Indiens de Birmingham, la patrie du balti si on en croit wikipedia (allez y faire un tour, mais c'est anglais). Il est rare de trouver des restaurants servant le balti ailleurs qu'à Birmingham, c'est probablement quasi-impossible en France. D'où l'intérêt d'utiliser de la pâte en bocal, qui est presque naturelle (en plus des épices et de l'huile, elle contient de la lécithine de soja et des acides alimentaires que l'on retrouve dans la plupart des produits d'alimentation industriels, mais aucun glutamate ou arômes artificiels, ce qui en fait un produit relativementet bénin) et a un goût authentique. Le bocal en question se trouvait dans ma commande de produits british du mois dernier.

Comme le suggérait l'étiquette, j'ai ajouté un peu d'épinards en branches et de menthe séchée à la fin de la cuisson, et je l'ai servi avec du yaourt à la menthe, qui contraste parfaitement avec le goût relevé de la sauce. Une explosion de saveurs à chaque bouchée!

Cheesecake orangino light et très bon!


Voici enfin une recette light qui tient la route! Elle est tirée du très joli et très bon "Cheesecake" de Keda Black chez Marabout.
C'est un cheesecake sans cuisson et à base de gélatine. C'était la première fois que j'utilisais de la gélatine, mais tout s'est bien passé. D'habitude, j'évite d'utiliser des produits d'origine animale, si ce n'est de la viande ou du poisson, oeufs et beurre. Mais la gélatine permet d'alléger les desserts. La prochaine fois, je tenterai l'agar-agar, mais quelque chose me dit que c'est plus délicat.
Je vous donne la recette du livre, sachant que j'ai utilisé des Graham crackers à la cannelle pour la croûte, ceux traditionnellement utilisés aux Etats-Unis, car des amis sympas m'en ont envoyé! Merci Jesse et Melissa;-)

Le résultat est un gâteau léger, mousseux et qui fond dans la bouche avec le plaisir de savoir qu'il n'est pas riche (dans ma version, 4 points par part (il y a huit parts).

La croûte
125d de sablés légers au citron
20g beurre

Garniture
3 feuiiles de gélatine
250g fromage blanc à 0%
Zeste et jus d'un citron et d'une demi-orange
50g sucre
20cl crème liquide allégée
2 blancs d'oeufs

Ecraser les biscuits et les mélanger au beurre fondu. Etaler ce mélange au fond d'un moule à charnière de 20 ou 22 cm de diamètre et mettre au frais.
Faire tremper la gélatine dans de l'eau froide.
Mélanger ensemble le fromage blanc, le sucre, les zestes et le jus.
Faire chauffer 4 cuillérées à soupe de crème et avant l'ébullition, retirer du feu ou du micro-ondes et y dissoudre la gélatine égouttée avant de l'incorporer au fromage blanc. Incorporer le reste de la crème.
Battre les blancs en neige feme et les incorporer à la préparation. Verser dans le moule sur la croûte de biscuits, couvrir d'un film alimentaire et mettre au frigo pour au moins quatre heures ou pour la nuit.
Avant de démouler, paser la lame d'un couteau le long du bord du moule. Sortir une bonne demi-heure avant de servir.

Friday, January 13, 2006

Cookies santé & fashion mais pas terribles


A la recherche d'une recette de biscuits compatibles avec le régime, je n'ai rien trouvé de bien satisfaisant. Soit il y avait de l'édulcorant de cuisson, soit du chocolat (j'adore ça et le risque c'est de manger trop de cookies à la fois, ce qui n'est pas le but recherché), soit des choses bizarroïdes de ce coté de l'Atlantique (du jus de pommes concentré surgelé, peut-être chez Picard, qui sait?). Toute fière de moi, je concote une petite recette dans ma tête, à base de produits sains dispos dans mon placard comme les flocons d'avoine, la farine complète bio, etc. Le but du jeu, c'est de ne pas faire exploser le compteur à points WW. Je me voyais déjà annoncer à qui voudrait bien l'entendre que j'avais LA recette du cookie de régime délicieux, à faire et refaire même après la diète. Pfff, comme toujours ne pas vendre la peau de l'ours... car le résultat est plus que passable. Mangeable quand on est au régime, mais évitable dans les autres cas.
Pourquoi fashion? parce que les canneberges séchées (aka cranberries, mais ça me rappelle un groupe que j'ai toujours détesté) sont très en vogues depuis quelques mois.

De plus, le fructose a un pouvoir sucrant supérieur au sucre à quantité égale, ce qui permet d"en mettre moins, mais i semblerait que consommé sur le long terme, il favoriserait le stockage des graisses dans l'organisme. Mais ça, je l'ai appris après avoir en acheté une boîte, pleine des meilleures intentions.
La banane écrasée, je l'ai rajoutée parce qu'elle rse substitue parfois aux oeufs et que la pâte me paraissait trop sèche à la fin.

Donc, pour récapituler, si comme moi, vous êtes au régime mais aimez faire des pâtisseries et les grignoter au goûter, allez-y, il y a un point par cookie si vous en faites 32. Par contre, comme ces cookies sont plutôt secs, si vous n'avez pas de soucis avec votre ligne, passez votre chemin avant d'être déçu(e). Ou mettez 100g de beurre et autant de sucre et oubliez la banane pour une version "entière".

Recette

Mélanger en pommade 4 cs de margarine à 60% de m.g. (soit 60g) avec 4 cs de fructose (soit 40g), ajouter un oeuf entier et bien combiner, avant de verser 80g de farine complète et une cc de levure chimique. Mélanger et ajouter 200g de flocons d'avoine express. C'est ici qu'intervient la banane (petite, de Martinique) écrasée en pulpe, puis les canneberges (140g mais ça fait beaucoup, 125g suffisent). Bien mixer et laisser 15-30 minutes au frigo. Déposer des palets de cette pâte (formés avec vos mimines mouillées pour éviter que ça colle) sur une plaque de cuisson anti-adhésive et mettre au four préchauffé à 180°C pour 10-15 minutes.

Tatin d'oignons et régime...



...sont compatibles!
Depuis le début de la semaine, je suis au régime. Pas un de ceux des magazines, où il faut manger tel plat, tel jour à tel repas, car qui a envie de faire de la dinde stroganoff le jeudi midi pour un tout seul puis de se remettre à faire de la potée allégée le soir même? J'ai toujours détesté planifier mes menus de toute façon. Pas un régime autour d'un seul aliment non plus (soupe au chou "miracle", yiiik! ou régime de pâtes -j'ai essayé, je ne pouvais plus voir les pâtes en peinture dès le deuxième jour...) trop lassant. Non, sans vouloir leur faire de pub, la méthode des contrôleurs du poids (WW) est la plus souple que je connaisse et elle permet aux gourmands de se faire leur petite popotte en respectant quelques règles de base. La méthode actuelle utilise un système de points : chaque personne se voit attribuer un crédit de points journalier en fonction de son poids de départ, sachant que chaque portion d'aliments vaut un certain nombre de points. On a donc droit à tout, dans une certaine mesure. Mais il faut miser sur des viandes maigres, beaucoup de légumes et de fruits pour que ça marche. En avant donc pour le calcul!

Hier, Fred nous proposait une recette bien réconfortante de tarte à l'oignon. Miam! me suis-je dit, des oignons, c'est des légumes, donc 0 points! Il ne restait plus qu'à trouver une recette de pâte brisée light. Fastoche, un mélange farine et fromage blanc fera l'affaire. Sauf que 125g de farine donnent une peau de chagrin riquiqui, mais enfin ("dit-elle en soupirant"), il ne s'agit pas non plus de s'empiffrer de pâte. Pour donner un goût festif, j'ai mis quelques tranches de bûche de chèvre cendrée, qui ont fondu et donné un peu de moelleux aux oignons.

Tatin d'oignons (pour deux, soit 5,5 points par tête)

Pâte : mélanger 125 g de farine (ici semi-complète) avec deux grosses cuillérées de fromage blanc à 0%, une pincée de sel et quelques gouttes de lait. Mettre au frigo avant d'étaler sur un papier sulfurisé.

Garniture : faire revenir 800g d'oignons jaunes hachés et salés dans une cuillère à café d'huile d'olive jusqu'à ce qu'ils soient tendres. Agrémenter d'herbes séchées (thym et romarin) Ils peuvent attacher un peu mais pas trop.

Disposer des tranches de fromage de chèvre (60g pour deux) sur le moule (de préférence en silicone, sinon garni de papier sulfurisé). Déposer les oignons en une couche régulière et recouvrir tant bien que mal avec la pâte. Faire cuire au four préchauffer à 200°C pendant quinze minutes et renverser rapidement sur un plat de service.

Variations sur la terrine de Cléa


Régime oblige, j'adapte un peu ma façon de cuisiner aux exigences de la diète. J'avais déjà fait la terrine divine de Cléa, et savais qu'un peu plus de farine et moins d'oeufs pour l'assécher un peu ne lui feraient pas de mal, quitte à lui faire perdre son épithète.

Le potiron a l'avantage d'être un peu sucré sans pour autant avoir de points (donc c'est pas mal en dessert aussi!), par contre, les autres ingrédients font pencher la balance, mais peu importe, avec une tomate en salade sans huile, ça nous a fait un bon petit repas. La cuisson en galette donne un résultat sympa, mais à la sortie du four, la belle épaisseur retombe piteusement...faudrait-il battre les blancs en neige???

Terrine en galette (18 points en tout)

400g de purée de potiron egouttée
2 oeufs
100g de farine
1 cc levure chimique
2 cc d'huile d'olive
70g d'emmental râpé

Mélanger tout les ingrédients et verser la pâte dans un moule à tarte siliconé ou garni de paiper cuisson. Laisser cuire 20-30 min à 200°C. Servir tiède.

Monday, January 09, 2006

Un tour du monde en recettes


Le mois précédent, j'achetai mon dernier livre de cuisine (en date, pas pour toujours! sinon je ne m'appelerai pas cookbook addict...) le quatre-vingtième de ma collec', ce qui me fait éprouver un sentiment mi-figue mi-raisin, car, c'est un beau livre et c'est très satisfaisant d'avoir un nouveau "cookbook", mais ça vire à l'addiction quand même...même si je ne suis pas la seule (aha! mais je ne donnerai pas de nom :-X)

Je promettais d'en parler un peu, alors voilà... c'est un livre format roman (du genre pavé), ce qui est assez étonnant, car il regorge de belles photos et a une mise en page très artistique, qui rappelle les livres anglo-saxons. D'ailleurs, il a été écrit et publié en anglais tout d'abord. J'en ai entendu parler par mes amies de forum qui en faisaient tout un monde, et je l'ai acheté en français après avoir enfin pu le tenir entre mes mains. Son auteur: Tessa Kiros, une femme aux origines multiples (fino-grecques), mariée à un Italien et ayant vécu aux quatre coins du monde. Elle a mis beaucoup d'elle-même et de ses souvenirs dans ce livre qui se lit un peu comme un mémoire. Si vous lisez l'anglais, je vous conseille ce blog qui en présente une interview et une autre recette.
Elle dévoile des recettes de Finlande, Grèce, Chypre, Afrique du Sud, Italie, etc.

Ce week-end, j'ai fait un ragoût de porc à la coriandre accompagné de boulgour cuisiné à la tomate de la partie sur la Grèce. Il rappelle le peposo, mais on change de viande et d'aromate. Il faut penser à faire mariner la viande à l'avance! Encore une fois, il cuit tout seul, mais le jus final n'est pas très beau si on ne l'écume pas.

Afalia (porc à la coriandre) pour deux

une bonne livre de porc à ragoût (épaule désossée)
25cl de bon vin rouge
2cc et demie de coriandre en grains
1 oignon rouge ou jaune
2 gousses d'ail légèrement écrasées
laurier

Faire mariner le porc coupé en morceaux quelques heures ou au mieux, 24h. L'égoutter sur du papier absorbant et le faire dorer dans de l'huile d'olive à la cocotte. Le retirer et réserver. Faire dorer l'oignon et ajouter l'ail pour queques minutes. Remettre la viande et ajouter la coriandre. laisser cuire un peu avant de verser le vin de la marinade et d'ajouter un verre d'eau. Il faut que la viande baigne dans le jus. Saler, poivrer et ajouter une feuille de laurier. Porter à ébulition (écumer) puis couvrir et laisser mijoter une heure trnent à feu très doux, jusqu'à ce que le porc soit tendre.

Purkouri (boulghour à la tomate) pour 4

Faire une sauce tomate avec un oignon et deux gousses d'ail hachés et revenus dans de l'huile d'olive et 200g de tomates concassées. Quand cela bout, verser 260 g de boulghour, une cuillère à café de parika, un peu de bouillon en poudre et 20cl d'eau chaude. Amener à ébullition puis couvrir et laisser cuire dix minutes. Retirer du feu. Intercaler un linge propre entre la casserole et son couvercle puis laisser reposer. Se sert avec du yaourt grec.

Derniers plats mijotés avant le régime...


Je l'ai déjà dit, j'aime les petits plats mijotés car ils sont en général vite assemblés et peuvent cuire longtemps (on peut donc les oublier un peu et vaquer à d'autres occupations) et c'est pourquoi j'ai investi dans une cocotte en fonte plutôt sexy à l'automne dernier. Hélas, ils utilisent souvent des morceaux dits "bas", plutôt gras et du vin dans le jus de cuisson. Donc comme j'entame un régime post-grossesse et post-fêtes, je vais devoir y mettre le haut-là et découvrir des plats mijotés light (s'ils existent? des tajines peut-être) sinon ressortir ma poêle grill du placard.

Le week-end dernier, j'en ai fait deux, l'un au hasard, l'autre en suivant la recette trouvée dans superbe livre, mais je la réserve au billet suivant car j'ai déjà un titre en tête...

Au hasard des courses, j'ai vu de la poitrine de porc fraîche et elle m'a fait de l'oeil. Pour elle, j'ai acheté des poireaux, des carottes et sorti un paquet de pois cassés du placard. Au final, j'ai obtenu un ragoût riche en légumes, mais en voyant la couenne du porc, le Papa a failli tourner de l'oeil, lui qui vient pourtant d'un pays de mangeurs de porc olympiques. S'il avait assisté à des repas à base de couennes pures dans l'Aveyron de mes ancêtres, il aurait eu une syncope;-)

Poitrine aux pois cassés (pour deux)

un morceau de poitrine fraîche d'environ 400g
1 oignon haché
2 gousses d'ail entières
2 poireaux débarassés de leur enveloppe extérieure et lavés
4 carottes moyennes
un grand verre de pois cassés verts rincés
du bouillon en poudre, bio de préférence
laurier
poivre en grains

Couper la poitrine en gros tronçons et la faire revenir dans la cocotte dans un peu d'huile pour la faire juste dorer. La retirer et réserver. Ajouter l'oignon et l'ail et laisser revenir quelques minutes avant d'ajouter les poireaux. Laisser ramollir quelques instans, puis jeter les carottes en tronçons, la viande et les pois cassés. Verser environ deux fois le volume d'eau des pois et un peu de bouillon en poudre, deux feuilles de laurier et quelques grains de poivre.Une fois l'ébullition atteinte, laisser cuire une heure à feu doux.

Sunday, January 08, 2006

Histoires de galettes


Il y a plusieurs années de ça, quand j'habitais encore chez mes parents, j'ai fat ma première galette d'après une recette de Femme Actuelle, si mes souvenirs sont bons. Ca paraissait très simple, peu cher comparé à celle du commerce (à Paris, ouille pour le porte-monnaie!). La crème aux noisettes était très bonne (essayez avec des noisettes, ça change tout vous verrez), mais a décidé qu'elle était trop coincée entre les deux pâtes feuilletées et s'est fait la malle à mi-cuisson...ça m'a dégoûtée pour un bon moment de refaire ma galette, malgré les compliments encourageants de mes proches.
Ma deuxième galette, je l'ai faite en Allemagne, car là-bas, impossible d'en trouver. A l'époque, on trouvait aussi difficilement des pâtes feuilletées pré-étalées. Seulement des plaques rectangulaires surgelées (15 sur 8 environ) vendues par 6. Il a donc d'abord fallu les assembler (en superposant les bords car on ne peut trop tripoter sinon le feuilletage meurt de sa belle mort), les découper au format galette et garnir. Oui, mais c'est pas très joli, car on voit les soudures sur le dessus, et puis, re-cata, la pâte de dessous n'avait pas assez cuit et quand je l'ai sortie du four, le fond s'est fait la belle plaque par plaque:-/

Mais ici, pas de problème matériel. J'en ai refait l'an dernier, et elles étaient parfaites ou presque, car je n'ai pas encore tenté la grande aventure du feuilletage de la pâte, comme Omelette la courageuse. D'habitude, je suis une recette marmiton, mais ce n'est pas une "vraie" frangipane, car il n'y a pas de crème pâtissière. Elle est tout de même très bonne. Je double les proportions si on est nombreux, car deux pâtes feuilletées peuvent suffire pour huit personnes si la galette est bien garnie.
Cette année, la garniture, délicieuse, je l'ai trouvée chez Papilles et Pupilles. C'est une frangipane légère, loin de celle du Larousse des Desserts bien alourdie en beurre. On l'a descendue à quatre pour le goûter et j'ai eu des compliments d'amis qui ne savaient pas avec quelle simplicité elle se fait. Ahah! Ils ne me croyaient pas quand je l'ai déballée et qu'ils m'ont demandé si je l'avais faite moi-même. Toute la difficulté est dans l'assemblage, en fait, mais je ne suis pas téméraire depuis ma première cata, je soude consciencieusement les bords à la fourchette, et tanpis si ça ne monte pas sur les bords, ça vaut mieux que de la rater.. Et je'ajoute qu'elle a cuit en à peine un quart d'heure! Quand elle sort du four, je badigeonne au pinceau d'un glaçage très léger pour le bel aspect brillant de chez le pâtissier. Je n'ai pas de photo de l'intérieur, hélas, déjà que le nombre de mes bouquins de cuisine (je les ai recomptés il y a peu et suis au regret d'annoncer que de la soixantaine ils se sont multipliés et sont désormais au nombre de 80, oui, oui, 8-0, d'où le nom de ce blog) les fait beaucoup rire, s'ils savaient que je photographie presque tout ce que je cuisine, il seraient persuadés que j'ai un grain...;-)

Thursday, January 05, 2006

delicious. soutient nos bonnes résolutions!


Merci delicious. En effet, ce numéro reçu à la toute fin décembre mais publié pour février nous encourage à manger plus sain avec son numéro "bien-être" (the feel-good issue in English in ze text).Il y a même un supplément avec des recettes spéciales santé pour savoir quoi manger en cas de rhumes, anémie, cancer, etc.
La recette d'aujourd'hui est incluse dans l'article "thinner dinners" (dîners maigres...ça sonne mieux en anglais, ils ont le sens des titres accrocheurs). La photo a attiré mon oeil, et la recette s'est avérée être à pleurer de simplicité. Du couscous, des carottes et une boîte de pois chiches...pas très funky, mais le tout est pimpé, pardon relevé par des épices et une petite sauce yaourt-menthe qui amènent une touche moyen-orientale à ce petit plat sans prétention.
Franchement, depuis que je connais Jamie (Oliver), j'ai bien compris que le citron et les herbes frais amélioraient grandement les plats. Je n'avais que de la menthe séchée sous la main, mais c'était bien bon quand même. La sauce au yaourt rappelle l'Ayran, une boisson au yaourt aigre et à la menthe servie dans les restaurants turcs en Allemagne.

Salade de couscous aux carottes et aux pois chiches et yaourt à la menthe (pour 4)

5 carottes, épluchées et en petits morceaux
400g couscous
1 boîte de pois chiches
2cc graines de cumin (j'ai pris de la poudre et des grains de coriandre)
2cc sumac ou le zeste râpé d'un demi-citron
4cs de jus de citron
1cs huile d'olive
menthe fraîche pour décorer

200g yaourt grec allégé
2cs jus de citron
3cs menthe ciselée

Préparer le yaourt en mélangeant tous le yaourt, les 2 cs de jus de citron et la menthe ciselée.
Faire cuire les carottes à la vapeur quelques minutes pour les rendre plus tendres.
Préparer le couscous en suivant les instructions sur le paquet. Le mélanger aux carottes et pois chiches.
Faire chauffer les graines de cumin à la poêle quelques minutes, puis les concasser grossièrement.
Faire une citronnette avec l'huile, le jus de citron (les 4 cs) et le sumac ou le zeste. Bien mélanger à la salade. Servir tiède ou froid, décoré de feuilles de menthe et garni de yaourt.

Wednesday, January 04, 2006

Endives gratinées à la pancetta et au camembert

D'abord, quelques notes sur le pourquoi du comment de ces ingrédients...
Endives ou chicons, c'est de saison! (Voir ici à Lille) C'est sain et digeste. Bien sûr, on peut ne pas aimer à cause de l'amertume, mais avec une pincée de sucre, ça passe mieux.
La pancetta! Ah, quelle joie de découvrir que le supermarché du coin en a enfin en stock! Après des années passées à la remplacer par des lardons pour les recettes de Jamie et Nigella, me voici enfin capable de cuisiner comme les stars. Il s'agit tout simplement de poitrine de porc roulée sur elle-même et fumée ou non.
Quant au camembert, il s'inscrit dans la semaine que je n'ai pas dédiée au fromage (mais j'aurais pu le faire) mais pendant laquelle je cuisine de facto au fromage, ayant eu la bonne idée avant les fêtes d'acheter un plateau de fromage tout prêt (planche et couteau inclus) avec uniquement des AOC, mais n'ayant pas passé les fêtes chez moi, il faut bien maintenant les liquider avant leur DLC. Un camembert au lait cru fort en goût et parfaitement à point sans être coulant et puant.

Une recette (qui n'en est pas vraiment une) créée par moi, mais pour laquelle je m'inspire un peu d'une recette d'Ester tirée de son livre la Cuisine des Fauchés à savoir, la tarte normande au camembert et aux endives caramélisées. Le gratin rend un jus délicieux à éponger avec du pain (ça tombe bien, il m'en reste!).

Endives gratinées, pour 2

4 belles endives
100g de pancetta en tranches
un demi-camembert

Laver les endives et ôter les feuilles abimées et le socle. Les trancher en 2 dans la longueur, et trancher les moitiés en lamelles pas trop fines (un cm). Enlever les coeurs blancs et durs.
Les faire revenir dans un peu d'huile végétale à couvert. Quand elles sont cuites, les saupoudrer d'un peu de sucre, mélanger et recouvrir à nouveau pour cinq minutes.
Les dresser dans un plat à gratin en les égouttant, les recouvrir de lamelles de pancetta (car les tranches n'en sont plus, elles se déroulent et de lamelles de camembert.
Ce qui donne ceci:


Ensuite, faire gratiner cinq minutes au micro-ondes ou sous le gril du four chaud. Et on obtient cela:

Tuesday, January 03, 2006

les 5

Prawn m'a invitée à répondre à ce questionnaire qui circule sur les blogs.

Les 5 choses que tu aimerais faire avant de mourir :
1) un deuxième bébé
2) voir NYC
3) ouvrir un salon de thé
4) publier un livre (de cuisine bien sûr)
5) gagner au loto

Les 5 choses que tu sais faire
1) parler anglais et allemand
2) le pain
3) acheter des livres de cuisine (fastoche, donnez-moi une librairie et une CB!)
4) chanter faux
5) cuire du riz impeccable (merci Maman!)

Les 5 choses que tu ne sais pas faire
1) être à l'heure
2) être organisée
3) la sauce hollandaise
4) la pâte feuilletée
5) la pâte à choux

Les 5 choses qui t'attirent le plus chez le sexe opposé
pfff, ça dépend
1) le charme
2) l'humour
3) la gentillesse
4) les yeux
5) la vue d'ensemble

Les 5 choses que tu dis le plus souvent (vous allez voir, mon répertoire est varié)
1) pffff
2) bof
3) à quoi bon?
4) miam!
5) ouais

Les 5 personnalités qui te plaisent
1) Jamie Oliver (ouh, quelle surprise!)
2) Nigella Lawson
3) Johnny Depp
4) le chanteur de Coldplay, qui s'engage pour le commerce équitable)
5) Bono de U2, qui, il me semble, est l'un des artistes les plus engagés pour les pays pauvres


Je ne passe pas le relais à 5 personnes car je pense que tout le monde l'a reçu et si vous me lisez et que ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à tout nous dire!

Le pain pour idiots façon Hollywood et la pizza façon Chicago


Dans le dernier delicious. que j'ai eu le privilège de recevoir dans ma boîte aux lettres, héhé, (de toute manière, il est introuvable dans les cent kilomètres à la ronde, que je sache), Paul Hollywood, boulanger de son état, nous livre ses secrets non orthodoxes pour faire du pain.
J'aime faire mon pain et suis toujours une méthode inratable (voir par ici ou par ) mais lui nous invite à "briser" les règles pour obtenir un pain plus savoureux. A savoir, ne pas pré-mélanger la levure et le l'eau, ne pas faire tiédir l'eau, ne pas pétrir de longues minutes, ne pas couvrir ni laisser lever au chaud. Fort intriguée par ses propos, je me décide à suivre ses conseils, même si la recette porte le nom fâcheux de "pain qu'un idiot ne pourrait rater" (idiot-proof white bread). La quantité de sel me fait plutôt peur, mais peu importe car je vais briser les règles, devenir en quelque sorte une rebelle du pâton, une guerrillera du briochin.
Au final, c'est vrai que sa méthode est simple et fonctionne. La pâte est assez collante, mais chez moi, c'est Heidi qui fait tout le boulot (pas une au-pair, mon KA). Le pain est beau avec une texture moelleuse et aérée. Mais qu'est-ce qu'il est salé! Je vous donne les quantités du magazine, mais déconseille de mettre tout le sel, car je ne sais pas si c'est mangeable avec de la confiture... de plus, avec l'huile d'olive, il n'est pas vraiment light.


Pour le dîner, on change de fuseau horaire et on se dirige vers Chicago. La semaine dernière, je passais les fêtes à Paris. Profitant d'un petit tour sur les Champs, nous avons déjeuné au Chicago Pizza Pie Factory, par nostalgie. Le service fut exécrable, mais leurs pizzas à pâte épaisse n'ont pas changé. J'aime bien celle sans tomate avec lardons, crème fraîche, oignons et fromage, sorte de grosse quiche/flammekuche. Et pour finir mes restes de raclette, j'ai décidé de les imiter.
Pour limiter la casse au niveau nutritionnel, je l'ai servie avec une petite salade d'endives aux noix.

Pain blanc

500g de farine (de préférence farine de gruau)
10g de sel (!)
25g de levure fraîche ou 14g de briochin (2 sachets) mais pas de levure déshydratée!!
50ml huile d'olive

Dans une jatte, mélanger la farine et le sel puis émietter la levure fraîche dedans ou verser la levure en granules. Ajouter l'huile et 300ml d'eau du robinet et mélanger.
Sur le plan de travail légèrement fariné, pétrir pendant 6 minutes. Remettre dans la jatte et laisser lever une heure dans un coin.
Taper sur la pâte pour faire sortir l'air et former une boule. Poser sur une plaque de cuisson farinée ou tapissée de papier sulfurisé et laisser lever une heure de plus;
Préchauffer le four à 220°C (200°C s'il est à chaleur tournante). Saupoudrer le pain d'un peu de farine et faire une croix au milieu. enfourner pour 30-35 minutes jusqu'à ce qu'il soit doré et qu'il émette un son creux quand on tapote le dessous. Laisser refroidir avant de trancher.

"Pizza" à la raclette
En fait, j'ai fait la recette de pain avec une fois et demie les quantités et utilisé la moitié de la pâte pour ma pizza.

une barquette de lardons "allégés" (ça vient de sortir)
quelques tranches de raclette
un demi-oignon
un peu de crème semi-épaisse

Etaler la pâte sur environ deux centimètres d'épaisseur. Etaler un peu de crème sur toute la surface. Parsemer avec les lardons et l'oignon haché finement. Disposer des lamelles de fromage sur le dessus et enfourner pour une demi-heure.

Sunday, January 01, 2006

Les lentilles porte-bonheur et la buche chocolat-caramel


En Italie, on mange des lentilles pour fêter la nouvelle année car elles sont sensées apporter la richesse : leurs petits grains ronds symbolisent autant de pièces d'or. (Voirici pour quelques traditions du Nouvel An) C'est un plat chaud et qui tient bien au corps, idéal par ces frimas. Leur partenaire idéal est le porc salé et/ou fumé, c'est donc pour acheter de bonnes saucisses fumées lorraines que j'ai bravé la foule surexcitée du meilleur boucher de la ville (à mon avis) le 30 décembre, alors que les autres achetaient des pièces de viande plus nobles (rôti de veau, foie gras, etc.). Sans recette! j'ai jeté quelques ingrédients dans ma cocotte en fonte, qui est en passe de devenir ma gamelle favorite (avec le peposo,le ragoût de Nigel Slater).

Saucisses aux lentilles (4 portions)

un mug plein de lentilles vertes
deux mugs et demi d'eau
un demi-oignon haché
deux gousses d'ail entières
trois carottes en rondelles
trois pommes de terre en rondelles
une feuille de laurier
du bouillon en poudre
quelques grains de poivre
deux saucisses fumées

Il suffit de laisser cuire le tout une heure environ à petits bouillons en vérifiant que ça n'attache pas.



La bûche chocolat-caramel est inspirée de celle proposée par le Cuisine Actuelle de décembre qui s'est glissé dans mes souliers à Noël. Mais comme je n'avais pas de caramels mous, j'ai fait un caramel moi-même, et le goût s'en est trouvé assez puissant, plus qu'avec des caramels achetés je suppose. De plus, je l'ai glacée avec le reste de ganache malaxée avec du sucre glace pour la tenue. Enfin, elle est plus petite car nous n'étions que deux.

Bûche pour deux ou trois

5 cs sucre roux en poudre
75g de chocolat noir haché
15-20cl crème liquide
une noix de beurre

Faire caraméliser le sucre, y ajouter le chocolat, puis la crème et le beurre. Laisser cuire en tournant jusquà ce que les morceaux de caramels soient à peu près fondus de nouveau. Laisser refroidir à température ambiante.

2 oeufs
60g de sucre poudre
60g de farine
2cc cacao

Battre les blancs en neige, puis y ajouter le sucre, ensuite les jaunes, la farine puis le cacao. Etaler sur un papier sulfurisé et mettre à 200°C pour quelques minutes. Retourner la pâte cuite sur un torchon humide, rouler et laisser refroidir ainsi.

Badigeonner le gâteau déroulé de ganache, le rouler. Couper les extrémités. Mélanger le reste de crème à un peu de sucre glace tamisé (environ deux cuillères à soupe), poser les morceaux coupés dessus et glacer le tout. décorer à la fourchette et remettre au frais jusqu'au moment de servir.

Bonne Année 2006 : retour sur Noel, bonnes résolutions, meilleurs voeux, etc.

Comme je le disais hier, j'ai fini l'année par une raclette (frottée au vin d'arbois, agrémentée de légumes et dés de dinde fermière grillés), j'ai réussi à faire une petite bûche chocolat caramel, le tout fût arrosé au champagne. Le Papa et moi avons pu trinquer à l'heure fatidique quand les mauvais programmes télé ont fait un break pour compter à rebours. Nous avons ensuite fini la soirée affalés devant des vidéo-clips rock 90's (merci M6 rock), pleins de nostalgie en chantonnant les paroles dont nous nous souvenions (je vous donne dans le désordre quelques noms pour voir si on a le même âge : the Offspring, Nirvana, Therapy?, Mr Big, que des tubes rabachés à la radio il y a quelques années de ça).

L'année passée nous a apporté un beau BB et beaucoup de bonheur, des cousins et neveux nouveaux également, une grande tristesse aussi, des soucis, pas mal de nouveaux "cookbooks", de nouveaux amis pas si virtuels que ça. Un blog commencé, abandonné puis repris en main.
L'année débute plutôt bien avec un abonnement à Cuisine Actuelle et un autre à delicious UK trouvés dans mes petits souliers. Le blog commence à bien tourner.

Mes bonnes résolutions sont les suivantes : perdre un peu de poids (un peu seulement), faire un peu d'exercice, ne pas acheter trop de livres de cuisine.

Je vous (nous) souhaite tout le bonheur du monde pour aujourd'hui comme pour demain (ce n'est pas de moi ça), un monde plus paisible, des changements politiques à l'échelle du globe, moins de faim et de maladies, de pollution, de misère et de souffrance. Pfff, plus facile à dire qu'à faire. Alors, à titre plus modeste et à une échelle plus réduite, restons en forme, soyons heureux et mangeons bien!